Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2019

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Et si le cerveau était bête, de Nick Chater. Plon, 2018

Ce livre a été publié par Plon, 2018. Il vient d'être commenté par Frédéric Paulus, dans le texte suivant que celui-ci nous a autorisé à reprendre. Nous l'en remercions. Sur Frédéric Paulus, voir notre note in fine.

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Revue « Science et Vie », N° 1223, de ce mois d'août 2019, titre en première page : « Théorie de la bêtise, l'intelligence n'est qu'une illusion ». La revue, réputée pour véhiculer des informations pertinentes et étayées, réalise un reportage autour de l'ouvrage de Nick Chater : « Et si le cerveau était bête ? » (1). Surprenant, cet auteur ! Il nous fait ici convoquer les images de « la mouche du coche » ou « du poil à gratter ». Des scientifiques pensent peut-être avoir décroché le Graal, serait-ce en laboratoire, ou être sur le point de..., après avoir exploré un bout de la complexité humaine.  

Ou alors, cette revue qui nous habitue, en principe, à des analyses fondées, se serait-elle trompée, séduite par la force de persuasion de cet auteur ? Ou peut-être la pertinence de ses analyses ?  

 Nick Chater est surprenant en effet par ses capacités de critique. En matière de neurosciences et sciences cognitives, ou de psychiatrie et encore de psychanalyse, il semble douter de tout. Nous ne lui donnerons pas tort. Pour lui, par exemple, « la psychologie devrait rejoindre le champ des arts et des humanités », p. 63. Déconnectée des sciences du vivant, enseignée en lettres et sciences humaines, cette critique devrait se justifier...  

 Il nous faut dans notre culture des personnes comme lui qui font l'effort d'étayer leurs recherches. Je ne lui donnerai ni tort, ni raison, car ses déductions me semblent devoir être prises en considération. Cependant, il termine son livre en continuant à penser que le cerveau est « bête » d'une façon très curieuse, disant, je le cite : si l'esprit est « plat » (de « bête », l'esprit émergeant du cerveau devient « plat »), « nous avons, dit-il, le pouvoir d'imaginer un avenir passionnant et de faire en sorte qu'il se réalise », dernière phrase du livre page 365. Parfois, une étude vous fait changer d'avis. Apparemment, il n'en est rien pour cet auteur. 

Au regard des pages précédentes, cette conclusion étonnante  ne débouche sur aucune proposition d'un nouvel imaginaire, alors qu'il remet sans cesse en cause le traitement inconscient de l'information par le cerveau. Cet organe (« bête ») induirait, selon Nick Chater, des traitements qui véhiculent des redondances et des conditionnements de la pensée, des motivations trompeuses et des désirs teintés d'illusions, fonctionnant à notre insu. Nulle part je ne retrouve une référence à l'histoire d'Homo Sapiens (encore moins Sapiens) selon une vision darwinienne et maintenant post-darwinienne, ce qui manque vraisemblablement à l'auteur pourtant anglais du pays de Darwin. Le grand philosophe des sciences Patrick Tort, directeur du dictionnaire sur le darwinisme, Chater ne doit pas le connaître. Des auteurs qui me servent de point d'appui, tels  Henri Laborit, Francesco Varela, Isabelle Mansuy, Miroslav Radman, Antonio Damasio, Alain Berthoz, Fostino Cordon, Frédéric Thomas, Jean-Pascal Capp, etc., ne figurent pas dans sa bibliographie et certainement pas le psychanalyste suisse Carl Gustav Jung.  

Dans un autre article, nous proposons que les esprits des scientifiques occidentaux auraient majoritairement tellement dissocié le vivant qu'ils ne peuvent pas, ou difficilement, envisager par exemple la conscience de soi, point nodal selon nous, autrement que par la démarche de visualisation des aires essentiellement cérébrales supposées en rendre compte.
Il nous faudra suggérer un décentrage des cerveaux  qui pour nous sont prodigieusement intelligents liés structurellement au corps, d'ailleurs avant même que les cerveaux aient émergés. Le neuro-embryologiste Alain Prochiantz dira avec l'humour qu'on lui connaît : qu'il «  réfléchit aussi avec ses pieds ».
Nous envisagerons un décentrage de la vision ethnocentrique de bon nombre de scientifiques occidentaux, dont Nick Chater, qui pensent, implicitement ou explicitement, qu'ils se seraient fourvoyés dans leurs approches et conclusions.  

Réf :

(1) Et si le cerveau était bête ?, Plon, 2018.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sur Frédéric Paulus
Frédéric Paulus est Psychologue, Psychothérapeute et Psychanalyste au CEVOI Sainte-Clotilde, Reunion.https://www.linkedin.com/in/fr%C3%A9d%C3%A9ric-paulus-27954469

Sur le CEVOI voir

http://sedl.alnetis.fr/fr/print/501-cevoi--centre-d-etudes-du-vivant-de-l-ocean-indien/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Après la victoire de Giorgia Meloni, les féministes veulent réveiller l’Italie
L’accession au pouvoir du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, de ses idées racistes, de sa culture patriarcale et de son homophobie décomplexée, fait craindre le pire en Italie. Le pays enregistre déjà un lourd retard en matière de droits des femmes. Mais une nouvelle génération entend bousculer l’ordre établi.
par Ellen Salvi
Journal
Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Donné favori, le bloc des droites, emmené notamment par la post-fasciste Giorgia Meloni, a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre 2022. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Nos articles, entretiens et reportages.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan