L'Homo vieillit de 400.000 ans

Un article scientifique qui vient d'être publié obligerait à revoir l'âge de l'ancêtre commun entre le Néandertalien et l'Homme moderne.

La paléoanthropologue Aida Gómez-Robles, du London University Collège, vient de publier un article dans la revue Science Advances, suggérant que l'Homme de Heidelberg ( Homo heidelbergensis) considéré jusqu'ici comme un ancêtre commun entre les Néandertaliens et l'Homo Sapiens, était bien plus ancien que l'on pensait auparavant. Il remonterait à 800.000 ans au lieu de 400 à 600.000 ans.

Elle s'appuie sur l'étude d'une trentaine de molaires retrouvé sur le site espagnol de Sima de los Huesos, déjà célèbre parmi les paléoscientiques pour les nombreux fossiles attribués à des néandertaliens qu'il contient. Or ces dents avaient été datées en 2014, d'une façon fiable, à 430.000 ans. Cette datation indiquait déjà en soi que la "divergence" entre Sapiens et Neandertal s'était produite avant 400.000 années. Mais quand ?

Pour calculer à quelle époque remonte cet ancêtre commun, elle a utilisé un modèle statistique selon lequel la forme des dents humaines évolue à un rythme constant. Le but est de remonter suffisamment loin dans le temps pour trouver un ancêtre capable à la fois d'avoir conduit aux dents des humains de Sima de los Huesos, et aux dents des humains modernes. Avec ce calcul, Aida Gomez-Robles arrive à la conclusion que nos ancêtres et ceux de Neandertal ont divergé il y a 800.000 ans. Il faut rappeler que la datation reposant sur l'étude de l'ADN trouvé dans ces fossiles n'est pas fiable dans ce cas, car l'ADN de cet âge est mal conservé. 

La conséquence de ces travaux est qu'ils élimineraient l'Homme de Heidelberg (Homo heidelbergensis), considéré jusqu'ici comme un ancêtre commun entre les Néandertaliens et l'Homo sapiens. La méthode de datation retenue par Aida Gomez-Robles est considérée généralement aujourd'hui comme fiable. Mais d'autres chercheurs au contraire la conteste, d'autant plus que si l'Homme de Heidelberg n'est pas l'ancêtre commun, il faudrait préciser ce que pourrait être celui-ci. Or l'on ne dispose pas à ce jour d'éléments pouvant l'indiquer.

Le profane se demandera en quoi l'âge de l'ancêtre commun entre l'homme et le néandertalien est-il important. Ceci d'autant plus que le concept d'ancêtre commun n'a pas véritablement de sens en terme scientifique. L'on sait en effet aujourd'hui, à partir d'analyses génétiques, que les humains et les Néandertaliens se sont plusieurs fois hybridés, avant que les Néandertaliens ne disparaissent définitivement et pour des raisons encore mal connues il y a environ 30.000 ans. 

Il en est de même d'ailleurs de l'évolution intéressant d'autres espèces. Celle-ci se fait progressivement, sans qu'il soit possible d'identifier des ancêtres communs. Faut-il en conclure que l'homme d'aujourd'hui héberge déjà des gènes de ce que sera le futur et bien évidemment hypothétique post-humain – à supposer que l'humanité ne se soit pas autodétruite d'ici là. .

Référence: 

Science AdvancesDOI: 10.1126/sciadv.aaw1268

Abstract

The origin of Neanderthal and modern human lineages is a matter of intense debate. DNA analyses have generally indicated that both lineages diverged during the middle period of the Middle Pleistocene, an inferred time that has strongly influenced interpretations of the hominin fossil record. This divergence time, however, is not compatible with the anatomical and genetic Neanderthal affinities observed in Middle Pleistocene hominins from Sima de los Huesos (Spain), which are dated to 430 thousand years (ka) ago. Drawing on quantitative analyses of dental evolutionary rates and Bayesian analyses of hominin phylogenetic relationships, I show that any divergence time between Neanderthals and modern humans younger than 800 ka ago would have entailed unexpectedly rapid dental evolution in early Neanderthals from Sima de los Huesos. These results support a pre–800 ka last common ancestor for Neanderthals and modern humans unless hitherto unexplained mechanisms sped up dental evolution in early Neanderthals.

Note. En français, le mot de néanderthalien s'écrit généralement sans h. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.