Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

2901 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2017

Donald Trump prépare une augmentation considérable des dépenses militaires

Le candidat à la Maison Blanche Donald Trump avait bénéficié d'un fort soutien du Complexe Militaro-Industriel américain (MIC) du fait qu'il avait promis une sensible augmentation des dépenses militaires. Ceci malgré son intention de diminuer les dépenses budgétaires globales.

Jean-Paul Baquiast
Editeur du site Europesolidaire.eu et co-éditeur du site Automates Intelligents.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Il avait laissé entendre à l'époque qu'il visait à renforcer les capacités de défense de l'US Army face au terrorisme. Il avait laissé entendre par contre qu'il ne comptait pas relancer les armements visant la Russie, hérités du temps de la guerre froide avec la Russie, compte tenu du fait qu'il voulait se rapprocher de celle-ci, toujours dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

D'une façon contradictoire cependant, Trump avait dénoncé le retard pris par l'armement nucléaire américain, qui est pourtant le plus puissant du monde. Il avait promis de l'augmenter considérablement, ainsi que la capacité des vecteurs permettant de l'utiliser. Contre qui préparerait-il une guerre nucléaire, sinon contre la Russie, dont la force de frappe nucléaire est à peu près égale à celle de l'Amérique ? Une guerre contre la Chine pourrait être menée sans difficulté avec les moyens américains actuels, compte-tenu de la faiblesse de l'arsenal dont dispose encore la Chine, au regard des moyens américians. en ce domaine.

Le Président Trump n'a pas manqué d'honorer les promesses faites au MIC. D'une part, il a tweeté plusieurs fois en annonçant qu'une relance de la course à l'armement nucléaire serait une grande idée 1) . Il prenait ainsi le contre-pied des appels au désarmement nucléaire lancé par Obama, notamment à Prague le 5 avril 2009 2).

Cet appel avait conduit au Strategic Arms Reduction Treaty signé avec la Russie en 2011. Néanmoins Obama avait dans le même temps recommandé la modernisation de l'arme nucléaire américaine pour assurer la protection des Etats-Unis et de ses alliés. Dans cet esprit, Obama il avait décidé une augmentation des programmes budgétaires en ce sens. Dès le 28 janvier 2017, le président-élu Trump avait indiqué que le Programme START favorisait dangereusement la Russie et qu'il fallait renforcer les dépenses militaires nucléaires américaines.

Parmi celles-ci figure l'acquisition de bombes nucléaires dotées d'une tête guidée avec une grande précision ( low-yield precision-guided nuclear bombs/warheads). Cette arme enterre le concept de force de seconde frappe en permettant des actions de première frappe offensives à objectif limité. L'on parle de Limited Nucléaire Option (LNO). Mais personne n'est en mesure d'assurer que de telles armes n'entraineraient pas immédiatement une riposte globale. Comment réagiraient les Russes si celles-ci étaient employées par exemple à Kaliningrad, faisant des milliers de morts militaires et civiles, sans mentionner les retombées.

Parallèlement, Trump a promis de renforcer le Ballistic missile defense program in Europe (BMDE) dont nous avions indiqué dans de précédents articles qu'il était ressenti en Russie comme une menace croissante à la frontière russe. Les missiles peuvent en effet être dotés de tètes nucléaires.

La modernisation demandée par le MIC et déjà acceptée par Trump est estimée à un coût d'un trilliard de dollars sur 30 ans soit mille milliards de dollars. Elle comprend de nouveaux bombardiers, un nouveau sous-marin porteur de missiles, une refonte de la bombe H tactique dite B-61 3) une nouvelle génération de missiles nucléaires, de nouvelles usines permettant leur fabrication et le développement d'un large réseau de renseignement, surveillance, commande et contrôle.

Les ressources budgétaires nouvelles nécessaires à ce programme ne semblent pas manquer, provenant de centaines de circonscriptions dont les citoyens en espèrent une reprise massive des investissements et des emplois – reprise promise d'ailleurs par Trump. Ces projets rencontreront-ils le triste sort du programme JSF Strike Fighter. Malgré un coût d'environ 1 trilliard de dollars, celui-ci n'a abouti en 10 ans qu'à une suite de malfaçons. Dans ce cas, il s'agirait d'une relative bonne nouvelle pour ceux qui espèrent toujours qu'une guerre nucléaire mondiale pourrait être évitée. Mais comme il s'agit ici d'investissements plus dispersés et mieux contrôlables, on peut craindre qu'ils n'aboutissent.

Réactions russes envisageables

Du point de vue russe, on peut penser que face à cette nouvelle course à l'armement, le MIC russe réagira en faisant valoir la menace croissante en résultant pour la Russie. Bien moins puissant que son homologue américain, il est quand même très influent. Il demandera nécessairement que des programmes équivalents soient décidés en Russie. Ceux-ci pèseront lourdement sur une économie déjà surchargée de dépenses, mais la demande sera sans doute très favorablement accueillie par l'opinion publique. Vladimir Poutine lui-même ne pourra pas ne pas en tenir compte. Le thème de l'insuffisante riposte russe à la menace américaine risque donc de devenir très populaire et se traduire par des décisions effectives dans les prochains mois.

Les média et l'opinion russes pourront faire justement valoir que les dépenses militaires russes en 2016 sont risiblement faibles par rapport à celles des Etats Unis (voir graphique). Même la Chine dépense plus en ce domaine. Quant à l'Union européenne, ses budgets militaires cumulés sont largement supérieures à celles de la Russie. Or parmi l'Union et notamment au sein de l'Otan, des pays comme la Pologne ne cessent de renforcer leurs moyens militaires. Ceci est nécessairement ressenti par la Russie comme une menace croissante. Dans le cas d'affrontements purement conventionnels, excluant l'arme atomique, l'armée russe disposerait sur le continent d'une supériorité indiscutable, même si elle était renforcée comme c'est le cas actuellement par des moyens terrestres américains. Ce ne serait évidemment pas le cas si les Américains et les Européens faisaient appel à des armes nucléaires tactiques améliorées, telles que celles actuellement programmées par Trump et présentées dans cet article.

Dans ce cas la guerre ne pourrait que monter en intensité, aboutissant rapidement à une destruction de la planète. Est-ce ce que cherche actuellement un Donald Trump en proie à une ubris croissante?

Références

1) Voir par exemple https://twitter.com/realDonaldTrump/status/811977223326625792?ref_src=twsrc%5Etfw
2) Voir http://www.nti.org/media/pdfs/01_10.pdf?_=1318520256
3) Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_B61_(arme_nucl%C3%A9aire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement