Ailleurs

 Mille-trois-cent-trente-sixième

et dernier billet

C’est ailleurs, qu’à partir de demain, je poursuivrai la publication de mes billets quotidiens.

Depuis quelques semaines j’ai procédé à des publications en double, afin de permettre à ceux qui me lisaient, régulièrement ou occasionnellement, de savoir où poursuivre nos dialogues.

 

J’ai choisi de publier sur Over-blog, qui est un site hébergeant des blogs, sans être adossé à un journal. Vous m’y retrouverez donc à : 

http://jean-paul-69-07.over-blog.com/  . Vous pourrez continuer d’échanger avec moi en y postant des commentaires, auxquels je répondrai, comme je l’ai toujours fait.

 

Mon choix de cette solution découle des motifs pour lesquels j’ai décidé de ne pas renouveler mon abonnement à Mediapart. Je les ai expliqués le 3 mars : pourquoi-je-quitte-mediapart

Certes je pense que l’attitude de la rédaction de Mediapart à mon égard, comme à l’égard de nombreux autres abonnés, dépasse les limites de l’entendement, surtout pour un journal qui se prétend « participatif », mais je suis arrivé à la conclusion que ce lien entre un journal qui veut gagner de l’argent et des « contributeurs libres » ne peut être qu’une parodie d’indépendance et une démarche uniquement marketing.

Ne même pas répondre, en messagerie privée, aux courriers que je lui avais écrits lors du lancement du « mediaparthon » fut, de la part d’Edwy PLENEL, une triste illustration du fait qu’il ne dialogue qu’avec ceux qui manient l’encensoir en direction de sa moustache frémissante sous son regard énigmatiquement plissé, dont on ne sait jamais vraiment de qui il se moque.

Que des personnalités soient un facteur aggravant du déséquilibre entre la rédaction et les blogueurs est une évidence, mais je pense que, de toute façon, il ne peut s’agir que d’une liberté étroitement surveillée et d’un système condamné à évoluer vers la courtisanerie.

Comme quelques autres membres du Club-Mediapart, j’ai essayé, durant quelques semaines, un site hébergeant des blogs créés par des transfuges de Mediapart. Il est vite apparu que ceux qui l’avaient lancé n’étaient intéressés que par des textes tournant autour de la vie universitaire et que des non-intellectuels comme moi n’y avaient guère leur place. Le comportement brutal des promoteurs de ce site a interrompu l’expérience en ce qui me concerne et au moins deux ou trois autres collègues, mais je cherchais déjà autre-chose que ce site qui végète dans son jus.

Ceci montre, s’il en était besoin, que quiconque dispose d’un pouvoir est, plus ou moins vite, tenté d’en abuser en oubliant ses déclarations, la main sur le cœur, selon lesquelles il respectera strictement ceux qu’il accueille chez lui, gratuitement ou moyennant finance.

Rien de tel que se rappeler la fin de la fable de Jean de LA FONTAINE, « Le loup et le chien », lorsque le loup découvre que le chien a un collier et qu’on l’attache durant de longues heures :

Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas

Où vous voulez ?  Pas toujours, mais qu'importe ?

Il importe si bien, que de tous vos repas

Je ne veux en aucune sorte,

Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.

Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.

Je vais donc courir et j’aurai plaisir à vous croiser lors de mes courses, où j’essaierai d’avoir la discrétion de ne pas remarquer les colliers que certains portent sans plus les sentir.

Jean-Paul BOURGЀS 2 mai 2016

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.