Affrontement sur twitter entre Macron et Bolsonaro le 22 août

Décidément, Emmanuel Macron prend des positions qui valorisent le statut de la France dans le domaine de la politique internationale.

 Quelles que soient les critiques (justifiées) que son action puisse susciter en France, nous devons lui reconnaître ce mérite. On peut se demander si son prédécesseur François Hollande aurait fait de même.

À la veille de l'ouverture officielle du G7 à Biarritz, Emmanuel Macron a déclenché une crise diplomatique avec le Brésil a la suite des incendies gigantesques et apparemment incontrôlables qui ravagent la forêt amazonienne et accélèrent notablement le réchauffement climatique qui menace la planète. 

Il a envoyé ce message sur twitter le 22 août au soir : « Notre maison brûle. Littéralement . L'Amazonie, le poumon de notre planète, qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C'est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour en parler. » 

Il n'avait pas mis directement en cause le président brésilien, mais la plupart des observateurs ont compris qu'il reprochait à Bolsonaro d'avoir autorisé des coupes d'arbres considérables dans la forêt amazonienne et d'être incapable de mobiliser des moyens suffisants pour au moins tenter de limiter l'extension du feu.

Jair Bolsonaro a immédiatement répliqué en accusant Emmanuel Macron d' « instrumentaliser une question intérieure au Brésil et aux autres pays amazoniens pour des gains politiques personnels, sur un ton sensationnaliste qui ne contribue en rien à régler le problème »«Le gouvernement brésilien reste ouvert au dialogue, sur la base de faits objectifs et du respect mutuel » a-t-il ajouté » « La suggestion du président français selon laquelle les affaires amazoniennes soient discutées au G7 sans la participation de la région évoque une mentalité colonialiste dépassée au XXIIe siècle ».

On peut comprendre cette réaction de Bolsonaro du fait que le Brésil n'est pas membre du G7. Ceci dit, à quoi servirait le G7 si l'on ne pouvait évoquer des questions fondamentales pour l'avenir de l'humanité. Nous saurons rapidement si Dominique Macron saisit les autres membres du G7 et ce qu'il leur proposera de faire. Espérons qu'il le fera.

Bornons nous ici à rappeler que la France au Brésil récolte ce qu'elle avait semé. Elle n'avait rien fait pour empêcher le coup d'Etat de Bolsonaro contre le gouvernement légitime en octobre 2018. Aujourd'hui encore, elle ne fait rien pour obtenir la libération de l'ancien président Lula, qui se meurt en prison.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.