Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2019

Et si le cerveau était bête, de Nick Chater. Plon, 2018

Ce livre a été publié par Plon, 2018. Il vient d'être commenté par Frédéric Paulus, dans le texte suivant que celui-ci nous a autorisé à reprendre. Nous l'en remercions. Sur Frédéric Paulus, voir notre note in fine.

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Revue « Science et Vie », N° 1223, de ce mois d'août 2019, titre en première page : « Théorie de la bêtise, l'intelligence n'est qu'une illusion ». La revue, réputée pour véhiculer des informations pertinentes et étayées, réalise un reportage autour de l'ouvrage de Nick Chater : « Et si le cerveau était bête ? » (1). Surprenant, cet auteur ! Il nous fait ici convoquer les images de « la mouche du coche » ou « du poil à gratter ». Des scientifiques pensent peut-être avoir décroché le Graal, serait-ce en laboratoire, ou être sur le point de..., après avoir exploré un bout de la complexité humaine.  

Ou alors, cette revue qui nous habitue, en principe, à des analyses fondées, se serait-elle trompée, séduite par la force de persuasion de cet auteur ? Ou peut-être la pertinence de ses analyses ?  

 Nick Chater est surprenant en effet par ses capacités de critique. En matière de neurosciences et sciences cognitives, ou de psychiatrie et encore de psychanalyse, il semble douter de tout. Nous ne lui donnerons pas tort. Pour lui, par exemple, « la psychologie devrait rejoindre le champ des arts et des humanités », p. 63. Déconnectée des sciences du vivant, enseignée en lettres et sciences humaines, cette critique devrait se justifier...  

 Il nous faut dans notre culture des personnes comme lui qui font l'effort d'étayer leurs recherches. Je ne lui donnerai ni tort, ni raison, car ses déductions me semblent devoir être prises en considération. Cependant, il termine son livre en continuant à penser que le cerveau est « bête » d'une façon très curieuse, disant, je le cite : si l'esprit est « plat » (de « bête », l'esprit émergeant du cerveau devient « plat »), « nous avons, dit-il, le pouvoir d'imaginer un avenir passionnant et de faire en sorte qu'il se réalise », dernière phrase du livre page 365. Parfois, une étude vous fait changer d'avis. Apparemment, il n'en est rien pour cet auteur. 

Au regard des pages précédentes, cette conclusion étonnante  ne débouche sur aucune proposition d'un nouvel imaginaire, alors qu'il remet sans cesse en cause le traitement inconscient de l'information par le cerveau. Cet organe (« bête ») induirait, selon Nick Chater, des traitements qui véhiculent des redondances et des conditionnements de la pensée, des motivations trompeuses et des désirs teintés d'illusions, fonctionnant à notre insu. Nulle part je ne retrouve une référence à l'histoire d'Homo Sapiens (encore moins Sapiens) selon une vision darwinienne et maintenant post-darwinienne, ce qui manque vraisemblablement à l'auteur pourtant anglais du pays de Darwin. Le grand philosophe des sciences Patrick Tort, directeur du dictionnaire sur le darwinisme, Chater ne doit pas le connaître. Des auteurs qui me servent de point d'appui, tels  Henri Laborit, Francesco Varela, Isabelle Mansuy, Miroslav Radman, Antonio Damasio, Alain Berthoz, Fostino Cordon, Frédéric Thomas, Jean-Pascal Capp, etc., ne figurent pas dans sa bibliographie et certainement pas le psychanalyste suisse Carl Gustav Jung.  

Dans un autre article, nous proposons que les esprits des scientifiques occidentaux auraient majoritairement tellement dissocié le vivant qu'ils ne peuvent pas, ou difficilement, envisager par exemple la conscience de soi, point nodal selon nous, autrement que par la démarche de visualisation des aires essentiellement cérébrales supposées en rendre compte.
Il nous faudra suggérer un décentrage des cerveaux  qui pour nous sont prodigieusement intelligents liés structurellement au corps, d'ailleurs avant même que les cerveaux aient émergés. Le neuro-embryologiste Alain Prochiantz dira avec l'humour qu'on lui connaît : qu'il «  réfléchit aussi avec ses pieds ».
Nous envisagerons un décentrage de la vision ethnocentrique de bon nombre de scientifiques occidentaux, dont Nick Chater, qui pensent, implicitement ou explicitement, qu'ils se seraient fourvoyés dans leurs approches et conclusions.  

Réf :

(1) Et si le cerveau était bête ?, Plon, 2018.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sur Frédéric Paulus
Frédéric Paulus est Psychologue, Psychothérapeute et Psychanalyste au CEVOI Sainte-Clotilde, Reunion.https://www.linkedin.com/in/fr%C3%A9d%C3%A9ric-paulus-27954469

Sur le CEVOI voir

http://sedl.alnetis.fr/fr/print/501-cevoi--centre-d-etudes-du-vivant-de-l-ocean-indien/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape
Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social
Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif