Jean-Pierre Anselme

journaliste-peintre

Son blog
194 abonnés A L'ABORDAGE !
Voir tous
  • Mediapart, Emmanuel Macron et François Ruffin

    Par
    Invité dans l'émission spéciale en direct de Mediapart, animée par Edwy Plenel, vendredi soir, en clôture de sa campagne électorale, Emmanuel Macron, répondant aux questions des journalistes du journal en ligne, a pu pendant plus de deux heures (2 heures 17 minutes exactement) développer ses idées et son programme. Sans grand encombre sauf quand, à la dix septième minute, surgit un OVNI.
  • « Monsieur Macron, vous êtes détesté d'emblée »

    Par
    « Il y a, dans la classe intermédiaire, chez moi, chez d’autres, encore un peu la volonté de “faire barrage”, mais qui s’amenuise de jour en jour, au fil de vos déclarations, de votre rigidité. Mais en dessous, dans les classes populaires, c’est un carnage », affirme le journaliste et réalisateur, François Ruffin, dans une tribune du Monde : « Lettre ouverte à un président déjà haï ».
  • Razzia sur le travail!

    Par
    Dans son dernier livre, le sociologue Patrick Rozenblatt nous invite à voir ce qui nous est savamment caché : le travail gratuit que nous fournissons quotidiennement, sans y prêter attention, comme « consommateurs-travailleurs »... pour le plus grand profit du capital. Une vision subversive du travail au 21e siècle, loin de sa conception conformiste véhiculée dans la campagne présidentielle.
  • Présidentielle : Macron-Fillon-Le Pen sous le scalpel

    Par
    Rendus célèbres par leur étude au long cours des grandes fortunes, les sociologues Monique et Michel Pinçon Charlot analysent le monde glacé des candidats des droites. À l'occasion de la parution de son dernier livre, « Les prédateurs au pouvoir », le couple démontre dans une vidéo en quoi Macron, Fillon et Le Pen sont les trois fers au feu de l'oligarchie... qui ne se trompe jamais de vote...
  • «Les étrangers sont une chance !»

    Par
    Pour Alain Badiou, « La masse des ouvriers étrangers et de leurs enfants témoigne dans nos vieux pays fatigués de la jeunesse du monde, de son étendue, de son infinie variété. C’est avec eux que s’invente la politique à venir. » Le philosophe appelle à l'insurrection contre « le “monde” du capitalisme déchaîné » qui « rejette la majorité de l’humanité dans un “autre” monde dévalué ».