Masques et fusils d'assaut

À cette rentrée des classes, des établissement scolaires ont fait appel aux forces de police pour contrôler le port du masque par les élèves. Sans que cela suscite la moindre réaction.

« La mort et les masques », James Ensor, 1897 © DR « La mort et les masques », James Ensor, 1897 © DR

Les élèves du collège Condorcet, à La- Chapelle-de-Guinchay (Saône-et-Loire), ne sont pas prêts d’oublier leur rentrée scolaire 2020. Missionnés pour contrôler le port des masques par les collégiens, une patrouille de la brigade de gendarmerie locale ainsi que le peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Mâcon, venu en renfort, étaient présents à l’entrée de l’établissement et à la sortie des bus scolaires pour leur souhaiter la bienvenue dans le « monde d’après ».

Les 562 élèves de l’établissement ont ainsi pu se familiariser avec les armes de guerre ostensiblement portés par les gendarmes, comme ces fusils d’assaut HK UMP, équipés d’un chargeur de 30 balles de 9 mm parabellum, avec une portée de 100 mètres et une cadence de tir de 600 coups par minute. « Aujourd'hui, la prévention est mise en avant, rassure l'adjudant chef Éric Herblet dans « Macon info » qui rapporte l’événement (immortalisé avec un très édifiant album photos). « Notre intervention a surtout pour objectif de bien faire rentrer dans les mœurs que le masque doit être porté ». De son côté, la principale du collège, Maryline Pernot, tient à « simplement remercier les services de sécurité d'être venu contrôler le port du masque. Nous n'avons pas trop de problème, mais il est important que tout se passe bien. C'est un bon signe pour les enfants ».

D’autres « bons signes pour les enfants » ont été également envoyés dans l’Essonne, dans la Vienne, à Besançon… (ICI et ) Ailleurs aussi ?... Difficile de le savoir, d'autant que, jusqu’à plus ample informé, ces rentrées scolaires bleues marines n’ont suscitées aucune réaction des syndicats de l’Éducation nationale et des associations de parents d’élèves.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.