mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 29 mai 2016 29/5/2016 Édition du matin

Bonne année Geneviève !

Tout est bien qui finit bien. Le feuilleton médiatique des deux « lycéennes fugueuses » à Notre-Dame-des-Landes se dénoue comme un film hollywoodien puisque, après Camille, c'est maintenant Geneviève qui « retourne chez sa maman ». Elles se sont rendues à la raison. Et pourtant...

Tout est bien qui finit bien. Le feuilleton médiatique des deux « lycéennes fugueuses » à Notre-Dame-des-Landes se dénoue comme un film hollywoodien puisque, après Camille, c'est maintenant Geneviève qui « retourne chez sa maman ». Elles se sont rendues à la raison. Et pourtant...

 

 

À son retour, Geneviève devrait être examinée comme Camille avant elle par un pédopsychiatre, a indiqué le procureur, selon leparisien.fr. On reste perplexe, surtout quand on écoute — comme sans doute le pédopsychiatre devra l'entendre — ce que dit Genevève :

« Je veux vivre dehors, faire des rencontres inattendues, être libre de mes mouvements », expliquait-elle mardi à l'un de nos journalistes, qui l'avait retrouvé du côté de Notre-Dame-des-Landes, aux côtés des opposants au futur aéroport du Grand-Ouest. Elle demandait alors à sa famille « de respecter (son) choix». « Je vais bien et je suis heureuse » et « surtout, je suis en accord avec moi-même », ajoutait alors la jeune fille qui se définit « comme une anarchiste ». « Ici, on vit en communauté, et ça me plaît. Ensuite, je me reconnais dans le combat des anti-aéroport, un projet qui menace la nature sans être nécessaire. On défend une cause juste », poursuivait-elle. (leparisien.fr)

 

De tout ce que Geneviève revendique, « anarchiste » est ce qui trouble, choque, révulse le plus les médias. Est-ce moins respectable que d'être socialiste, umpiste, frontiste ?... Selon lefigaro.fr, « la police est sur une piste ».

L'aventure des deux jeunes filles à Notre-Dame-des-Landes a sa place dans la rubrique « Politique » pas dans les « Faits divers » et les chiens de garde ne sont pas dupes de leur imposture éditoriale. Elle est symptômatique d'une jeunesse qui ne reconnaît pas des représentants obsolètes qui mènent au néant, qui répond par ses actes à l'appel d'un ancien Résistant de 96 ans qui les incite à s'indigner, et qui se bat pour un monde meilleur.

C'est grave docteur ?

Bonne année Geneviève.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 07/01/2013 04:30
  • Par JJMU
  • Parvis du Palais de Justice - Métro Cité, à Paris

  • Soutien pour les 10 militantEs antifascistes inculpéEs!
  • Mercredi 9 janvier 2013, 10 militantEs [AFA, AL, FA, NPA] doivent comparaître au Tribunal de Grande Instance de Paris.

    Le 8 mars 2012, ces militants avaient été interpelléEs et placéEs en garde à vue avant d’être déféréEs au Palais de Justice au motif de tags et d'affiches contre la tenue d’un meeting « La France en danger » organisé à l'Espace Charenton (Paris 12ème) par le Bloc Identitaire – groupuscule appartenant à la frange dure de l’extrême droite.

    Au total, 62 heures passées dans les locaux de la police pour ces militantEs antifascistes, dont près de 40h à la Section anti-terroriste de la Brigade criminelle du 36 Quai des orfèvres.

    Alors que les courants fascistes réinvestissent la rue et les espaces publics, que leurs appels à la haine se propagent dans les médias, que les idées réactionnaires et racistes progressent inlassablement dans le champ politique, la riposte antifasciste n'est pas seulement urgente, elle est vitale.

    Le 9 Janvier, soyons nombreu-ses-x pour crier notre opposition au fascisme, à la répression d'État et exiger la relaxe pour touTEs les militantEs antifascistes inculpéEs !

    RDV mercredi 9 janvier à 12h45 sur le parvis face au Palais de Justice - Métro Cité