Bye Bye Japon


Jean Paul Baquiast 1011/2013

fukushima-destroy-japan-us.si.jpg

Adieu le Japon. C'est ce que prévoit le scientifique japonais David Suzuki à un symposium de l’université d’Alberta. Il juge qu’un tremblement de terre touchant Fukushima “décimerait le Japon” et toucherait profondément toute la côte Ouest de l’Amérique du Nord. Or la probabilité d’un tel séisme dans les trois prochaines années dans la zone est de 95%. (source Russia Today http://rt.com/news/fukushima-destroy-japan-us-290/ 1)

La cause d'une telle catastrophe, bien supérieure à celle de Tchernobyl, tiendrait d'abord, selon plusieurs experts, à la corruption de Tokyo Electric (TELKO) et de Général Motors, fournisseurs des réacteurs. Pour des raisons de plus en plus incompréhensibles, vu l'augmentation continue des risques, avec ou même sans séisme, dont ils seront nécessairement tenus pour responsables, ils continuent à refuser toute assistance extérieure et toute perspective préventive d'évacuation étendue.

Le premier ministre,Shinzo Abe, pourtant responsable de la sécurité de la nation toute entière, prend la même position de dénégation. Bien plus, il propose de relancer la construction de réacteurs, en les confiant très vraisemblablement, aux mêmes acteurs ayant démontré amplement leur incompétence.

Au contraire, toujours selon des experts extrêmement crédibles, dont certains provenant de France, il faudrait d'urgence confier à des équipes de scientifiques mandatés par les Nations-Unies le soin de mettre en place les mesures préventives d'urgence qui s'imposeraient – mesures qui d'ailleurs n'auraient selon eux qu'un nombre limité de perspectives de succès.

Si la méga-catastrophe se produisait, ce serait une nouvelle preuve de l'incapacité des gouvernements à conduire, au delà des intérêts particuliers, des politiques permettant à l'humanité d'éviter des millions de morts inutiles. En cette époque où l'on célèbre le centenaire de la guerre de 1914-1918, c'est pourtant l'enseignement que tirent les historiens des causes ayant provoqué cette apocalypse.

Il va de soi que les pays nucléaires tel la France devraient de leur côté multiplier les précautions, quels qu'en soient les coùts, pour éviter le désastre menaçant le Japon. Mais le feront-ils, dans l'ambiance actuelle de néo-libéralisme financier?

1) «“Fukushima is the most terrifying situation that I can imagine”... [...] “The fourth reactor has been so badly damaged that the fear is if there’s another earthquake of a 7 or above then that building will go and all hell breaks loose”... [...] “If the fourth goes under an earthquake and those rods are exposed, then it’s bye, bye, Japan and everybody on the west coast of North America should be evacuated. And if that isn’t terrifying, I don’t know what is”... [...] Suzuki said the scientists charged with the plant’s safety “don’t know what to do.” “The thing we need is to let a group of international experts go in with complete freedom to do what they suggest,” Suzuki said, adding that the only thing impeding this was the “pride” of the Japanese government that was refusing to admit this was necessary.»


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.