Dépenses militaires des membres de l'Otan

1000 milliards de dépenses militaires pour les pays membres de l'Otan en 2018

Les plus récentes données de l'Otan font état du fait que les dépenses de dépenses militaires des pays de l'Alliance ont augmenté de 54 milliards de dollars US entre 2018 et 2019 (en $ constants de 2015). Les dépenses de défense des pays membres se sont donc accrues de 3,9 %.

Elles sont désormais de $US 984 milliards, contre 930 milliards l'an dernier. Sept pays membres de l'OTAN (États-Unis, Grèce, Estonie, Royaume-Uni, Roumanie, Pologne et Lettonie) remplissent l'obligation qu'ils avaient pris de consacrer au moins 2% de leur PIB aux dépenses en matière de Défense. D'autres dont la France sont en retard mais s'efforcent actuellement d'atteindre les 2%, voir un peu plus.

On trouve ci-dessous les dépenses militaires de 6 pays membres de l'Otan

  • États-Unis (685 milliards)

  • Royaume-Uni (65,5 milliards)

  • Allemagne (49,1 milliards)

  • France (47,7 milliards)

  • Italie (23,3 milliards)

  • Canada (21,3 milliards)

Rappelons que ces estimations sont faites a minima. Elles ne mentionnent que les sommes budgétaires proprement dites. Mais de nombreux pays procèdent à des opérations militaires non budgétées. On estime ainsi que les dépenses militaires des Etats-Unis ont atteint au total en 2018 plus de 1.000 milliards.

On ne manquera pas de se demander quels ennemis potentiels visent ces dépenses. Les Etats-Unis désignent en priorité la Russie et la Chine. Mais les budgets de celles-ci sont approximativement proches de ceux de la France. Il faut dire que la Russie et la Chine ont dernièrement réussi à se doter d'armes dites hypersoniques pour un coût que l'on estimera ridicule. Ceci peut s'expliquer par le fait qu'elles n'ont pas à financer un complexe militaro-industriel peu efficace mais extrêmement dépensier comme celui des Etats-Unis. On peut également suggérer que leurs conseillers militaires et scientifiques sont plus « intelligents » et moins corrompus que leurs homologues américains.

Le paradoxe est que, comme viennent de le rappeler des sénateurs américains, le Pentagone et l'US Army n'ont enregistré depuis 15 ans que des échecs militaires. Ceci ne semble pas près de changer. Espérons que la France, en dépit des vertueux efforts d'Emmanuel Macron pour augmenter son budget militaire au sein de l'Otan, c'est-à-dire principalement contre la Russie, ne suivra pas ce catastrophique exemple.

Référence

Voir https://www.nato.int/nato_static_fl2014/assets/pdf/pdf_2019_03/190314-pr2018-34-fre.pdf

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.