Le S-500, nouveau système de missiles sol-air russe.

On trouve sur Sputnik en français une présentation du nouveau système de missiles sol-air russe dit S-500 ou Prométhée. Celui-ci est destiné, non à remplacer, mais à compléter les missiles S- 400 ou S-300 déjà procurés à divers alliés de la Russie notamment l'Iran. Voir référence ci-dessous.

 

Les S-500 devraient inquiéter le Pentagone. Mais apparemment, celui-ci fait comme si l'US Air Force était toujours invincible, de même que les porte-avions de l'US Navy. Il est toujours surprenant de constater à quel point les Etats-Unis, dans ces domaines comme dans d'autres, notamment les missiles hypersoniques russes, se sont laissés surprendre. Ils commencent seulement à développer des systèmes analogues qui ne pourront pas être opérationnels avant au moins 1 à 2 ans. 

On dira que les S-500 n'auront d'utilité pour la Russie que dans la perspective heureusement très improbable d'un conflit Etats-Unis-Russie. Mais ce serait une erreur. Un certain nombre de pays s'équipent en missiles et en anti-missiles dans la perspective d'attaques régionales. Cette perspective n'est pas seulement théorique. Ainsi la Syrie de Bashar al Assad fait fréquemment l'objet de bombardements israéliens par la voie aérienne. Il pourrait en être de même de l'Iran, en cas de durcissement de ses relations avec Washington. Des systèmes de défense anti-missiles efficaces leur sont essentiels. Il en est de même de leur capacité de riposte.

Ainsi, on peut penser que la perspective des S-500 russes inquiète particulièrement Israël. Son système de protection, dit Dôme de fer, se révèle de plus en plus inefficace . Moscou ne fournira certainement pas immédiatement de S-500 à des pays ou à des militants armés tels que les Houthis, mais le risque sera présent dans l'esprit de tous.

Référence 

Voir Sputnik news
https://fr.sputniknews.com/infographies/201909051042047624-les-capacites-du-systeme-sol-air-de-nouvelle-generation-s-500/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.