André Viard a rendu compte de ce « colloque » sur son compte twitter Tierras Taurinas.
 
Pour rappel, c'est sur ce compte qu'il avait tweeté (en espagnol) le 9 janvier 2015, deux jours après la tuerie de Charlie Hebdo :
« Charlie est le journal le plus violent qu'il y a eu en France.
    Par exemple, son œuvre antitaurine.
    anticorrida.com
    Je ne suis pas Charlie. » 

yo-no-soy-charlie2

Ce « colloque » était inauguré par Gérard Larcher, le président du Sénat, qu'on voit ci-dessous main dans la main avec André Viard.

Étaient aussi présents Jean-Louis Carrère, sénateur des Landes, ainsi que Danielle Michel, sénatrice des Landes, ci-dessous avec Michel Vauzelle député des Bouches-du-Rhône.

On avait l'inusable poignée d'affidés au micro.
 
- L'anthropologue Jean-Pierre Digard :

« Le bien être animal est un piège à cons dont se servent les animalistes »
Ça, c'est pas très gentil pour les députés qui se sont penchés sur la question des abattoirs !
 
- Le philosophe Francis Wolff :

« Au premier procès pénal contre un sanglier je cesse de manger du pâté »
Les mineurs de 13 ans n'étant pas accessibles aux sanctions pénales, doit-on en conclure qu'on peut les manger en pâté ?

© film017forever

- Le psychiatre Joël Pon :

ddlv-pon-senat

« quel modèle de société voulons nous offrir à nos enfants? Une société aseptisée ? »
« les enfants ont besoin de héros comme la corrida peut en offrir »
Sauver nos enfants d'une société aseptisée en leur offrant des héros qui font couler le sang ?…
Vu la difficile période que traverse la France, je laisse à chacun le soin de qualifier les réflexions de M Pon, qui déshonore le titre de psychiatre comme M Larcher déshonore le titre de vétérinaire.
Heureusement que le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU ne dispose pas de spécialistes de sa carrure !
 
Il y avait aussi le vice-président de la FNSEA :

« les médias ne nous aident pas à faire la promotion de l'élevage français qui est plus familial que ce que l'on dit »

On aurait aimé entendre le président de la FNSEA, Xavier Beulin.
Cet homme d'affaires est à la tête du groupe Avril, spécialisé dans la transformation des oléagineux et des protéagineux, qui est par sa filière Sanders le numéro 1 de la nutrition animale en France, donc premier pourvoyeur en aliments des élevages intensifs.
Il aurait été assez cocasse d'entendre ce céréale-killer (comme avait titré Libération) défendre l'élevage familial…
Bref, inviter la FNSEA, lobby de l'agriculture et de l'élevage industriels, est pour le moins farfelu de part du lobby taurin, dont l'un des sophismes préférés est de vanter la vie libre et au grand air du taureau avant l'arène. Enfin bon, on sait que la cohérence n'est pas la vertu cardinale des taurinistes. 

Aujourd'hui 5 octobre, les maires de l'UVTF (Union des Villes Taurines de France) sont invités  à signer une « Charte pour les libertés et la diversité des cultures » dont on peut apprécier le niveau argumentaire : elle conclut sur l'inscription de la culture taurine à l'inventaire du patrimoine culturel de la France... alors que cette inscription n'existe plus en l'état actuel des choses.

 

Mais après cet enfilage de perles, la meilleure était pour la fin :

« info exclusive au terme de cette journée des sénateurs vont demander une enquête parlementaire sur les mouvements animalistes »
Bonté divine, ainsi le Conseil National de l'Ordre des Vétérinaires va devoir venir s'expliquer devant la Chambre haute ?!

Les animalistes médisants vont prétendre que si cette commission ne voit pas le jour, André Viard aura l'air d'un damné cornichon.
Pas grave, enchaîneront les mauvaises langues, il a l'habitude.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.