Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2010

Lettre ouverte au Directeur du Centre de Formation des Journalistes, après son invitation de J-M Le Pen

Lettre ouverte à Christophe Deloire, Directeur du CFJ (Centre de Formation des Journalistes), à propos de son invitation du chef du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 28 octobre 2010.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Lettre ouverte à Christophe Deloire, Directeur du CFJ (Centre de Formation des Journalistes), à propos de son invitation du chef du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 28 octobre 2010.

 Monsieur le Directeur,

Je m’adresse à vous en tant que journaliste et citoyen, ancien du CFPJ et enseignant vacataire dans cette école. Je suis de ceux et celles qui sont ulcérés par la venue de Jean-Marie Le Pen au CFJ. Sans être d’aucun syndicat ni parti, je me reconnais pleinement dans la position et la réaction du SNJ CGT ainsi que d’associations anti-racistes.

« Les journalistes ont-ils le pouvoir, même le devoir, de restreindre la liberté d'expression ? » écrivez-vous dans votre droit de réponse au journal l’Humanité. Là n’est pas la question. Au bout de trente ans de « lepénisation » rampante de la société, vous devriez savoir qu’il n’y a pas de « débat » avec Le Pen et que l’inviter c’est lui offrir une tribune lui permettant de légitimer ses thèses ordurières. Car, monsieur le Directeur, Le Pen n’est pas comme vous le prétendez hypocritement un homme politique comme un autre, il est le chef d’un parti fasciste (j’insiste : un tortionnaire, un antisémite, un raciste, un xénophobe, un misogyne… et un roué).

En lui offrant une tribune, comme malheureusement d’autres avant vous j’en conviens, vous banalisez le mal et participez activement à la « lepénisation » de la politique. Est-ce là le rôle d’une école de journalisme ? Est-ce de cet engrais nauséabond dont ont besoin vos « jeunes pousses » pour remplir bientôt leur rôle citoyen ?

Philippe Viannet, journaliste, résistant, fondateur du CFJ © 

Le Pen a déjà été invité au CFJ et Philippe Viannet n’y aurait alors pas vu d’inconvénient. Et alors ? Une faute réitérée reste une faute. Cette utilisation d’un des fondateurs de l’école, aujourd’hui malheureusement décédé, est pour le moins perverse..

D’une part, qui pourrait jurer aujourd’hui que Philippe Viannet afficherait la même indifférence, quand chaque jour voit s’appliquer le programme du FN et que, entre autres infamie de l’époque, sont pourchassés les Roms et qu’un député ose encore vouloir dépister les enfants « futurs délinquants » dès l’âge de deux ans ?

D’autre part, l’essentiel est que le CFJ a été fondé à la Libération par des journalistes résistants à l’occupation nazie, ce qui transcende la seule personne de Philippe Viannet. Cela signifie, que cela vous plaise ou non, que nous sommes tous, en 2010 encore (et je dirais plus que jamais), les héritiers de cette histoire. Nous sommes responsables devant elle, devant la poignée de journalistes résistants qui, sauvant ainsi l’honneur de leur profession, ont été jusqu’à sacrifier leur vie pour la démocratie.

Le Pen, lui, ne s’y est pas trompé. Il n’a pas une fois encore fait l’apologie du nazisme et nié les souffrances du peuple français sous l’occupation, par hasard, au CFJ. Le Pen, lui, savait où il était.

Pas vous, manifestement, monsieur le directeur.

Pour l’honneur du journalisme, pour l’édification de ceux et celles qui veulent rentrer dans la profession, pour la démocratie, il ne vous reste qu’un acte à poser : démissionner.

À Paris, le 5 novembre 2010

Jean-Pierre Anselme

Pour une révolution démocratique et sociale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé