Merci à l'Observatoire national des cultures taurines

Si l'ONCT n'existait pas, il faudrait l'inventer

Un grand merci à l'Observatoire national des cultures taurines d'André Viard pour faire de la pub à cet extrait vidéo de la radio Rire & Chansons en date du 3 septembre 2018.

L'humoriste visée par l'ONCT se réfère à la cornada subie par le toréador Thomas Joubert samedi 1er septembre à Bayonne.

thomas-joubert-a-ete-blesse-lors-de-la-corrida
Son humour ne fait pas dans la dentelle, comme ne le faisait pas non plus celui de Frédéric Fromet sur France Inter lors de l'encornage d'Ivan Fandiño en juin 2017. 

Mais autant la mort d'un homme, fût-il toréador, a un côté définitif qui peut inciter à une certaine réserve de principe, autant la blessure non léthale d'un toréador n'a pas à susciter de réserve de la part des humoristes. D'autant que les tauromaniaques vont répétant que le risque encouru  par le toréador fait partie intégrante de la chorégraphie...

Je dirais même que cet extrait sur une radio grand public illustre s'il en était besoin la dégringolade de la corrida auprès de l'opinion française, cependant que sur d'autres médias, des Finkielkraut se font des nœuds aux neurones pour tenter de lui broder des justifications, ou des Enthoven déploient des trésors d'énergie pour tenter de disqualifier ses opposants.

Et l'incitation à la délation au CSA, de la part du mundillo, pour « manque de respect de la dignité humaine », prête encore plus à sourire que l'émission elle-même. Car c'est lui et seulement lui, le mundillo, le petit monde de la corrida, qui a conduit Thomas Joubert à se faire encorner.

Cédant à une coupable facilité, je reproduis ma conclusion favorite sur la question :

Les cons ça ose tout © LePoulpe556

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.