Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mars 2020

Les USA lancent un mandat d'arrêt contre Nicolas Maduro !

Alors que le monde est sidéré par l'épidémie de COVID-19, l'administration trumpienne lance un procédé inédit pour régler ses comptes avec le Venezuela.

Jean-Paul Richier
Praticien hospitalier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attorney General Barr and DOJ Officials Announce Significant Law Enforcement Actions Relating to.. © The Justice Department


L'annonce du gouvernement américain

Le 26 mars, une conférence de presse a été tenue et un communiqué a été publié par le ministère de la Justice américain.
Nicola Maduro, président du Venezuela, et 14 autres responsables vénézueliens, sont officiellement accusés de narco-terrorisme, corruption, trafic de drogue et autres faits criminels, dans le cadre d'une conspiration visant à porter atteinte aux États-Unis.
Le ministère des Affaires étrangères américain offre une récompense 30 millions de dollars à qui fournira des renseignments permettant leur arrestation ou leur condamnation, dont 15 millions pour Maduro.

DEA/Handout via REUTERS.

L'état du Venezuela

Le Venezuela est dans une situation économique de plus en plus catastrophique :
- pour partie en rapport avec la gestion économique et monétaire du pays par le régime chaviste trop axée sur la rente pétrolière (rappelons que le Venezuela dispose des plus importantes réserves de pétrole au monde),
- mais également due à la politique délibérée des États-Unis depuis des années pour éliminer un régime qui lui tient tête, avec la mise en oeuvre d'un blocus financier et commercial délétère, encore accentué avec l'arrivée début 2017 de Donald Premier au pouvoir.

Et cette situation s'est encore aggravée ces derniers temps avec la baisse vertigineuse du cours du pétrole, en rapport :
- avec la baisse de la demande suite à la paralysie mondiale croissante au fil de la pandémie de COVID-19,
- puis avec l'augmentation paradoxale de l'offre décidée le 8 mars par la pétromonarchie saoudienne dans le cadre du jeu à trois entre MBS, Vladimir, et Donald, le trio de tête des producteurs d'or noir.
Le cours du baril a baissé de 64 %  depuis début janvier !!!

A côté de cela il y a un conflit politique interne, notamment depuis la mort de Chavez en 2013 puis la baisse du cours du pétrole de 2014.
Trump a promu l'opposant Juan Guaido comme "vrai" président du Venezuela, et Emmanuel Macron n'a rien trouvé de mieux le 4 février 2019 que de cautionner cette stupéfiante ingérence en déclarant que la France reconnaissait Juan Guaido comme "président en charge"…

Certes, Maduro et son équipe ne sont pas des enfants de chœur. Mais l'Amérique latine n'est pas un continent de bisounours, et l'histoire et la culture politiques latino-américaines ne sont pas celles de l'Europe. En tout cas c'est aux Vénézuéliens de gérer leur fonctionnement. Et si une instance extérieure doit intervenir, c'est l'ONU.

Pour finir, le coronavirus s'est invité au Venezuela depuis mi-mars, ce qui risque d'avoir de graves effets vu l'état du pays.

Alors ?

L'administration étatsunienne trouve donc probablement le moment opportun pour lancer cet appel à l'arrestation de Maduro, mettant en avant des motifs de sécurité interne pour s'émanciper des règles onusiennes.

Les preuves avancées évoquent bien entendu l'épais dossier présenté par le ministre des Affaires étrangères américain Colin Powell à l'ONU le 5 février 2003, qui contenait les soi-disant "preuves" que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive, et qui allait conduire le mois suivant à l'intervention militaire "préventive" en Irak, avec les conséquences secondaires que l'on sait dans la région…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl