Banques coopératives : le retour ?

En moins de 100 jours plus de 40 000 coopérateurs ont adhéré au lancement réalisé à Bruxelles d’une opération visant à la création d’une banque coopérative en Belgique. Si les initiateurs du projet s’attendaient à un accueil favorable à cette proposition, ils n’en demeurent pas moins « étonnés par la mobilisation et l’ampleur du mouvement. »

Pourtant puissantes et influentes dans une bonne partie du XXème siècle, les banques coopératives ont totalement disparu du paysage belge à la fin des années 80. Le modèle coopératif naguère développé par le mouvement socialiste, le mouvement chrétien ou les milieux ruraux a perdu pied devant l’offensive libérale.

Se construisant sur des valeurs coopératives, la nouvelle banque répond à une demande de fond de la société et des citoyens belges. Un véritable retour à la banque coopérative.

En France, les banques coopératives n’ont perdu ni leur influence, ni leur puissance. Elles représentent, même, aujourd’hui, 60 % du marché bancaire. Pourtant, parmi l’immense majorité des citoyens, et même parmi les clients de ces banques coopératives, nombreux sont ceux qui ignorent leur nature coopérative, leur fonctionnement, leur rôle.

Dans les années 80, sous l’offensive libérale, elles ne se sont pas dissoutes comme en Belgique, mais normalisées, adoptant, en bien des aspects les attitudes et règles des banques capitalistes.

Depuis 2008, et les conséquences de la crise financière, les points de vue se sont modifiés dans la plupart des banques coopératives. Certaines n’hésitent plus, dans leurs campagnes publicitaires à mettre en avant les particularités et les valeurs d’une banque appartenant à ses sociétaires. Depuis 4 ou 5 ans, un réel effort est consenti, par plusieurs d’entres-elles pour développer une politique participative mobilisant les sociétaires. C’est vrai à la Banque Populaire, à la Caisse d’Epargne, au Crédit Mutuel. Par ailleurs, elles accentuent leur soutien aux associations citoyens et aux innovations à caractère social. Dénotant dans le paysage, le Crédit Coopératif qui n’a jamais cédé aux sirènes des idéologies et pratiques libérales a tout au long de son histoire, commencée il y a 120 ans, continue, comme il l’a toujours fait à « Financer les utopies ». (1)

Ces inflexions président-elles à un retour de la banque coopérative dans toutes ses dimensions ? Une banque qui serait au service de ses sociétaires, de la société et de l’intérêt général comme l’ambitionne New B, la future banque coopérative belge ?

La question est posée. Mais, elle ne trouvera de réponse positive qu’avec un nouvel engagement des coopérateurs et des sociétaires. Car si les banques coopératives ont dérivé, les sociétaires, les clients n’y ont guère prêté attention, se contentant de devenir des consommateurs de produits financiers. Le retour à l’esprit coopératif est aussi entre les mains des coopérateurs.

Jean-Paul BIOLLUZ

 Pour plus d’informations sur l’économie sociale et solidaire et son actualité : http://www.nord-social.info/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.