Simone Veil et André Viard

La disparition de Mme Veil rappelle les sordides violences verbales qui la visèrent.

Simone Veil nous a quitté à l'âge de 89 ans. Sa disparition suscite un hommage authentique de l'ensemble des médias français, mais également étrangers.

veil

Sont ainsi rappelées les attaques odieuses dont elle a été l'objet quand elle a défendu l'IVG lors des débats à l'Assemblée nationale, en 1974.

L'IVG est devenue un droit acquis de nos jours, sauf pour quelques bondieusards attardés, mais à l'époque il fallait du courage pour la défendre. Rappelons que l'Ordre des Médecins (auquel je suis toujours contraint de payer annuellement ma cotisation) s'était formellement opposé à la légalisation de l'IVG. Mme Veil savait parfaitement que l'avortement est toujours un choix particulièrement douloureux pour une femme. Dans un monde idéal, on ne devrait pas y avoir recours, mais notre monde n'est pas idéal.

Ces attaques renvoient à une autre attaque odieuse dont elle a fait l'objet en juillet 2011.

Je faisais référence dans mon billet précédent, suite à une chanson sur la mort d'un toréador, au communiqué publié sur le site de l'association intitulée Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT). Ce communiqué assénait « sont dépassées les limites de la bêtise [..], mais surtout de l'ignominie », dénonçait « une volonté délibérée d'offenser », et exigeait « des excuses publiques de la part de l'auteur ».

Le président de cette association dédiée au lobbying tauromachique est André Viard. Il a écrit sur son site, en juillet 2011, un billet sur Simone Veil qui se prête particulièrement bien au texte susmentionné.

En juillet 2011, Simone Veil avait eu le malheur de prendre position contre la corrida, et de se prononcer contre l'accès des moins de 16 ans à ces spectacles, en signant le manifeste de la FLAC.

André Viard la renvoya immédiatement dans cet éditorial au génocide dont elle était responsable, « l'assassinat des feotus(*) dans le ventre de leurs mères » ayant entraîné les « 7 millions et demi d'être(*) humains en puissance qui ont été privés du droit d'exister », enchaînant « Les chiffres de ce -inscrivez ici le mot de votre choix- perpétré au nom de principes dont il ne s'agit pas ici de débattre, madame Weill(*) les connaît bien, ce qui aurait dû l'inciter à plus de décence : peut-on justifier l'avortement des humains et condamner la mort du toro ?» et concluant « il est navrant de constater combien elle semble ne plus être en mesure de hiérarchiser les problèmes. Ce qui […] est un signe navrant d'obsolescence. »

    (*) : je conserve l'orthographe de celui qui se présente sur son site hispanophone comme un « universitaire »...

A quel autre mot le « mot de votre choix » pourrait-il renvoyer, sinon au mot « génocide » ?
Chacun sait que le génocide juif a laissé des traces terribles dans l'histoire personnelle et familiale de Simone Veil, rescapée du camp d'Auschwitz-Birkenau.

Bref, en réponse au communiqué publié sur le site de l'ONCT, la directrice de France-Inter et le médiateur de Radio-France ne pouvaient que balayer de prétendues protestations portées par un tel personnage.

André Viard, le porte-parole de la tauromachie en France, a toujours été à la hauteur de la cause qu'il défend.

André Viard (Roger Lahana®) André Viard (Roger Lahana®)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.