Le ministère de l’Éducation s’inquiète d’une « fronde » des élèves

À la veille de la réouverture des écoles, le ministère de l’Éducation nationale diffuse sur son site Internet une salve de directives aux enseignant-e-s appelés à surveiller voire à sanctionner les jeunes qui auraient l’audace « d’utiliser la crise du Covid 19 » pour mener une « fronde contre les mesures du gouvernement » et dénoncer « l’incapacité des États à protéger la population ». Ambiance…

Le cauchemar de Jean-Michel Blanquer... © DR Le cauchemar de Jean-Michel Blanquer... © DR

Alors que la réouverture des établissements scolaires approche à grands pas, le ministère de l'Éducation Nationale diffuse des consignes destinées aux enseignant-e-s. Sur son site Internet, plusieurs directives sont données sur les attitudes à adopter envers les élèves : des « fiches » de reprise sont mises en ligne. L'une d'elle s'intitule « Risque de replis communautaristes ». En réalité, cette fiche invite les enseignant-e-s à surveiller voire à sanctionner toute pensée contestataire.

En substance :

• « La crise du Covid-19 peut être utilisée par certains pour démontrer l’incapacité des États à protéger la population » (diantre !)

• « Divers groupes radicaux exploitent cette situation dramatique dans le but […] de troubler l'ordre public »

• « Certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’hostilité et de défiance : remise en question radicale de notre société »

 Plus loin, le document s'alarme de « contre projets de société » et d'une possible « fronde contre les mesures du gouvernement ». Il demande de « lutter contre la désinformation, les rumeurs et les fake news ». Pour le moins ironique vu le nombre de mensonges d'État diffusés ces dernières semaines. La fiche appelle donc les enseignant-e-s à « prendre en compte l’intégralité du spectre des idées radicales », notamment politiques et religieuses ... Un grand fourre tout !

Bref, on l'aura compris, derrière une prétendue « lutte contre le communautarisme », ce sont toutes les manifestations de doute voire de contestation du gouvernement et de ses mesures criminelles qui doivent être surveillées et sanctionnées.

Avec le Coronavirus, le gouvernement aimerait transformer le pays en caserne, à commencer par les écoles, les collèges et les lycées. Les enseignant-e-s obéiront-ils à ces injonctions ?


La fiche : https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Reprise_deconfinement_Mai2020/69/5/Fiche-Replis-communautaires_1280695.pdf

La page du ministère de l'Éducation : https://eduscol.education.fr/cid151499/reouverture-des-ecoles.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.