Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2012

Les chômeurs passent à l'action

 Alors que Nicolas Sarkozy inaugure sa énième campagne de stigmatisation des « assistés », le collectif Occupons pôle emploi annonce une journée d'action des chômeurs et précaires le 14 février.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Alors que Nicolas Sarkozy inaugure sa énième campagne de stigmatisation des « assistés », le collectif Occupons pôle emploi annonce une journée d'action des chômeurs et précaires le 14 février.

© 

Ce début d'année 2012 voit éclore un nouveau mouvement de chômeurs et de précaires en France (1). À Bordeaux, Lyon, Nancy, Strasbourg, Clermont Ferrand, Pontivy, Quimper, Brest, Redon, Rennes, Montpellier, Nice, Marseille, Montauban, Aubenas, Toulouse, Lille, Dunkerque, Paris… plus d'une quinzaine d'agences ainsi que deux CAF ont été occupées par des collectifs de chômeurs et de précaires, soutenus par des syndicats et des formations politiques de gauche, lors de la journée d'action du 17 janvier lancée par Occupons pôle emploi.

Le mardi 14 février, Occupons pôle emploi veut amplifier une mobilisation bien entamée, un « bout d'essai » selon ses promoteurs, tenter aussi de fissurer l'omerta médiatique, en appelant à nouveau à envahir et occuper les agences de Pôle emploi et toute autre « cible » significative.

© 

Occupons pôle emploi est une nouvelle galaxie militante large et protéiforme, organisée en réseaux à la manière des Indignés, via Facebook et des blogs pour les collectifs de chaque ville.

Un mouvement social en marche où se retrouvent les principales associations nationales de chômeurs et précaires (AC!, l'APEIS, la CGT-Chômeurs, le MNCP, le MCPL, la CIP IDF, L'Appel et la Pioche, Recours-Radiation, Génération Précaire), des collectifs locaux, mais aussi les Indignés, Anonymous, les Désobéissants, Attac..., des syndicats ( la CNT, SUD-Emploi, la CGT-Pôle Emploi, le SNU, FO Intérim...) et des partis (le Front de gauche, le NPA, EELV...).

© 

Dans son appel pour la journée d'action du 14 février, Occupons pôle emploi précise ses revendications et ses objectifs (extraits) :

« Le gouvernement se refuse à écouter les mouvements des chômeurs et précaires qui demandent, en vertu des alinéas 5 et 11 du Préambule de notre Constitution, qu'on les respecte : si « Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi », alors « Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler, a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence ».

STOP aux diminutions d'indemnisation, aux suppressions et aux refus d'allocations;
STOP aux retards de traitement des dossiers;
STOP aux radiations/sanctions injustifiées et intempestives;
STOP aux contrôles abusifs et aux convocations multiples;
STOP à la dématérialisation des courriers qui dématérialise les chômeurs;
STOP au travail gratuit via les EMTPR (Évaluation en milieu de travail préalable au recrutement);
STOP au travail obligatoire pour les allocataires du RSA;
STOP aux contrats précaires CDD, CUI (Contrat unique d'insertion), CAE (Contrat d'accompagnement dans l'emploi) CIE (Contrat initiative emploi)...
STOP à la stigmatisation des sans emploi et aux discriminations sociales ! »

© 

Dans la nuit du 18 au 19 janvier, l'entrée du pôle emploi de Rennes Albert 1er (sic) était murée et taguée, « Marre de parler à un mur », par un collectif de chômeurs. Dans son tract signé « Des chômeurs en colère », le collectif explique son action : « Si nous avons fait cela, c'est pour protester contre tous les murs que le pôle emploi dresse devant les chômeurs et qu'ils se prennent dans la gueule : radiations, rupture d'indemnisations, infantilisation, pression pour accepter n'importe quel boulot, mépris des droits les plus élémentaires, etc. »

Et de conclure avec humour : « Un secteur qui recrute : la lutte contre pôle emploi et toutes les politiques scélérates du gouvernement. CV et lettres de motivation superflus. Tous profils bienvenus. Embauche immédiate. »

© 

(1) Le premier mouvement des chômeurs en France est apparu à l'hiver 1997-1998. Commencé à Marseille le 11 décembre 1997 pour exiger le reversement du reliquat du fonds social des Assedic envers ses allocataires (13 milliards d'excédents), le mouvement se répand rapidement dans toutes les grandes villes. Très médiatisées, les occupations d'Assedic, d'ANPE et de bâtiments publiques se multiplient, des salariés de toutes conditions rejoignent durablement les chômeurs dans des comités autonomes, les revendications se précisent et vont au-delà de celles concernant les seuls chômeurs : représentation active dans les instances sociales, relèvement important de l'ensemble des allocations, réduction significative du temps de travail sans diminution des droits, établissement d'un revenu décent pour tous les plus démunis... Pierre Bourdieu, lors de l'occupation par le mouvement des chômeurs de l'École normale supérieure, le 17 janvier 1998 : « Ce mouvement des chômeurs est un événement unique, extraordinaire. (…) La première conquête de ce mouvement est le mouvement lui-même, son existence même : il arrache les chômeurs et avec eux tous les travailleurs précaires, dont le nombre s’accroît chaque jour à l’invisibilité, à l’isolement, au silence, bref à l’inexistence. »

LIENS :

http://occupons-pole-emploi.blogspot.com/

http://fr-fr.facebook.com/events/238208902922253/

http://www.demosphere.eu/node/28055

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra