Russie et Arabie Saoudite : accord (économique) parfait

Vladimir Poutine lors de sa visite d'Etat à Rihad, a conclu le 14 octobre plus de 20 accords économiques.

 

Cette visite visait à confirmer un accord sur le pétrole entre Moscou et Ryad. L'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), et la Russie, bien que non-membre du cartel, coopèrent ces dernières années pour limiter l'offre mondiale de pétrole et tenter d'en faire remonter le prix en diminuant leurs exportations. Comme la dernière prolongation des réductions de la production, décidée par 24 Etats producteurs de pétrole, expire fin mars 2020, ce sujet s'impose comme  le principal sujet de discussions » entre Vladimir Poutine, le roi Salman et le prince héritier Mohammed Bin Salman MBS.

Vladimir Poutine s'est ensuite rendu dans les Emirats à Abou Dhabi où plus de $2 milliards de contrats ont été signés. Accueilli avec les honneurs dès son arrivée à l'aéroport par le prince héritier Mohammed ben Zayed al-Nahyane, Vladimir Poutine s'est longuement entretenu avec celui-ci, en le remerciant pour son soutien apporté aux investissements communs russo-saoudiens dans l'économie russe. « Les partenaires russes ne vous décevront pas. Les revenus de ces investissements sont nettement plus élevés que ceux obtenus sur les marchés des autres pays »", a déclaré le président russe.

On notera que le président de la Tchétchénie, république du Caucase russe très majoritairement musulmane, Ramzan Kadyrov, figurait dans la délégation russe. Réputé comme défenseur fervent de l'islam conservateur, celui-ci est accusé par des ONG de défense des droits de l'homme de réprimer l'opposition et de mener des persécutions contre les homosexuels en Tchétchénie, dans le Caucase russe. Dans un message sur la plate forme de messagerie cryptée Telegram, Ramzan Kadyrov -- qui s'est également entretenu lundi avec le prince Mohammed bin Salman - s'est dit certain que les liens de la Russie avec l'ensemble du monde musulman seront renforcés après la "visite historique" de Vladimir Poutine à Ryad.

L'Arabie saoudite, un moment mise en accusation par les pays occidentaux en raison notamment de son rôle dans l'assassinat ( suivi d'un dépeçage public du cadavre) de l'opposant saoudien Jamal Khashoggi, est désormais considérée comme un partenaire indispensable, tant par la Russie que par les occidentaux. Pétrole oblige. Sans ce pétrole, les saoudiens seraient restés de modestes éleveurs de chèvres dans le désert. 

On peut espérer que prochainement Trump, Poutine, Macron, Merkel et MBS, voire quelques autres, se rencontreront prochainement dans un palace de Riyad, pour discuter de l'avenir de la planète.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.