Alès : âmes sensibles s'abstenir

 

Les amateurs de corrida aiment à botter en touche en renvoyant au sort des animaux dans les abattoirs.
Qu'ils se rassurent : l'association L214 travaille à éclairer cette question.
 

Abattoir made in France - Alès (English subtitles) © Association L214

 

Parmi les arguties des zélateurs de la corrida, vient souvent : « Les défenseurs des animaux qui s'en prennent à la corrida feraient mieux d'aller voir ce qui se passe dans les abattoirs ! »

Ces amateurs de sang peuvent remercier l'association L214 : elle met une fois de plus au jour ce qui se passe derrière ces murs.

Et cette fois, il s'agit de l'abattoir d'Alès, ville du Gard où, depuis plusieurs années, la féria de mai donne lieu à des manifestations contre la corrida menées par le CRAC-Europe.

La corrida ne concerne "que" 700 bovins tués par an dans les arènes en France. Mais elle symbolise la violence gratuite des hommes envers les animaux, c'est pourquoi il est important de la faire disparaître.
L'abattage industriel concerne quant à lui 4,5 à 5 millions de bovins par an en France. Sans compter bien sûr les autres animaux. Et il se fait dans des conditions souvent intolérables, comme l'illustre la vidéo de L214.

Dans notre monde qui fonctionne à l'image, cette vidéo a créé un choc dans les médias.
Sur les sites de chaînes de télé : TF1, FranceTV, BFMTV...
Sur les sites de radios : Europe 1, RTL, France Info...
Sur les sites de quotidiens nationaux : Le Monde, Libération, Le Figaro, Le Parisien, La Croix, France Soir, Métro...
Sur les sites d'hebdos : Le Point, L'Express, Le Nouvel Obs, Match...
Sur les sites de médias régionaux, à commencer par le Languedoc : France3, Le Midi Libre, Objectif Gard...
Mais aussi ailleurs sur d'autres sites de la presse régionale, par exemple la presse régionale de Bretagne, région particulièrement concernée par l'élevage et l'abattage : Ouest France, Le Télégramme...

Les séquences d'abattoir évoquent bien sûr Le sang des bêtes, tourné par Georges Franju en 1949.

Le Sang Des Betes - Georges Franju - 1949 © V3nom7

La mort était déjà dure pour les animaux.
Mais, de même que l'élevage est devenu concentrationnaire, cette mort semble être devenue pire avec l'abattage industriel.

logo-L214.png

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.