Science. 1/I Oumuamua. Tout serait connecté dans le cosmos

La raison encore mystérieuse de la façon dont se forment les planètes autour des étoiles, comme la Terre autour du Soleil, sera-t-elle bientôt élucidée ?

L'article référencé ici de Quanta Magazine Wandering Space Rocks Help Solve Mysteries of Planet Formation propose de nouvelles hypothèses. Il s'agit d'un texte assez long dont nous nous bornerons à résumer ici les principales conclusions..

En octobre 2017, les astronomes avaient observé plusieurs nuit le passage à travers le système solaire d'un astéroide rocheux, nommé depuis 1/I Oumuamua . Celui-ci, au lieu de se placer en orbite autour du Soleil ou de la Terre , comme l'on pouvait s'y attendre, compte tenu de son poids qui aurait du l'attirer vers le centre de gravité de la galaxie, l'a simplement traversé pour ne plus revenir et disparaître dans le cosmos. Ceci et d'autres caractères l'avait fait classer dans la catégorie des objets interstellaires, provenant de ce que l'on nomme souvent l'espace profond. On a estimé qu'il devait être le résultat d'une collision s'étant produite il y a quelques milliards d'années entre deux corps interstellaires.

Les astronomes, étudiant cet objet et sa trajectoire, en ont conclu qu'il ne devait pas être unique dans son genre. Il paraît aujourd'hui qu'au contraire de très nombreux d'entre eux ont toujours traversé la galaxie. Mais ils en ont tiré une autre conclusion, celle que le cosmos est empli d'étoiles et de galaxies qui ont toujours interagi en relations réciproques. Ceci voudrait dire que le cosmos, entre ces galaxies et ces étoiles, n'est pas vide comme on le pensait jusqu'alors. Il est empli de nuages de gaz d'une taille considérable qui circulent dans l'espace interstellaire, ainsi que d'un nombre inimaginable de planétoïdes du type de Oumuamua circulant dans ces nuages.

Il en résulte que les scientifiques étudient dorénavant l'hypothèse selon laquelle les systèmes planétaires se formeraient par condensation de certaines parties de ces nuages de gaz. Cette hypothèse résoudrait la question de l'origine des corps solaires et planétaires. Loin de surgir d'une façon encore inexpliquée du vide cosmique, ces corps proviendraient de nuages de taille si l'on peut dire astronomique déjà présents dans le cosmos. A l'intérieur de ces nuages, des astéroïdes d'une taille suffisante y gravitant un temps suffisant attireraient un grand nombre de leurs semblables les ayant traversé, ceci jusqu'à former des planètes (voir image ci-dessus).

Cette hypothèse permettrait d'expliquer pourquoi les planètes apparaissent des l'origine des systèmes solaires dont elles proviennent et s'y forment très rapidement, au lieu de le faire progressivement, ou pourquoi un système solaire tel que le nôtre comporte à la fois des planètes gazeuses de taille considérable, par exemple Jupiter, et des planètes rocheuses en très petit nombre telles que la Terre ou Mars. De plus, la nature rocheuse de ces dernières pourrait résulter de l'agrégation d'astéroïdes rocheux semblables à Oumuamua occupant précédemment le nuage et y gravitant.

Ajoutons pour notre part que de tels nuages pourraient être les premiers « objets » étant apparu après le Big Bang, si l'hypothèse du Big Bang était conservée.

Références

Voir Quanta Magazine Stellar disks reveal hox planet get made 
https://www.quantamagazine.org/stellar-disks-reveal-how-planets-get-made-20180521/

Voir aussi Nature These dusty young stars are changing the rules of planet-building
https://www.nature.com/articles/d41586-018-07591-8

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.