Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2017

La prolifération récente des zones de non-droit (no-go zones) en Europe

Un excellent article de RT news ( voir Référence ci-dessous) analyse la prolifération récente des zones de non-droit (no-go zones) en Europe. On appelle ainsi des quartiers entiers de villes, voire des villes elles-mêmes, dans lesquels la police ne peut plus pénétrer, et où règnent tous les trafics imaginables.

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Phénomène plus inquiétant pour l'avenir de la société européenne, ce sont des zones qui sont dorénavant prises en mains par des organisations musulmanes intégristes, voire terroristes, importées récemment à la suite de l'immigration sans contrôle à laquelle est soumise l'Europe. Elles sont d'abord venues du Moyen Orient, mais dorénavant elles proviennent d'Afrique du Nord et de plus en plus d'Afrique noire à tradition musulmane. Nous incitons vivement nos lecteurs à lire cet article, malheureusement non traduit en français. Nous ne pouvons faute de place le résumer ici, mais tous les paragraphes comptent.

De plus en plus d'informations, recueillies d'ailleurs à grand peine par les services de police, montrent que ces organisations s'entendent pour mettre en place un véritable djihad urbain, c'est-à-dire une guerre délibérée menée dans les villes européennes à tout ce qui n'est pas musulman. Les théoriciens musulmans du djihad ne s'en cachent pas désormais. L'internet, dans les Etats européens, fourmillent de sites incitant les musulmans à la guerre pour conquérir (ou reconquérir quand il s'agit de l'Andalousie) l'ensemble de la société européenne, et d'en éliminer progressivement les chrétiens et athées.

Ils donnent évidemment des conseils pour que chaque fois que possible les candidats au djihad se procurent des armes. Mais de plus en plus ils incitent à des moyens beaucoup plus simples pour mener des attentats destructeurs, usage d'un couteau ou de la voiture.

L'augmentation du nombre des attentats, comme celui dont on ne parle pas des attentats déjoués par la police, montrent que ces instructions sont de plus en plus suivies. Les candidats au djihad trouvent leurs ressources dans les zones de non-droit décrites par l'article, mais ils en sortent pour s'en prendre à l'ensemble de la société.

La complicité passive des Européens.

Cette guerre, toute une partie de la société européenne, pourtant ne se référant pas à l'islam, s'en fait la complice. Les concessions des collectivités locales et même des grands partis politiques pour s'attirer les votes des musulmans sont bien connues. Elles n'inquiètent d'ailleurs pas grand monde.

Cependant, aussi lourde de conséquence est la détermination de nombreux professionnels du droit, avocats en premier lieu, pour offrir leurs services aux organisations islamiques qui veulent profiter des facilités offertes par le droit occidental, au prétexte de combattre l « islamophobie » ou le « racisme institutionnel ».

Les Canadiens ont été les premiers à dénoncer un « djihad juridique » dans lequel un nombre croissant d'organisations islamiques conduisent devant les tribunaux, souvent avec succès, tous les journalistes ou responsables locaux dénonçant leur emprise croissante et incitant à lutter contre elle. Le phénomène est de plus en plus courant en France, comme le montrent les extraits de jurisprudence. Les bonnes âmes et autres ONG humanitaires se félicitent de cette entrave devenue systématique à la liberté d'expression. Mais les responsables de l'ordre public s'en inquiètent à juste titre.

En ce qui concerne la France, un certain nombre de mouvements ou de sites politiques commencent à dénoncer cette tolérance irresponsable. On peut citer notamment Polémia, Boulevard Voltaire ou Riposte laïque. Mais ils sont réputés d'extrême droit ou pire, horresco référens, comme ayant des sympathies pour le Front National.

De toutes façons, les mesures qui pourraient être préconisées, telles une fermeture aussi étanche que possible des frontières, une surveillance accrue des zones de non droit, une multiplication des condamnations pour atteinte à l'ordre public, ne seront pas décidées ou même applicables compte tenu des moyens dérisoires affectés. On peut craindre que si un jour fort lointain le Front National accédait au pouvoir, il ne fasse rien de plus efficace que ses prédécesseurs. Le djihad en Europe a un bel avenir devant lui.

Il faut se demander si la Russie ou la Chine ont enregistré plus de succès dans leur lutte contre le terrorisme islamique, fut-il tchéchène en Russie. Nous n'en sommes pas certains, mais faute d'éléments précis nous n'aborderons pas cette question ici.

Référence 

RT.news https://www.rt.com/news/399365-europe-no-go-zones-real/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef