Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2013

Coup de force du gouvernement grec contre la radio télévision publique

 Le gouvernement grec vient de décider par décret de fermer la chaine de radio télévision publique ERT (radio télévision hélénique), mardi soir à minuit. Les travailleurs de la chaine publique refusent de se plier à cette décision, téléguidée par la Troïka, qui prévoit le licenciement de 2000 salariés sur 2656. Leur communiqué et l'appel à les soutenir ce mercredi à 18h30 à Paris.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le gouvernement grec vient de décider par décret de fermer la chaine de radio télévision publique ERT (radio télévision hélénique), mardi soir à minuit. Les travailleurs de la chaine publique refusent de se plier à cette décision, téléguidée par la Troïka, qui prévoit le licenciement de 2000 salariés sur 2656. Leur communiqué et l'appel à les soutenir ce mercredi à 18h30 à Paris.

© 

Les employés de ERT ont déclaré qu’ils allaient conti­nuer à émettre 24 heures sur 24 et qu’ils occupe­raient le siège de l’entreprise. Selon lemonde.fr, « refusant de quitter les lieux, les employés, qui ont appris leur licenciement mardi, ont maintenu leurs émissions, relayées par 902, une chaîne de télévision locale du Parti communiste de Grèce. Ils sont soutenus par des milliers de manifestants, présents à l'extérieur du bâtiment. » Selon liberation.fr, « Le syndicat de journalistes Poesy a appelé à une grève immédiate de soutien dans les médias privés. “Le gouvernement est déterminé à sacrifier la télévision publique et la radio pour satisfaire ses créanciers”, a déploré le syndicat ».

Un nou­veau décret publié dans le jour­nal offi­ciel du gou­ver­ne­ment, le 11 Juin, per­met aux ministres de fer­mer des enti­tés publiques sans pas­ser par le par­le­ment. La décision gouvernementale de fermer ERT entraineraît le licenciement direct de 2 656 travailleurs et la suppression de presque 4 000 postes au total.

Tandis qu'à Athènes et dans d'autres villes de Grèce des manifestations se déroulent contre la fermeture de ERT, Initiative des étudiants et travailleurs grec-que-s à Paris appelle à un rassemblement de soutien ce mercredi 12 juin, à 18h30, devant l'ambassade grecque (17 rue Auguste Vacquerie, 75016 Paris, métro Kléber)

 LIRE

• Article de Mehdi Zaaf, « Silence en Grèce » : http://blogs.mediapart.fr/blog/mehdi-zaaf/110613/silence-en-grece

• Article de Marie-Laure Veilhan, « Le gouvernement grec ferme la radio télévision publique par coup d'État ministèriel » :  http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-laure-veilhan/110613/le-gouvernement-grec-ferme-la-radio-television-publique-par-coup-detat-ministeriel

• Images sur Euronews : http://fr.euronews.com/2013/06/12/manifestation-a-athenes-apres-la-fermeture-de-la-television-publique/

© 

LE COMMUNIQUÉ

DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

DES JOURNALISTES  d'ERT

Pour que l’ERT reste grande ouverte !

L’ERT doit rester ouverte à la société ; aux contradictions, aux problèmes, aux angoisses, aux idées et aux actions de la société.

L’ERT doit rester ouverte à la culture ; aux gens, aux différentes tendances, aux aspirations et à la dynamique de la culture.

L’ERT doit rester ouverte à tous les citoyens du monde, en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique, en Australie.

Les employés de la radio et la télévision publique ont le pouvoir et la volonté de préserver le bien commun de l’information, de la culture, du sport. Ils ont l’audace et la volonté de se battre pour que l’ERT cesse d’être manipulée par le ou les partis politiques au pouvoir.

Nous, les travailleurs, nous sommes encore debout et nous serons à la hauteur des circonstances. Nous allons nous battre pour un cadre institutionnel de fonctionnement de l’ERT qui établira et garantira l’indépendance de l’audiovisuel public et qui coupera, enfin, le cordon ombilical avec tout gouvernement et tout centre de décisions et d’interventions politiques ou clientélistes.

ERT doit rester ouverte en tant que bien public et propriété de tous les citoyens grecs. Ceux qui élaborent les plans de fermeture d’ERT ne font que servir d’autres intérêts. Ils sont dangereux.

Nous, journalistes de l’audiovisuel public, affirmons de la manière la plus catégorique que nous allons maintenir l’ERT ouverte par tous les moyens.

Nous appelons tous les citoyens, de Gavdos à Evros, à annuler ce plan cauchemardesque. À annuler toute tentative ayant comme but d’étouffer l’organisme d’audiovisuel public du pays.

Ceux qui font des cauchemars, qu’ils restent dans la béatitude de l’histoire à la méchante sorcière ou qu’ils se réveillent avant qu’il ne soit trop tard.

Quant à nous, nous restons éveillés.

Nous sommes en assemblée générale permanente et nous invitons tous les citoyens, les acteurs sociaux et politiques, les scientifiques, les hommes de lettres et les artistes au siège d’ERT à Agia Paraskevi.

Nous ne reculons pas. L’ERT est ouvert et le restera.

L’Assemblée Générale des journalistes d’ERT

Agia Paraskevi, le 11 juin 2013

Source Okeanews : https://www.okeanews.fr/20130611-grece-le-gouvernement-ferme-la-television-publique-par-decret?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=20130528

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame