Un projet de pont entre la Russie et le Japon

Ce pont relierait l'ile russe de Sakhalin  et l'ile japonaise d'Hokkaido. Il serait précédé d'un tunnel entre Sakhalin  et le continent russe.

La Chine a d'ores et déjà annoncé de grands projets d'infrastructure de transport trans-asiatique, dit One Road, One Belt. Manifestement, la Russie ne veut pas être en reste. De telles réalisations paraissent à ces deux pays une bonne façon d'investir les épargnes collectives. Elles seront à court terme génératrices d'emplois multiples. A terme, elles pourront être rentabilisées pendant des décennies.

Les Etats-Unis avaient choisi ce parti à la fin du 19e siècle et au début du 20e, puis sous l'impulsion de Président Roosevelt après la crise de 1929, en construisant les liaisons ferroviaires et routières Atlantique Pacifique. Depuis ils ont laissé périclité ces infrastructures, au profit d'investissement dans des projets boursiers spéculatifs et surtout de dépenses militaires.

Les chemins de fer russes viennent de proposer un programme d'1 milliard de rouble pour la définition du projet. Ils ont entrepris de négocier avec les autorités japonaises leur participation dans la partie du projet les intéressant directement. Ces négociations semblent en bonne voie d'aboutir. La liaison pourrait être prolongée tout au long du Japon.

Concernant la partie russe, entre Sakhalin et la Crimée à travers le détroit de Kerch, reste encore a décider si la liaison sera un pont ou un tunnel. Le coût total de l'ensemble est estimé à 500 milliards de roubles. Pour convertir cette somme en dollar, il faut rappeler qu'aujourd'hui 1 rouble = 0,01768 dollar.

Les diverses infrastructures de transport en préparation entre les pays de l'Asie Pacifique (APR regions) et l'Europe permettront aux pays traversés et à l'Europe d'investir dans le développement de la Russie extrême-orientale, ce qui pourrait faire de celle-ci un centre logistique de première importance. Vladimir Poutine s'est lui-même intéressé au projet et a décidé de le soutenir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.