Du jamais vu ? Un dysfonctionnement électrique sur un porte-avion américain

Les croiseurs lanceurs de missiles et les destroyers qui composent l'escorte de surface du porte-avion USS Harry S.Truman ont quitté la base et sont entrés en service de combat sans leur porte-avions frappé par de graves problèmes d'alimentation électrique, selon une déclaration en date du 17 septembre du chef d'Etat-Major de l'US Navy.

Tout sera mis en œuvre pour le renvoyer en service. En attendant, afin de ne pas rompre avec le calendrier de déploiement des navires, le Pentagone a requalifié le groupe d'escorte prévu pour le Harry Truman en «groupe d'action de surface» et l'a envoyé en mer. Les destroyers USS Lassen et USS Farragut ont été déployés à partir de la station navale de Mayport en Floride. Les destroyers USS Normandy et USS Forrest Sherman, basés à Norfolk, les ont rejoints à la fin de la semaine dernière. Les quatre navires sont renforcés par un groupe d'hélicoptères.

Il est sans précédent qu'un groupe d'escorte de porte-avions soit envoyé en mission sans son porte-avions. Il peut alors être pris facilement pour cible par des unités navales ou des avions lance-missiles adverse en cas d'engagement. On sait que deux autres porte-avions américains patrouillent dans le Golfe Persique. Il s'agit de l'USS Entreprise positionné le 3 avril dernier. Il est accompagné du croiseur lance-missiles USS Vicksburg et de trois destroyers de la classe Arleigh Burke, l'USS Nitze, l'USS Porter et l'USS James E.Williams. Ces navires ont rejoint un autre groupe aéronaval d'attaque américain dirigé par le porte-avions USS Abraham Lincoln qui se trouve dans le Golfe depuis quelques mois. .

Selon la porte-parole de la 5e flotte de l'US Navy basée à Bahreïn, les porte-avions USS Entreprise et USS Abraham Lincoln devront patrouiller le long des voies de transport d'hydrocarbures en provenance du Golfe. Ils appuieront les opérations antiterroristes en Afghanistan et participeront à la lutte contre les pirates au large de la Somalie.

Or ces navires pourraient être l'objet de tirs de missiles tels que ceux ayant frappé les bases pétrolières saoudiennes revendiqués par les « rebelles Houthis ». A tort ou à raison le Pentagone avait annoncé que ces derniers avaient été commissionnés par l'Iran. Mais ni les Houthis ni d'éventuelles vedettes de combat iraniennes ne s'en prendront à l'USS Entreprise ni à l'USS Abraham Lincoln compte tenu de la présence de leurs groupes d'escorte. De même, ils n'attaqueront pas leurs groupes d'escorte compte-tenu de la présence des appareils embarqués à bord de ces unités.

Que le groupe d'escorte du Harry Truman prenne la mer sans son porte-avions incapacité par une panne électrique est sans précédent. Si le même incident se produisait sur les porte-avions américains en mission dans le Golfe ne manquerait pas de donner de mauvaises idées aux « rebelles  Houthis » et peut-être aussi à l'Iran.

On objectera que le Harry Truman prend la mer dans l'Atlantique où ne se trouve à ce jour aucun navire lance-missiles appartenant à une puissance adverse. Mais les pannes d'alimentation électriques, vu le mauvais état d'entretien des navires de la Marine américaine, pourraient ne pas être l'apanage du seul Harry Truman. Elles pourraient aussi atteindre des porte-avions en service.

Il est surprenant que, vu les sommes considérables consacrées par les Etats-Unis à leur budget de défense, quelques milliers de dollars n'aient pu être consacrés par l'US Navy à l'entretien de l'alimentation électrique du Harry Truman et à la mise en place de systèmes de secours efficaces.

Voir http://parstoday.com/fr/news/world-i81719-guerre_usa_iran_l'uss_truman_jette_l'%C3%A9ponge

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.