Le décompte des Gilets Jaunes par Beauvau

Le nombre de Gilets Jaunes estimé samedi 8 décembre par le ministère de l'Intérieur apparaît pour le moins sujet à caution.

Christophe Castaner a déclaré lors de son point presse place Beauvau, samedi 8 décembre en fin d'après-midi :

« Nous avons comptabilisé à peu près 125 000 manifestants sur l'ensemble du territoire, dont 10 000 pour Paris. » (vidéo à partir de 0:40)

10 000 manifestants sur Paris ?

Vendredi, sur la page du ministère de l'Intérieur était annoncée pour Paris la présence de 10 000 membres des forces de l'ordre :
« Les rassemblements feront l’objet d’un dispositif de sécurité de grande envergure : 89 000 policiers et gendarmes seront mobilisés partout en France, dont 10 000 à Paris. »

Il y avait donc un seul gilet jaune pour chaque membre des forces de l'ordre ? Je n'ai pas eu l'impression, mais bon, si le ministre de l'Intérieur le dit…

A moins que M Castaner ait un problème avec les chiffres.
En effet, lors de la conférence de presse place Beauvau vendredi matin 7 décembre, mise en ligne sur la page ci-dessus, il déclarait à propos des manifestants :
« Combien sont-ils aujourd'hui en réalité ? A peu près 10 000 dans toute la France. 10 000, ce n'est pas le peuple. Ce n'est pas la France. C'est une petite minorité. » (à partir de 03:26)
Si M Castaner estime que tous
les Gilets Jaunes de France sont montés samedi à Paris, qui diable sont ceux qui ont manifesté dans toutes les régions?... 

Conférence de presse dispositif de sécurité du samedi 8 décembre 2018 © Ministère de l'Intérieur

Le ministère de l'Intérieur répète chaque samedi que les mobilisations des Gilets Jaunes sont difficilement contrôlables parce que les rassemblements ne sont pas déclarés et que les manifestants sont dispersés et mobiles.
Mais en revanche, il disposerait donc d'un algorithme magique pour les dénombrer ?

Si tel est le cas, cet algorithme apparaît peu performant…

Et si M Macron dispose d'instruments de calcul aussi cohérents pour évaluer le «ruissellement» du capital, ça explique bien des choses.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.