Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2011

Le premier train privé de voyageurs est arrivé

Accueilli par un millier de manifestants, pour la plupart cheminots de Sud rail et de la CGT, le premier train privé de voyageurs est entré en gare à Paris, ce lundi 12 décembre.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Accueilli par un millier de manifestants, pour la plupart cheminots de Sud rail et de la CGT, le premier train privé de voyageurs est entré en gare à Paris, ce lundi 12 décembre.

© 
© 

Elles étaient six en 1938, six compagnies de chemin de fer que l'État décida alors de fusionner en une seule, la SNCF, face à l'échec de la concurrence dans un secteur vital pour l'économie du pays. En arrière toute ! Soixante treize ans plus tard, le lundi 12 décembre 2011, à 9h29, le premier train privé de voyageurs, en provenance de Venise, est arrivé en gare de Lyon.

Un train de la compagnie Thello, co-entreprise nouvellement créée par le groupe Véolia Transdev (privé) associé à l'opérateur italien Trenitalia (public) (1). « C'est une grande satisfaction pour nous et pour toutes les équipes, s'est félicité, dans une déclaration à l'AFP, son directeur général, Albert Alday, le rail français va changer d'époque maintenant en passant d'un monopole à un système ouvert. »

© 

« Il ont bien choisi leur moment, reconnaît un cheminot CGT, Hervé, ce n'est pas un hasard du calendrier, tous les regards sont tournés vers les changements d'horaires de la SNCF, du coup l'arrivée de ce train privé passe presque inaperçue ! » Le train immobilise lentement son nez rouge, le conducteur est invisible, les wagons sont quasi vides de voyageurs. « La SNCF n'est pas à vendre ! », « Tous ensemble, tous ensemble, résistance ! », crie en continu dans son porte voix, un militant de Sud rail, au milieu de la cohue des quelques centaines de militants rassemblés sur le quai N de la gare de Lyon. Parmi eux, Robert, militant CGT de longue date, a du mal à cacher son émotion ; « mais c'est la colère devant le gachis qui l'emporte », confie-t-il.

Quelques minutes auparavant, sur le parvis de la gare de Lyon, Henri Gillard, de Sud rail et Cédric Robert, de la CGT cheminots (les autres syndicats de la SNCF, la CFDT, FO..., n'étaient pas là), ont pris la parole pour dénoncer « l’ouverture à la concurrence dans le ferroviaire ». Pas de représentants de la CGIL, de la CISL ou de l'UIL, lesprincipaux syndicats transalpins, mais une intervention très applaudie d'un porte parole de l'USB (Union sindicale di base) proche de Solidaires,Raniero Casini, venu spécialement d'Italie pour l'évènement afin d'assurer les cheminots français de l'unité de leur combat contre « des politiques qui visent à toujours moins de service public ».

© 

Pour Jean-Luc, cheminot de Sud Rail, « la privatisation du rail en France va produire les mêmes effets qu'ailleurs : le trafic va baisser, les tarifs vont augmenter, les usagers devenus des “clients” vont subir une nouvelle baisse de la qualité des services, et les conditions de travail des cheminots vont encore se dégrader ».

Sud rail souligne que « cette ouverture à la concurrence des trains voyageurs (…) se met en place alors que le sénateur UMP Grignon a été nommé au conseil d’administration de la SNCF en juin, après avoir sorti un rapport sur la libéralisation du ferroviaire » plaidant pour la privatisation des TER. « Depuis septembre, les assises du ferroviaire organisées par le gouvernement, tablent également sur la fin du monopole de la SNCF (…) Notre PDG, Mr Pepy, ainsi que la ministre de l’écologie, madame Kosciusko-Morizet, sont intervenus, a de nombreuses reprises, sur la nécessité de casser le statut des cheminots, ainsi que le RH0077 ».

© 

Précision : le« RH077 »régit l'utilisation des agents SNCF, le nombre de repos, les horaires, l'amplitude de travail... Pas de RH077 pour les conducteurs de Thello, la direction de Véolia a décidé de leur appliquer la convention collective nationale du transport ferroviaire fret qui permet, notamment, un temps de travail effectif sans coupure de dix heures... Afin de diviser pour mieux régner, les conducteurs de Thello sont rattachés au groupe Véolia et le personnel de bord à une filiale de la Lufthansa, LSG Sky Chefs.

Depuis que le fret ferroviaire a été ouvert à la concurrence en France, en 2006, le trafic a été divisé par deux en seulement cinq ans et le nombre de cheminots travaillant pour cette activité à chuté de 30%. Le pourcentage de marchandises transportées par les trains est passé de 22% en 2000 à moins de 10% en 2011. Les principaux bénéficiaires de la concurrence des trains de marchandise sont... les camions !

(1) Créé par Trenitalia et Veolia Transdev, Thello est l'opérateur alternatif qui prend le relais sur le trajet assuré jusqu'à présent par Artesia, une coopération commerciale entre la SNCF et Trenitalia. En février dernier, ces deux compagnies avaient annoncé qu'elles mettaient un terme à leur alliance. Thello arrive sur le réseau avec un aller-retour quotidien vers l'Italie. Les trains partent de la gare de Lyon, où Thello dispose d'un local d'exploitation ainsi que d'une boutique pour la vente de billets, proposés à partir de 35 euros pour une cabine six couchettes jusqu'à 220 euros pour une cabine avec un lit. Thello est présent sur le marché français avec une quarantaine de voitures louées à Trenitalia et des locomotives louées à Alkiem, une filiale de la SNCF. Il espère atteindre le chiffre de 250 000 voyageurs par an et un taux remplissage autour de 80%. Les trains desserviront Dijon, Milan, Brescia, Vérone, Vicenza, Padoue et Venise. (d'après l'AFP)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot