Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2013

Coup de force du gouvernement grec contre la radio télévision publique

 Le gouvernement grec vient de décider par décret de fermer la chaine de radio télévision publique ERT (radio télévision hélénique), mardi soir à minuit. Les travailleurs de la chaine publique refusent de se plier à cette décision, téléguidée par la Troïka, qui prévoit le licenciement de 2000 salariés sur 2656. Leur communiqué et l'appel à les soutenir ce mercredi à 18h30 à Paris.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le gouvernement grec vient de décider par décret de fermer la chaine de radio télévision publique ERT (radio télévision hélénique), mardi soir à minuit. Les travailleurs de la chaine publique refusent de se plier à cette décision, téléguidée par la Troïka, qui prévoit le licenciement de 2000 salariés sur 2656. Leur communiqué et l'appel à les soutenir ce mercredi à 18h30 à Paris.

© 

Les employés de ERT ont déclaré qu’ils allaient conti­nuer à émettre 24 heures sur 24 et qu’ils occupe­raient le siège de l’entreprise. Selon lemonde.fr, « refusant de quitter les lieux, les employés, qui ont appris leur licenciement mardi, ont maintenu leurs émissions, relayées par 902, une chaîne de télévision locale du Parti communiste de Grèce. Ils sont soutenus par des milliers de manifestants, présents à l'extérieur du bâtiment. » Selon liberation.fr, « Le syndicat de journalistes Poesy a appelé à une grève immédiate de soutien dans les médias privés. “Le gouvernement est déterminé à sacrifier la télévision publique et la radio pour satisfaire ses créanciers”, a déploré le syndicat ».

Un nou­veau décret publié dans le jour­nal offi­ciel du gou­ver­ne­ment, le 11 Juin, per­met aux ministres de fer­mer des enti­tés publiques sans pas­ser par le par­le­ment. La décision gouvernementale de fermer ERT entraineraît le licenciement direct de 2 656 travailleurs et la suppression de presque 4 000 postes au total.

Tandis qu'à Athènes et dans d'autres villes de Grèce des manifestations se déroulent contre la fermeture de ERT, Initiative des étudiants et travailleurs grec-que-s à Paris appelle à un rassemblement de soutien ce mercredi 12 juin, à 18h30, devant l'ambassade grecque (17 rue Auguste Vacquerie, 75016 Paris, métro Kléber)

 LIRE

• Article de Mehdi Zaaf, « Silence en Grèce » : http://blogs.mediapart.fr/blog/mehdi-zaaf/110613/silence-en-grece

• Article de Marie-Laure Veilhan, « Le gouvernement grec ferme la radio télévision publique par coup d'État ministèriel » :  http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-laure-veilhan/110613/le-gouvernement-grec-ferme-la-radio-television-publique-par-coup-detat-ministeriel

• Images sur Euronews : http://fr.euronews.com/2013/06/12/manifestation-a-athenes-apres-la-fermeture-de-la-television-publique/

© 

LE COMMUNIQUÉ

DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

DES JOURNALISTES  d'ERT

Pour que l’ERT reste grande ouverte !

L’ERT doit rester ouverte à la société ; aux contradictions, aux problèmes, aux angoisses, aux idées et aux actions de la société.

L’ERT doit rester ouverte à la culture ; aux gens, aux différentes tendances, aux aspirations et à la dynamique de la culture.

L’ERT doit rester ouverte à tous les citoyens du monde, en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique, en Australie.

Les employés de la radio et la télévision publique ont le pouvoir et la volonté de préserver le bien commun de l’information, de la culture, du sport. Ils ont l’audace et la volonté de se battre pour que l’ERT cesse d’être manipulée par le ou les partis politiques au pouvoir.

Nous, les travailleurs, nous sommes encore debout et nous serons à la hauteur des circonstances. Nous allons nous battre pour un cadre institutionnel de fonctionnement de l’ERT qui établira et garantira l’indépendance de l’audiovisuel public et qui coupera, enfin, le cordon ombilical avec tout gouvernement et tout centre de décisions et d’interventions politiques ou clientélistes.

ERT doit rester ouverte en tant que bien public et propriété de tous les citoyens grecs. Ceux qui élaborent les plans de fermeture d’ERT ne font que servir d’autres intérêts. Ils sont dangereux.

Nous, journalistes de l’audiovisuel public, affirmons de la manière la plus catégorique que nous allons maintenir l’ERT ouverte par tous les moyens.

Nous appelons tous les citoyens, de Gavdos à Evros, à annuler ce plan cauchemardesque. À annuler toute tentative ayant comme but d’étouffer l’organisme d’audiovisuel public du pays.

Ceux qui font des cauchemars, qu’ils restent dans la béatitude de l’histoire à la méchante sorcière ou qu’ils se réveillent avant qu’il ne soit trop tard.

Quant à nous, nous restons éveillés.

Nous sommes en assemblée générale permanente et nous invitons tous les citoyens, les acteurs sociaux et politiques, les scientifiques, les hommes de lettres et les artistes au siège d’ERT à Agia Paraskevi.

Nous ne reculons pas. L’ERT est ouvert et le restera.

L’Assemblée Générale des journalistes d’ERT

Agia Paraskevi, le 11 juin 2013

Source Okeanews : https://www.okeanews.fr/20130611-grece-le-gouvernement-ferme-la-television-publique-par-decret?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=20130528

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef