Assassinat de Walter Lübcke

Une certaine Allemagne de plus en plus tentée par l'extrémisme d'extrême-droite

L'assassinat de l'homme politique allemand Walter Lübcke (CDU) le 2 juin 2019 révèle l'existence en Allemagne d'une extrême-droite proche des Nazis d'avant la seconde guerre mondiale. Pendant plusieurs semaines le fait n'a attiré en Allemagne que peu de commentaires. Cependant aujourd'hui, l'élite politique allemand ne peut plus se dissimuler le risque, d'autant plus que certains craignent d'être à leur tour l'objet de ce terrorisme d'extrême-droite. 

Le Spiegel mensuel vient de publier une photo de l'assassin, un certain Stephan Ernst, sous le titre (traduit en anglais “The Brown Sleepers: Father, Neighbour, Killer? The New Danger from the Right.”). La Chancelière Angela Merkel a déclaré à Dortmund que le meurtre imposait de surveiller le retour de réseaux d'extrême-droite et que son gouvernement s'y emploiera avec rigueur, sauf à perdre toute crédibilité. Le ministre des Affaires Étrangères Heiko Maas a pour sa part indiqué dans le Bild que l'Allemagne avait un problème de terrorisme. Selon lui, 12.000 terroristes en puissance se trouveraient en circulation et 450 sont sous surveillance policière. Inutile de dire que le chiffre est considérable.

Cependant la montée de cette extrême-droite ne peut plus désormais être dissimulée, avec le nombre de voix remportées récemment aux dernières élections régionales par le parti « Alternative pour l'Allemagne » AFD. Sa responsable avait indiqué lors de la campagne pour ces élections que le Nazisme n'avait été qu'un épisode dans l « histoire glorieuse » de l'Allemagne. Cependant les partis de la Grande Coalition CDU/SPD et parti Social-Démocrate ne cessent depuis lors de courtiser l'AFD, sans doute pour attirer ses électeurs.

Beaucoup d'universitaires, tels le Pr. Jörg Baberowski de l'Université Humboldt, expliquent que le Nazisme avait été justifié pour répondre à la menace soviétique d'entre les deux guerres. On peut craindre que le succès croissant de l'AFD et le soutien implicite de la Grande Coalition ne traduisent une peur analogue devant la popularité grandissante, même en Allemagne, du BRICS ou alliance russo-chinoise destinée à combattre un impérialisme américain grandissant. Avec le réchauffement climatique, par ailleurs, de plus en plus d'entreprises allemandes envisagent pour l'avenir de se décentraliser en Russie Sibérienne.

Les intérêts américains très présents en Allemagne financent certainement les mouvements d'extrême-droite en Allemagne, dans l'espoir qu'ils s'opposeront dans l'avenir à un plus grand rapprochement de ce pays avec la Russie et la Chine.

 Voir:

L'Allemagne s'est vendue au Diable

https://www.globalresearch.ca/germany-vs-iran-has-germany-sold-out-to-the-devil/5681471

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.