Coopératives, le « Défi 2020 » : la décennie du développement

L’année 2012, Année internationale des coopératives s’achève. Elle aura marqué pour le mouvement coopératif un tournant, à tous les niveaux.

La Déclaration adoptée par le Sommet international des coopératives, qui s’est tenu à Québec début octobre, vient d’être déposée à l’ONU.
A Manchester, rassemblement de 10 000 coopérateurs venus du monde entier, l’Alliance Coopérative International a présenté un plan stratégique international de développement des coopératives. Ce plan d’action - le « Défi 2020 » - vise à ce « que la forme coopérative d’entreprise devienne en 2020, le leader reconnu en matière de développement durable sur le plan économique, social et écologique, mais aussi le modèle que les gens préfèrent ». Le modèle coopératif se présente comme un modèle alternatif au modèle capitaliste profondément en crise.
En France, le 35ème Congrès de la Confédération Générale des Scop, qui s’est tenu les 16 et 17 novembre à Marseille, à ouvert de nouvelles perspectives de développement. L’ambition est d’ici à 5 ans, de doubler le nombre de Scop en France, et de faire passer leur nombre de salariés de 40 000 à 100 000. L’engagement du Ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon au nom du gouvernement devrait favoriser cet essor.

Alliance Coopérative Internationale: développer l'intercoopération


A Québec, Manchester et Marseille, les préoccupations furent semblables. Que cela soit au niveau local, national ou international le mouvement coopératif doit savoir se rassembler, travailler en inter-coopération, parler fort. L’unité doit servir au renforcement du mouvement et à l’affirmation de sa vocation alternative.
L’année 2012 aura donc été une étape importante dans le renouveau du mouvement coopératif. Déjà ancien, avec de grandes aventures, il marqua incontestablement le pas durant les trois dernières décennies devant le triomphe du néolibéralisme. La crise même du néolibéralisme semble lui ouvrir un nouvel avenir. Sans triomphalisme ! Car si 2012 a été une bonne occasion pour le mouvement de regroupe ses forces et de dégager des perspectives, il est encore loin d’avoir franchit le seuil de l’ignorance par rapport à une grande majorité des citoyens. Par ailleurs, l’avenir demandera comme il fut souligné lors des diverses rencontres internationales, que chaque initiatives coopératives, chaque mouvement coopératif sectoriel ou national savent inscrire sa politique de développement dans la stratégie de la décennie définit par l’Alliance Coopérative Internationale. C’est la tâche des mois et des années à venir. Le mouvement coopératif est de retour…pour l’avenir.

 

Pour plus d’informations : Coopératives: retour vers le futur

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.