L'épidémie de conarovirus sur Youtube et les réseaux sociaux : à propos d'un cas

Une vidéo d'1/4 d'heure prétendant annoncer des scoops sur le COVID-19, mise en ligne sur Youtube le 11 avril, a dépassé 1 260 000 vues. L'auteur invitant en début de vidéo les médecins et les personnels du corps médical à partager sa vidéo, je mets un point d'honneur à obtempérer, en accompagnant ce partage d'une brève analyse de l'auteur et d'une analyse du contenu.

Silvano Trotta - 11 avril 2020 © Silvano Trotta

 

I - Le youtubeur Silvano Trotta

Je vous invite à consulter ses vidéos antérieures

Vous y apprendrez, à partir de données factuelles et d'analyses rigoureuses, que la Bible est un artefact des célestes, que les extra-terrestres utilisent toujours les mêmes méthodes pour enlever des êtres humains, que l'atterrissage des Américains sur la lune a été tourné en studio, que les chemtrails révèlent l'utilisation de la géo-ingénierie par une coalition d'agences gouvernementales afin de changer le climat, que lorsqu'on a vu un OVNI on n'a plus la même conception du monde, que les USA ont co-organisé le 11 septembre, que les Bêtes tueuses de l'ultramonde ont des capacités télépathiques hors du commun, que l'incendie de Notre-Dame a été ordonné parce qu'une reconstruction rapporte de l'argent, qu'il est impossible que les crop circles soient d'origine humaine, ou que les apparitions mariales ont des points communs surprenants.

Et vous apprendrez à vous méfier comme il se doit des cerbères de la pensée dominante, qui vous traitent de complotiste ou de conspirationniste dès que vous révélez les Vérités qui dérangent.

En fait, même s'il aime être en dehors des clous, Trotta est davantage un manipulateur genre cybergourou qu'un délirant : il a dû simplement s'apercevoir qu'il pouvait ainsi bonimenter des tas de gens crédules et booster son audimat.
Rappelons que Youtube peut servir à gonfler son ego, et accessoirement à gonfler son porte-monnaie.

Puis, avec le COVID-19, il a vu une nouvelle occasion de booster son audimat en ratissant beaucoup plus large, car :
- ce virus émergent constitue un danger invisible, imprévisible, et peu contrôlable, tant pour les gens que pour les pouvoirs publics,
- beaucoup de gens sont très méfiants envers les "élites", qu'elles soient politiques, économiques ou médiatiques (non sans raison, il faut bien le dire).

Il a donc mis de côté le conspirationnisme paranormal pour mettre en place une manipulation banale, basée sur la pensée manichéenne, le clivage, la promotion de faits non vérifiés, l'annonce spectaculaire de nouvelles qui n'en sont pas, la mise en avant des personnes au lieu des faits, etc…
Il a d'ailleurs changé les images de son générique, auparavant du genre paranormal inquiétant (cf par exemple ici), à présent gentiment conviviale (même s'il a laissé la bande-son genre Alien).

Et dans le cadre de cette nouvelle posture, il fait partie comme il se doit de la cyber-Cour de Son Altesse Hydroxychloro King, demi-dieu veillant sur les hommes et le bien public face à Big Pharma et aux rapaces politico-médiatiques du Nouvel Ordre Mondial.

On nous cache tout © Jean-Paul Richier

II - Analyse de la vidéo

La vidéo comporte 3 parties.

A - L'extrait de la vidéo de Cameron Kyle-Sidell (médecin urgentiste à New York)

Dans sa vidéo mise en ligne le 31 mars, cet urgentiste affirme que le COVID-19(*) n'est pas une pneumonie, mais ressemble plutôt à un trouble de haute altitude, que les patients ne devraient pas être traités pour insuffisance respiratoire (difficultés à respirer) mais pour hypoxie (manque d'oxygène), et que la pression de la ventilation mécanique assistée (les respirateurs artificiels) peut en fait provoquer des lésions pulmonaires et faire beaucoup plus de mal que de bien. 

C'est suite à ses observations sur le terrain que Cameron Kyle-Sidell a cru devoir réagir sur le mode "lanceur d'alerte", en court-circuitant la littérature médicale, même rapide genre "lettre à la rédaction".
Dans un sens, autant les gesticulations d'Ubu-Raoult, le Donald Trump de l'infectiologie, sont irresponsables, autant l'alerte d'un gars dont le rôle est d'éviter aux patients de quitter l'Unité de Soins Intensifs les pieds devant peut se comprendre. D'ailleurs son alerte a été relayée dans des médias médicaux sérieux comme Medscape

Mais les effets contre-productifs ont été ravageurs : sa vidéo a envahi les chaînes Youtube, les sites web, et les comptes socioréticulaires les plus complotistes.

Une petite remarque en passant : Trotta précise que le sous-titrage a été opéré par la chaîne Youtube "Ciel Voilé", qui est une chaîne conspiro dédiée à « la manipulation de l'atmosphère terrestre à grande échelle par des moyens visibles et invisibles ».
En plus la traduction n'est pas parfaite : ainsi, "viral induced disease" est traduit par "maladie virale provoquée" au lieu de "maladie provoquée par un virus", lapsus ou message subliminal adressé aux conspiros ?…

Sur le fond

Cette mise en garde n'est pas un scoop : un médecin américain et des médecins allemands avaient déjà attiré l'attention là-dessus en mars. D'ailleurs, je vous rassure, la SFAR (Société Française d’Anesthésie et de Réanimation) avait mis en ligne sur son site dès le 21 mars une communication d'un de ces médecins (professeur italien émérite travaillant en Allemagne comme "professeur invité").
La comparaison avec le trouble de haute altitude a été contestée, et d'autre part les médecins qui se sont exprimés sur la question n'ont pas de position manichéenne, c'est l'éternel problème du rapport bénéfice-risque et du cas par cas.

B - L'article du Pr Sandro Giannini.

Dans un article mis en ligne le 9 avril par un canard italien, le Buongiorno News, ce médecin aurait déclaré :
   • "je pense avoir démontré la cause de la létalité du coronavirus".
   • "le problème est cardiovasculaire, et non respiratoire ! C’est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie, qui est à l’origine du décès ! Et pourquoi des caillots se forment-ils ? Parce que l’inflammation induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique bien connu."

Mais on commence à tiquer en lisant, plus loin :
   • "En fait, nos services COVID n'ont jamais enregistré de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde! Parce qu'ils fabriquent de la cortisone, un puissant anti-inflammatoire!"
D'une part, la polyarthrite rhumatoïde est au contraire un facteur de risque connu des pathologies thrombo-emboliques. D'autre part les patients souffrant de cette maladie ont plutôt tendance à manquer de cortisone, puisqu'on leur en prescrit comme médicament afin de soulager l'inflammation.

En réalité, le Pr Sandro Giannini n'a pas écrit cet article. Il l'a signalé au canard qui l'avait publié, celui-ci l'a supprimé, et a mis en ligne le 21 avril un correctif selon lequel il s'agissait en fait d'une transcription d'un chat entre des médecins de Pavie.
D'ailleurs, dans sa vidéo, Trotta nous récitait le CV de Giannini, où il est donc chirurgien orthopédique, puis enchaînait en lui faisant dire les propos contenus dans l'article, où il était donc devenu… cardiologue.
Pour ceux qui veulent lire cette VF, il s'agit de celle toujours en ligne sur le site d'Alain Soral, qu'on ne présente pas.

Sur le fond

En ce qui concerne l'aspect médical (si on exclut la réflexion sur la polyarthrite rhumatoïde) :
- le risque thrombo-embolique dans le cadre du COVID-19 n'est pas un scoop, la première étude (chinoise) attirant l'attention sur le sujet remonte au 19 février.
- le problème posé par la réaction inflammatoire dans le cadre du COVID-19, qui effectivement favorise l'évolution thrombo-embolique, n'est pas un scoop non plus, maintes études s'y intéressent depuis début mars. Et là aussi la question du recours aux anti-inflammatoires, qu'il s'agisse des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) ou des corticostéroïdes, est complexe et se pose en termes de rapport bénéfices-risques.

C - Le post Facebook de Philippe Paliard 

Dans un post publié le 11 avril, il annonce que sa mère, médecin généraliste dans l'Isère, a prescrit deux antibiotiques à une série de patients avec des résultats prodigieux tenant du miracle. 

   • "Depuis plus d’un mois, ma mère est confrontée à plusieurs patients présentant les symptômes du Covid-19 […] elle décide alors de leur prescrire une combinaison « Macrolide + C3G » : deux familles d’antibiotiques bien connus, […] utilisés depuis 20 ans contre les pneumonies atypiques."

Dans le cadre de ce qu'on continue à appeler du terme vieillot de "pneumonies atypiques", autant les macrolides ont montré leur efficacité contre les principales infections à bactéries intracellulaires, autant les C3G (céphalosporines de 3ème génération) ne sont nullement recommandées. L'autre classe d'antibiotique surtout utilisée dans ces cas est la classe des tétracyclines.

   • "En 24 à 48h, tous les symptômes disparaissent brutalement. Prodigieusement. Cela chez tous ses patients"
       […]
   • "Je peux moi-même témoigner de l’efficacité de ce traitement. Après avoir tenu un bureau de vote la journée du 15 mars pour les municipales, j’ai eu plusieurs symptômes du Covid. … Quand ma mère m’a prescrit ce traitement un matin, j’étais remis sur pied le soir même !"

Ah, le sempiternel argument de l'expérience personnelle ! Moi-même, je n'arrêtais pas de tousser et de me moucher, j'ai fait trois signes de croix, le lendemain j'étais en pleine forme. 

A propos de bureau de vote, profitons-en pour préciser que Philippe Paliard était le deuxième d'une liste ("divers droite") lors du premier tour des municipales en mars dans la petite commune d'Eybens (Isère). Cette liste est arrivée en deuxième position, et les mauvais esprits pourraient penser que sa publication Facebook (qui comptait plus de  15 000 partages 3 jours plus tard) avait avant tout pour but de se faire mousser en vue du second tour.

       [...]
   • "Et si le traitement miracle, […] c’était le macrolide ?"
       [...]
   • "Relayez ce message. Car si vous ou l’un de vos proches est touché par le Covid, demandez à ce que l’on donne ce traitement."
       [...]
   • "Alors s’il vous plaît, partagez, partagez !"

No comment.

On lit aussi plus loin :

   • "Il y a quelques jours, nous avons découvert la mise en ligne d’un dossier du Haut Conseil de la Santé Publique, daté du 5 mars 2020 et demandé par Jérôme Salomon, directeur Général de la Santé, avec les recommandations de traitement contre le covid-19. Il est écrit noir sur blanc ce même traitement : Macrolide + C3G."

La recommandation de l'association macrolide + C3G concernait la prise en charge des patients présentant un *choc septique associé*, c'est-à-dire des troubles graves de la circulation et du métabolisme cellulaire mettant en jeu le pronostic vital. Mais ce détail a échappé à l'auteur.

Les données du Dr Sabine Paliard-Franco 

Sabine Paliard-Franco est fort discrète sur internet, et c'est tout à son honneur.
En fait, avant l'explosion des références à son égard suite à la publi de son fils, elle n'y était apparue qu'à l'occasion d'une lettre qu'elle avait adressée en mai 2019 à Agnès Buzyn et Jean Leonetti, pour prendre parti contre l'arrêt des soins à Vincent Lambert. C'était son droit le plus strict.
Cette lettre n'était pas une lettre "ouverte", et se retrouve pourtant sur le site "Familles Santé Prévention", l'association fondée par Henri Joyeux, notamment connu pour son militantisme anti-vaccin. Sous couvert d'une "spiritualité" consensuelle, le Pr Joyeux défend de longue date l'ordre moral chrétien traditionnel.
Et les seuls autres sites où se retrouve cette lettre sont des sites catholiques, dont certains clairement d'extrême-droite genre Le Salon Beige. 

Donc les mauvais esprits pourraient se demander si la promotion que lui fait Trotta est une coïncidence, quand on sait que celui-ci a consacré quelques jours plus tard, le 15 avril dernier, une vidéo (intitulée "Le Gouvernement Mondial") à un entretien  avec Valerie Bugault, membre de Civitas, mouvement catholique intégriste d'extrême-droite. Mais bon, je ne vais pas me mettre en mode complotiste. wink

Pour en revenir au sujet, le Dr Sabine Paliard-Franco avait fait part de ses résultats à la SFGG (Société Française de Gériatrie et Gérontologie) par deux lettres du 26 et du 29 mars. Ces deux lettres se voulaient des exposés descriptifs destinés à partager son expérience avec ses confrères médecins. Elle ne comportaient pas les erreurs du post de son fils (ainsi, la C3G y est prescrite en cas de signes ORL marqués ou d’infections pulmonaires lobaires aiguës). Elles ne concluaient pas au traitement miracle définitif. Et elles précisaient bien, point capital, qu'il s'agissait de patients présentant des syndromes grippaux, mais non confirmés COVID-19 faute de tests (RT-PCR) accessibles.
Leur mise en ligne par la Société Française de Gériatrie et Gérontologie était donc légitime.

Mais la SFGG les a retirées le 13 avril, à son initiative ou la demande du Conseil de l'Ordre.
Pourquoi ?
A cause de la publication imbécile de son fils, évidemment, et de son relais débile par Silvano Trotta.
("Relayez ce message. Car si vous ou l’un de vos proches est touché par le Covid, demandez à ce que l’on donne ce traitement.")
Philippe Paliard a également supprimé son post le 13 avril, sans doute à la demande de sa mère,… mais un peu tard.
Le Dr Paliard-Franco peut remercier son fiston : grâce à lui, ses observations sont devenues inaccessibles aux médecins. 

(on peut trouver des copies ou des sauvegardes de ses lettres, comme du post de son fiston, mais il faut fouiner un peu sur le web)

Sur le fond

L'action potentielle des macrolides (érythromycine, clarithromycine, azithromycine…) contre les infections virales, via leurs effets immunomodulateurs (modification de la réponse immunitaire), incluant des effets anti-inflammatoires, est évoquée depuis une dizaine d’années.
Une possible action dans le cadre du COVID-19 est discutée dans des publications scientifiques depuis février. Mais à ce jour aucune étude contrôlée n'a été publiée.

BREF

cagouleonnouscachetout

Silvano Trotta s'y connaît en médecine comme moi en physique quantique. C'est une caricature d'ultracrépidarien

Sa façon de prétendre être suivi par de nombreux médecins, et d'inviter à faire connaître ses révélations aux médecins, serait juste risible si elle ne risquait pas de compliquer encore davantage la tâche des toubibs en cette période inhabituelle.

Cet individu, qui a manifestement un besoin irrépressible de se faire mousser sur Youtube, est, sous couvert de bons sentiments, un manipulateur toxique qui embrouille les gens en simplifiant des situations complexes à partir de scoops à la noix.
Faudrait-il censurer sa chaîne ? Non, bien sûr, la liberté d'expression est un droit fondamental à préserver.
Mais il faudrait trouver d'urgence un vaccin pour protéger les jobards abonnés à sa chaîne.

 ________________
(*) : en principe il faudrait dire "la" COVID-19, puisque le "D" de COVID renvoie à "Disease" (maladie), mais bon…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.