Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2011

Le premier train privé de voyageurs est arrivé

Accueilli par un millier de manifestants, pour la plupart cheminots de Sud rail et de la CGT, le premier train privé de voyageurs est entré en gare à Paris, ce lundi 12 décembre.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 
Accueilli par un millier de manifestants, pour la plupart cheminots de Sud rail et de la CGT, le premier train privé de voyageurs est entré en gare à Paris, ce lundi 12 décembre.
© 
© 

Elles étaient six en 1938, six compagnies de chemin de fer que l'État décida alors de fusionner en une seule, la SNCF, face à l'échec de la concurrence dans un secteur vital pour l'économie du pays. En arrière toute ! Soixante treize ans plus tard, le lundi 12 décembre 2011, à 9h29, le premier train privé de voyageurs, en provenance de Venise, est arrivé en gare de Lyon.

Un train de la compagnie Thello, co-entreprise nouvellement créée par le groupe Véolia Transdev (privé) associé à l'opérateur italien Trenitalia (public) (1). « C'est une grande satisfaction pour nous et pour toutes les équipes, s'est félicité, dans une déclaration à l'AFP, son directeur général, Albert Alday, le rail français va changer d'époque maintenant en passant d'un monopole à un système ouvert. »

© 

« Il ont bien choisi leur moment, reconnaît un cheminot CGT, Hervé, ce n'est pas un hasard du calendrier, tous les regards sont tournés vers les changements d'horaires de la SNCF, du coup l'arrivée de ce train privé passe presque inaperçue ! » Le train immobilise lentement son nez rouge, le conducteur est invisible, les wagons sont quasi vides de voyageurs. « La SNCF n'est pas à vendre ! », « Tous ensemble, tous ensemble, résistance ! », crie en continu dans son porte voix, un militant de Sud rail, au milieu de la cohue des quelques centaines de militants rassemblés sur le quai N de la gare de Lyon. Parmi eux, Robert, militant CGT de longue date, a du mal à cacher son émotion ; « mais c'est la colère devant le gachis qui l'emporte », confie-t-il.

Quelques minutes auparavant, sur le parvis de la gare de Lyon, Henri Gillard, de Sud rail et Cédric Robert, de la CGT cheminots (les autres syndicats de la SNCF, la CFDT, FO..., n'étaient pas là), ont pris la parole pour dénoncer « l’ouverture à la concurrence dans le ferroviaire ». Pas de représentants de la CGIL, de la CISL ou de l'UIL, lesprincipaux syndicats transalpins, mais une intervention très applaudie d'un porte parole de l'USB (Union sindicale di base) proche de Solidaires,Raniero Casini, venu spécialement d'Italie pour l'évènement afin d'assurer les cheminots français de l'unité de leur combat contre « des politiques qui visent à toujours moins de service public ».

© 

Pour Jean-Luc, cheminot de Sud Rail, « la privatisation du rail en France va produire les mêmes effets qu'ailleurs : le trafic va baisser, les tarifs vont augmenter, les usagers devenus des “clients” vont subir une nouvelle baisse de la qualité des services, et les conditions de travail des cheminots vont encore se dégrader ».

Sud rail souligne que « cette ouverture à la concurrence des trains voyageurs (…) se met en place alors que le sénateur UMP Grignon a été nommé au conseil d’administration de la SNCF en juin, après avoir sorti un rapport sur la libéralisation du ferroviaire » plaidant pour la privatisation des TER. « Depuis septembre, les assises du ferroviaire organisées par le gouvernement, tablent également sur la fin du monopole de la SNCF (…) Notre PDG, Mr Pepy, ainsi que la ministre de l’écologie, madame Kosciusko-Morizet, sont intervenus, a de nombreuses reprises, sur la nécessité de casser le statut des cheminots, ainsi que le RH0077 ».

© 

Précision : le« RH077 »régit l'utilisation des agents SNCF, le nombre de repos, les horaires, l'amplitude de travail... Pas de RH077 pour les conducteurs de Thello, la direction de Véolia a décidé de leur appliquer la convention collective nationale du transport ferroviaire fret qui permet, notamment, un temps de travail effectif sans coupure de dix heures... Afin de diviser pour mieux régner, les conducteurs de Thello sont rattachés au groupe Véolia et le personnel de bord à une filiale de la Lufthansa, LSG Sky Chefs.

Depuis que le fret ferroviaire a été ouvert à la concurrence en France, en 2006, le trafic a été divisé par deux en seulement cinq ans et le nombre de cheminots travaillant pour cette activité à chuté de 30%. Le pourcentage de marchandises transportées par les trains est passé de 22% en 2000 à moins de 10% en 2011. Les principaux bénéficiaires de la concurrence des trains de marchandise sont... les camions !

(1) Créé par Trenitalia et Veolia Transdev, Thello est l'opérateur alternatif qui prend le relais sur le trajet assuré jusqu'à présent par Artesia, une coopération commerciale entre la SNCF et Trenitalia. En février dernier, ces deux compagnies avaient annoncé qu'elles mettaient un terme à leur alliance. Thello arrive sur le réseau avec un aller-retour quotidien vers l'Italie. Les trains partent de la gare de Lyon, où Thello dispose d'un local d'exploitation ainsi que d'une boutique pour la vente de billets, proposés à partir de 35 euros pour une cabine six couchettes jusqu'à 220 euros pour une cabine avec un lit. Thello est présent sur le marché français avec une quarantaine de voitures louées à Trenitalia et des locomotives louées à Alkiem, une filiale de la SNCF. Il espère atteindre le chiffre de 250 000 voyageurs par an et un taux remplissage autour de 80%. Les trains desserviront Dijon, Milan, Brescia, Vérone, Vicenza, Padoue et Venise. (d'après l'AFP)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai