Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 avr. 2015

Une instruction ministérielle incite à embaucher des infirmières gonflables

Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PARIS, 01 avril 2015 (AMP) - Une instruction ministérielle incite à embaucher des infirmières gonflables.

En avril 2014, le gouvernement avait annoncé un plan d’économies de 50 milliards d'euros sur les dépenses publiques entre 2015 et 2017. Dans la foulée, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait  présenté les grandes lignes d’un plan destiné à dégager 10 milliards d’euros d’économies pour l’Assurance maladie, dont 2 milliards pour l’hôpital.

Le rapport de la Cour des comptes sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, ainsi que les propositions de l'IGAS et l'IGF pour la maîtrise de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM), appelaient à une gestion rigoureuse des effectifs et de la masse salariale dans la fonction publique hospitalière.

Dans une circulaire qui vient d'être diffusée, le ministère de la Santé dévoile une partie de son plan qui risque de faire polémique. Les directeurs d'établissements de santé, appuyés par les Agences Régionales de Santé (ARS), sont invités à faire en sorte qu'une infirmière sur deux partant à la retraite soit remplacée par une infirmière gonflable, dont le modèle est spécifié en annexe. (Circulaire n°DGOS/RH4/2015/104 du 1er avril 2015 sur la mise en œuvre gonflable, dans les établissements relevant de la Fonction Pneumatique Hospitalière, de la loi n° 2014-1554 du 22 décembre 2014 de financement de la sécurité sociale pour 2015). Le SNPIG (Syndicat national des professionnels infirmiers gonflables) s'est logiquement « félicit[é] de cette décision audacieuse », s'attirant les critiques du SNPI (Syndicat national des professionnels infirmiers) qui a réagi en le qualifiant d'« organisation baudruche à la botte du gouvernement ».

Du côté des cadres de santé, un représentant syndical a mis en garde : « Si chaque service n'est pas pourvu en temps voulu d'un gonfleur électrique, nous nous battrons jusqu'au bout ».

L'INPH (Intersyndicat national des praticiens hospitaliers) dénonce quant à lui une nouvelle décision administrative unilatérale : « Le ministère est vraiment gonflé de ne pas nous avoir consulté sur le modèle retenu ».

Cette instruction ministérielle, alors même que vient de commencer hier à l'Assemblée nationale la discussion en séance du projet de loi relatif à la santé, risque de susciter d’importants mouvements de protestation dans le milieu hospitalier. Cependant, un haut fonctionnaire de la DGOS (Dégonflage général de l'offre de soins) se veut rassurant : « Nous avons déjà commandé un stock d'infirmières gonflables à disposition des directeurs d'établissement en vue de remplacer les grévistes. »

mh/eh/AMP polsan
redaction@ampnews.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour font part de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet
Journal — Enseignement supérieur
Universités : le renforcement « systémique » promis par Macron cache mal un projet de privatisation
Le quasi-candidat Macron a souhaité jeudi une réforme « systémique » des universités. Derrière la promesse de les rendre « plus fortes » et de casser la concurrence avec les « grandes écoles », il a posé, en creux, les jalons d’un projet de privatisation.
par Martin Clavey

La sélection du Club

Billet de blog
Il faut considérer avec pragmatisme la candidature de Jean-Luc Mélenchon
Accepter que la candidature de Jean-Luc Mélenchon soit la mieux placée pour amener la gauche au second tour permettrait d'accélérer les funérailles du vieux monde. Les électeurs et les militants des partis de gauche peuvent aujourd'hui faire un choix pragmatique, que leurs représentants n'ont pas su (ou pas pu) faire, en vue de mieux se projeter collectivement dans l'avenir.
par Electeurdegauche
Billet de blog
Gauches : réveillez-vous !
Vous êtes-vous comptés ? Vous êtes-vous parlés ? Vous êtes-vous sincèrement interrogés ? Nous sommes des millions à nous poser ces questions : pourquoi font-ils, pourquoi font-elles, toutes et tous, cela ? Pourquoi sont-ils,  pourquoi sont-elles, à ce point aveugles ? Appel désespéré d'un électeur de Gauche...
par Daniel Vailleau
Billet de blog
La petite musique de l'union pour l'union m’agace
Je n'ai pas signé la tribune de « l'Appel des Jeunes pour l'union de la Gauche en 2022 »¹ parue dans Le Monde le 8 janvier, et je veux expliquer pourquoi dans ce billet. Cette tribune ne propose pas de méthode, ne prend pas en compte les enjeux stratégiques de chaque candidature et fait semblant de ne pas voir des choses pourtant fondamentales. Par consensualisme ? Par naïveté ?
par Etienne COGNET
Billet de blog
En état de mort cérébrale, que reste-t-il à attendre du Parti Socialiste ?
Incapable de produire la moindre idée, le PS ne peut que se reposer sur ses gloires passées et les petites manoeuvres de ses dirigeants pour conserver leur poste. Le parti ne suscite à gauche que mépris, ou pire, indifférence, et sa défaite annoncée pourrait être une nouvelle étape vers sa disparition. Mais serait-ce si grave ?
par Gauche Pinard