Ainsi naissent les ZAD

Qui dit ZAD dit Notre-Dame-des-Landes et, depuis le meurtre de Rémi Fraisse, le barrage de Sivens. Mais il y a aussi en France des dizaines d'autres projets inutiles et imposés où sont réunis les mêmes ingrédients explosifs : expertises bidons pour des projets destructeurs de l'environnement, démocratie confisquée par des élus autistes, refus d'entendre les citoyens... En Charente-Maritime, làs d'être méprisés, les contestataires d'un projet d'hyperincinérateur se préparent à passer à la ZAD.

Qui dit ZAD dit Notre-Dame-des-Landes et, depuis le meurtre de Rémi Fraisse, le barrage de Sivens. Mais il y a aussi en France des dizaines d'autres projets inutiles et imposés où sont réunis les mêmes ingrédients explosifs : expertises bidons pour des projets destructeurs de l'environnement, démocratie confisquée par des élus autistes, refus d'entendre les citoyens... En Charente-Maritime, làs d'être méprisés, les contestataires d'un projet d'hyperincinérateur se préparent à passer à la ZAD.



 

« Taisez-vous, sinon je fais évacuer la salle ! » hurle le maire à l'adresse de la centaine de manifestants qui a investi la réunion du conseil municipal, ce mercredi soir 5 novembre. Une scène devenue banale en France, à l'heure des grands (petits et moyens) projets inutiles et imposés.

Ici, nous sommes à Échillais, petite commune de 3 326 habitants, située à 20 kilomètres de Rochefort, en Charente-Maritime. Une commune comme beaucoup d'autres, si ce n'est que c'est sur son territoire que devrait être construit par Vinci un hyperincinérateur à 100 millons d'euros. Opposé à ce projet durant la campagne électorale des municipales, le maire d'Échillais, Michel Gallot (« sans étiquette »), en est devenu un de ses plus farouches partisans... au lendemain de son élection ! Une forfaiture partagée avec Hervé Blanché, le nouveau maire de Rochefort.

Malgré les interruptions et invectives des manifestants (« menteurs ! », « vendus ! », « Vinci ! »...), au bout de son énième « Taisez-vous ! », le maire sonne la fin du conseil et plie bagages sans demander son reste. « On ne discute pas dans ces conditions ! » se justifie un conseiller municpal. « De toutes façons, on ne peut jamais discuter avec vous ! », lui rétorque un manifestant.


« La voie de la sagesse et de la diplomatie

ne mène à rien ! »


 

Ainsi naissent les ZAD (Zones à défendre).

Malgré l'importante mobilisation de la population, entraînée par une association, Pays-Rochefortais-Alert', qui, forte de ses 2 000 adhérents et de son expertise citoyenne, milite contre un projet d'hyperincinérateur jugé pharaonique, inutile et destructeur de l'environnement, malgré son rejet par les ostréiculteurs, malgré les recours juridiques en cours... malgré (le comble !) l'opposition exprimée à plusieurs reprises par Ségolène Royal elle-même qui, en définitive, se défausse sur la « démocratie locale »... la préfète à donné son feu vert et les travaux devrait commencer avant la fin de l'année.

En une ultime tentative avant de passer à l'action, Pays-Rochefortais-Alert', a écrit, le 3 novembre, une lettre à la ministre de l'Écologie (extraits) :

« Quel est le point commun dans ces affaires [entre le barrage de Sivens et le projet d'hyperincinérateur à Échillais] ? C’est le silence coupable des autorités face à des élus visiblement incapables de mener à bien un projet d’avenir, qui plus est, des élus souvent méprisants voire insultants à l’égard de leurs électeurs.

Nous avons l’impression que, ayant choisi la voie de la négociation plutôt qu’une démonstration de force et de violence, nous ne pouvons être pris au sérieux. La voie de la sagesse et de la diplomatie ne mène visiblement à rien !

Vous nous dites que seront écoutés les pacifistes mais en fait, et Sivens en est la preuve, seuls les lanceurs de pierres et autres objets sont écoutés du pouvoir parisien.

Faudra-t-il attendre le durcissement du conflit qui oppose des citoyens en colère à des élus le plus souvent méprisants pour que ce projet soit réexaminé ?

La chose la plus dure à supporter dans la vie : c’est l’injustice. Le déni de démocratie est une injustice. Nous irons jusqu’au bout de nos idées car au-delà de ce projet qui occupent nos esprits nuit et jour, il y a un pays, le nôtre, qui sombre dans le ridicule.

N’attendez pas les premières échauffourées avec des citoyens ex-pacifistes ! »


À suivre


• La lutte contre l'hyperincinérateur d'Échillais a fait l'objet d'un reportage-enquête paru sur ce blog, le 13 octobre : « Ségolène Royal abdique devant Vinci » : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/131014/segolene-royal-abdique-devant-vinci


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.