Manoeuvres de Vostok 2018. Message clair à l'Otan

Au moment ou certains membres de l'Otan, notamment la Pologne et les Etats baltes, concentrent des forces militaires aux frontières de la Russie, forces considérablement renforcées par des moyens américains, Moscou ne devait pas rester sans réactions.

 

Washington ne cache pas le fait que ces armements sont destinés à préparer une éventuelle intervention militaire américano-européenne contre la Russie, présentée comme défensive mais qui pourrait aussi être offensive. Il s'agirait d'une intervention terrestre, aérienne et navale relevant de la guerre traditionnelle, dite de 3e génération.

Le Pentagone n'ignore pas, comme l'Otan dans son ensemble ne devrait pas l'ignorer, qu'une agression militaire occidentale serait en quelques jours contrée par les forces que la Russie mobiliserait. Mais ces forces n'ont pas encore l'entraînement ni les moyens de projection nécessaires pour arrêter en quelques heures une offensive occidentale. Manifestement Washington espère que si l'Otan pouvait s'emparer rapidement de quelques villes russes frontalières, ce succès pousseraient les milieux dits pacifistes ou pro-occidentaux russes, encore très nombreux et adversaires de Vladimir Poutine, à réclamer le départ de ce dernier.

Aussi est-il devenu essentiel pour Moscou de montrer à l'Otan que la Russie, assistée si besoin de son allié chinois, sera désormais militairement capable de s'opposer en quelques heures à une offensive occidentale.

C'est le but des exercices de très grande envergure Vostok-2018, impliquant des centaines de milliers de militaires et un nombre très important de matériel. Près de 300.000 hommes, 36.000 blindés, plus de 1.000 avions, hélicoptères et drones participeront à l'exercice.

Il ne s'agira pas seulement d'exhiber des forces mais de montrer que le commandement russe dispose des considérables moyens de commandement et de transmission pour faire manœuvrer 36.000 véhicules simultanément, chars, véhicules blindés de transport de troupes, véhicules de combat d'infanterie dans des conditions  rappelant au maximum le combat réel.

Les exercices Vostok-2018 se tiendront du 11 au 15 septembre 2018. Ils impliqueront à une étape donnée des unités en provenance de Chine et de Mongolie.

Rappelons que la Russie a toujours affirmé que ces forces ne sont pas destinées à mener des attaques offensives. Elle n'ont en principe qu'un rôle défensif. Mais il est évident qu'en tant que de besoin, il faut pouvoir passer de la défensive à la contre-offensive. Que l'Otan se le tienne pour dit.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.