Jean-Paul Chanteguet
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2022

Jean-Paul Chanteguet
Abonné·e de Mediapart

La garantie dividendes pour les actionnaires des sociétés historiques d'autoroutes : une réalité

Dans le cadre des contrats avec les concessionnaires d’autoroutes signés en 2015, ceux-ci ont obtenu une garantie d’indexation sur l’inflation. La situation va devenir explosive.

Jean-Paul Chanteguet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le dossier des autoroutes (1) est bien en cette rentrée un dossier des plus encombrants pour le gouvernement. Et le ministre des transports Clément Beaune ne s'y est pas trompé, lui qui dès fin juillet a souhaité prendre les devants en évoquant, compte tenu du niveau de l'inflation, le risque d'une situation qui pourrait bien dans les mois à venir se révéler explosive en matière de hausse des péages autoroutiers.

En effet , si en 2020 l'augmentation moyenne pondérée n'était que de 0,9% , le ministre évoque des progressions de 7% ou 8% au 1er février prochain, tout en indiquant que pour lui, cela est « inconcevable ». Si le gouvernement peut faire pression sur les sociétés d'autoroutes pour qu'elles limitent la hausse prévue contractuellement et qui ira, au minimum de 70% du taux de l'inflation plus 0,10% pour la SAPN, à 70% du taux de l'inflation plus 0,39% pour ASF; il peut aussi décider de bloquer autoritairement les péages.

Mais nourri de l'expérience, nous savons ce qui se passera. Comme en 2015, lorsque Ségolène Royal ministre de l'écologie et des transports décida de ne pas appliquer les clauses de revalorisation, les sociétés déposeront immédiatement différents recours et obtiendront gain de cause au travers d'un rattrapage du prix des péages sur les années suivantes.

Avec le retour de l'inflation, selon l'Insee l'augmentation des des prix devrait approcher les 7% en septembre et ce rythme resterait ensuite compris entre 6,5% et 7% d'ici la fin de l'année, les résultats des sociétés pourraient s'envoler et avec eux le niveau de leurs profits par effet d'aubaine. Se posera alors la question de la mise en place d'une taxation supplémentaire comme cela a déjà été envisagé par certains responsables politiques, y compris la première Ministre Mme Elisabeth Borne qui déclara dernièrement « personne ne comprendrait que les entreprises dégagent des profits exceptionnels alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d'achat ».

D'ailleurs fin juillet , dans le cadre de l'examen de la loi pouvoir d'achat, un amendement prévoyant d'imposer une taxe exceptionnelle de 25% sur ceux des fournisseurs d'hydrocarbures, des prestataires de transport maritime ou encore des concessionnaires d'autoroutes, fut rejeté à quelques voix près ( 114 contre 96 ).

Si demain une telle disposition était votée, ce qui n'a rien d'impossible les sociétés ne manqueraient pas d'invoquer l'article 32 de leur contrat de concession, dont l'esprit fût fondamentalement modifié par le protocole d'accord du 9 avril 2015 signé par Emmanuel Macron et Ségolène Royal, puisque celui-ci prévoit maintenant une clause de neutralité fiscale (en cas de hausse d'une taxe, redevance ou impôt, celle ci est immédiatement compensée).

Une compensation intégrale et inconditionnelle, qui pour le Conseil d'État, dans un avis de la section des travaux publics - Numéro 389520 - présente un caractère excessif et anormal.

Nous le savons et le constatons les sociétés d'autoroutes ont le droit pour elles, que le protocole du 9 avril est venu renforcer. Car ne nous y trompons pas, les contrats de concession ne protègent pas les usagers et l'Etat, ils protègent les actionnaires de ces sociétés qui les ont acquises (hors Cofiroute) en 2005 pour près de 15 milliards d'euros.

Toutes les dispositions visent le même objectif, garantir leurs droits comme le montrent toutes les décisions prises depuis la privatisation.

J'en rappellerai deux particulièrement significatives : 

- Lorsque l'État décide de mettre en place un plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d'euros à partir de 2015-2016 , il accorde un allongement des durées de concession compris entre deux ans et quatre ans et deux mois.

- Et lorsqu'il accroit unilatéralement par décret du 28 mai 2013 de 100 millions d'euros le montant de la redevance domaniale versée par les sociétés, il est obligé d'accepter un rattrapage des péages sur 2016-2018.

Après la privatisation de 2005 , les actionnaires peuvent se féliciter des résultats obtenus par leurs dirigeants puisque les 7 sociétés leur avaient , déjà fin 2020, distribué près de 36 milliards d'euros de dividendes.

Grâce à un modèle économique et financier particulièrement robuste, qui se traduit automatiquement pour tout investissement et charges nouvelles, par une hausse des péages ou un allongement des durées de concession, la garantie dividendes est consubstantielle de ces contrats, ce qui ne devrait pas manquer d'interroger le nouveau ministre des transports Clément Beaune.

Jean-paul Chanteguet, ancien Député de l'Indre, a présidé la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale ( 2012-2017 )

(1) Asf, Sapn, Aprr, Escota, Sanef, Area, Cofiroute.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI