Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2012

La langue de Zahra

Le Mercredi de la démocratie du 18 janvier est consacré à l'immigration avec un film de Fatima Sissani, «La langue de Zahra».  Relégués, dans l'immigration, au rang d'ouvriers et de femmes au foyer, on imagine mal les orateurs que deviennent les immigrés kabyles lorsqu'ils retournent dans leur langue. C'est cette dimension que la réalisatrice a voulu montrer en filmant sa mère. Projection à 20h, suivie d'un débat avec la réalisatrice.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le Mercredi de la démocratie du 18 janvier est consacré à l'immigration avec un film de Fatima Sissani, «La langue de Zahra».  Relégués, dans l'immigration, au rang d'ouvriers et de femmes au foyer, on imagine mal les orateurs que deviennent les immigrés kabyles lorsqu'ils retournent dans leur langue. C'est cette dimension que la réalisatrice a voulu montrer en filmant sa mère. Projection à 20h, suivie d'un débat avec la réalisatrice.

LES MERCREDIS DE LA DÉMOCRATIE

Mercredi 18 janvier 2012, à 20h

Immigration :

nos représentations

en question

Projection-débat

La langue de Zahra

Un documentaire de Fatima SissaniEn présence de la réalisatrice

http://lalanguedezahra.blogspot.com/

Au café associatif La Commune

http://www.cl-aligre.org/spip/index.php

3, rue d'Aligre, Paris XIIe

(métros : Ledru Rollin, Gare de Lyon)

PRÉSENTATION DU FILM. « Les Kabyles existent d’abord par la parole. Chaque geste, chaque instant de leur quotidien peut donner lieu à une langue de vers, de métaphores, de proverbes... Ne dit-on pas que dans ces contreforts montagneux dont ils sont les hôtes, la joute oratoire était un exercice courant ?

Une réalité qu’on se représente mal lorsque l’on plonge dans la société de l’immigration où ces hommes et femmes, souvent analphabètes, sont relégués exclusivement au rang d’ouvriers et de femmes au foyer…On imagine alors mal les orateurs qu’ils deviennent lorsqu’ils retournent dans leur langue.

Cette réalité, je la pressentais. J’en ai réalisé toute l’acuité, mesuré la dimension en filmant ma mère, son quotidien et son histoire.

J’ai vu, fascinée, une femme arrimée à sa langue de façon indéfectible. Une femme dévoilant une oralité transmise de génération en génération. Une langue charriant éloquence et poésie pour dire l’enfance bucolique, l’exil, la pauvreté… Cette langue, c’est l’ultime bagage que des milliers d’émigrants kabyles ont emporté avec eux… Une langue pour se construire un ailleurs qui ne soit pas que l’exil… »

FATIMA SISSANI. « C’est en Algérie que je suis née et en France que je vis depuis l’âge de 6 ans. Après avoir obtenu un DEA de droit, j’ai bifurqué, contre toute attente, vers le journalisme. J’ai débuté avec Radio Zinzine, une belle radio libre qui vient de fêter ses quarante ans. D'abord une émission régulière avec le magazine Que Choisir , ensuite avec le Monde diplomatique. Entre les deux, de nombreuses interviews, des reportages… Et puis, il y a eu France culture pour laquelle j’ai réalisé quelques documentaires et portraits. Parallèlement et depuis huit ans, je suis journaliste pour un magazine municipal. Et enfin, la réalisation, de ce premier documentaire cinématographique, La langue de Zahra …

Finalement, l’essentiel de mon travail tourne autour de l’immigration, de l’exil. L’exil en réalité m’obsède, me fascine, pour tout dire me colle à la peau et finit toujours par revenir par une petite porte. Cette fois c’est ma mère qui l’a poussée. Je l’ai laissée s’y engouffrer car je savais que le moment était venu de l’interroger sur ces morceaux de vie que je n’ai pas trouvé le moment ou peut-être l’audace de questionner. »

La soirée s'achèveraavec une soupe conviviale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin