Regain de tension entre l'Inde et le Pakistan

Dans un discours très hostile à l'Inde que vient de prononcer le premier ministre du Pakistan Iman Khan le jour de l'Indépendance du Pakistan, celui-ci affirme que le Pakistan doit d'opposer aux tentatives du premier ministre indien Narendra Modi de mettre la main sur la totalité du Cachemire.

Le site Eurasiafuture donne une traduction en anglais de ce discours.

Imran Khan, né en 1952, est un ancien joueur international de cricket et homme d'État pakistanais, Premier ministre du Pakistan depuis le 18 août 2018. Il est comme la plupart des Pakistanais de religion musulmane.Rappelons que depuis le déclenchement de la première guerre indo-pakistanaise de 1947, faisant suite à la partition de l'Inde imposée par Lord Mountbatten, alors vice-roi des Indes, afin notamment d'éviter les guerres religieuses entre hindouisme dominant en Inde et islam dominant dans la sous-région indienne du Pakistan, les deux Etats désormais indépendant que sont l'Inde et le Pakistan sont pratiquement en état de tension, pouvant dégénérer en guerre véritable.

Or aujourd'hui Inde et Pakistan s'opposent violemment sur ce que l'on nomme la question du Cachemire. Rappelons que le Cachemire est une région d'Asie du Sud à la frontière nord-est du Pakistan, en principe indépendant mais de facto partagé entre l'Inde, le Pakistan et la Chine. L'Inde administre l'Etat du Jammu-et-Cachemire. le Pakistan les territoires de l'Azad-Cachemire et du Gilgit-Baltistan, la Chine la région de l'Aksai Chin et la vallée de Shaksgam.

Or aujourd'hui, le premier ministre indien Narendra Modi prétend affirmer la souveraineté de l'Inde sur la totalité du Cachemire. Le Pakistan s'oppose, comme on pouvait s'y attendre, à ce qu'il considère comme une annexion. Il est soutenu ce faisant par la Chine. La question du Cachemire pourrait donner lieu, si la situation dégénérait, à un conflit entre la Chine et les Etats-Unis. Ceux-ci s'efforcent, en donnant une aide militaire à l'Inde, de la séparer politiquement de la Chine et avec elle, de la Russie.

Inévitablement, le discours que vient de prononcer au Cachemire Imran Khan, président du Pakistan, le jour anniversaire de l'indépendance du Pakistan (Independence day) retient l'attention internationale. Il y indique que le Pakistan s'inquiète actuellement du poids que conserve en Inde le mouvement nationaliste de droite dit RSS ou Rashtriya Swayamsevak Sangh. Celui-ci, selon lui, s'efforce de convaincre Narendra Modi, qui en a toujours été membre, de récupérer la totalité du Cachemire et au delà, de n'accepter aucun compromis avec le Pakistan.

Imran Khan y indique qu'il considère l'idéologie qui anime le RSS comme semblable à celle de l'Allemagne nazie. Le RSS selon lui est convaincu de la supériorité raciale des Hindous et demande que l'Inde combatte sans relâche les Musulmans, y compris le cas échéant au Pakistan. Il s'inquiète notamment de voir que le RSS pousse Narendra Modi à reprendre la totalité de la souveraineté sur le Cachemire, afin d'en éliminer l'influence des Musulmans qu'y soutiendrait le Pakistan. Le RSS est connu pour applaudir le viol des femmes musulmanes couramment pratiqué en Inde, comme le meurtre impuni de nombreux musulmans. Imran Khan s'est engagé à soutenir les revendication d'indépendance du gouvernorat du Cachemire. Il a même fait évoquer la question devant l'ONU, sans résultats appréciables à ce jour.

Cette question pourrait ne pas retenir l'attention internationale, sollicitée par de nombreux autres problèmes d'une toute autre gravité. Cependant elle pose de façon indirecte la question du conflit latent entre les Etats-Unis et l'Eurasie russo-chinoise. Aujourd'hui, le positionnement de l'Inde au sein de l'alliance indo-russo-chinoise dite RICS qui s'est mise en place pour combattre le poids politique et militaire de Washington dans le monde joue un rôle important. Si l'Inde se trouvait en conflit aigu avec le Pakistan et comme le Pakistan est actuellement sollicité par la Chine en vue de diverses coopérations stratégiques, ce serait le RICS entier qui serait en difficulté, pour la plus grande satisfaction de Washington.

On peut donc légitimement se demander ce qui pousse Narendra Modi à se confronter avec le Pakistan, allié de la Chine, au sujet du Cachemire, avec le résultat d'affaiblir le RICS. Le fait-il seulement pour s'affirmer vis-à-vis de son opposition interne nationaliste ou obéit-il à des pressions américaines, via notamment la CIA. Washington n'a pas renoncé à mettre l'Inde de son côté. L'affaire du Cachemire, si elle s'aggravait, serait la bienvenue pour lui.

Autres références

htps://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/12/le-pakistan-compare-la-situation-du-cachemire-indien-a-la-montee-du-nazisme_5498602_3210.html

https://www.lanouvellerepublique.fr/france-monde/cachemire-le-pakistan-adopte-un-ton-guerrier-face-a-l-inde

https://www.indiatoday.in/india/story/article-370-independence-day-mohan-bhagwat-1581031-2019-08-15

http://theconversation.com/limmense-erreur-de-linde-au-cachemire-122004

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/05/interdiction-des-reunions-publiques-et-fermeture-des-ecoles-au-cachemire-indien_5496599_3210.html

 -----

Au 18/08, voir plus d'informations dans le World Socialist Web Site
https://www.wsws.org/en/articles/2019/08/17/pers-a17.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.