Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2013

Quand le rock français sort de sa niche

Chaque week-end, des centaines de groupes de rock embrasent les salles de concert de l'hexagone. Au cœur de ce bouillonnement, les Shaggy Dogs, au fil des dizaines de milliers de kilomètres avalés en 14 ans, ont conquis une renommée bien méritée. Découverte des « Chiens hirsutes », à l'occasion de la sortie de leur cinquième CD. Électrique et vitaminé...

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Chaque week-end, des centaines de groupes de rock embrasent les salles de concert de l'hexagone. Au cœur de ce bouillonnement, les Shaggy Dogs, au fil des dizaines de milliers de kilomètres avalés en 14 ans, ont conquis une renommée bien méritée. Découverte des « Chiens hirsutes », à l'occasion de la sortie de leur cinquième CD. Électrique et vitaminé...

© 
© 

« On fait de la musique sans appellation. C'est le sens du titre de notre dernier CD, “Renegade Party”, on est assimilé à des “renégats” parce qu'on aurait trahi la “cause du blues”. En fait, on mélange les genres et les styles pour faire la musique qu'on aime, explique Toma, le bassiste des ShaggyDogs. On n'est pas sur les grands medias parce qu'on n'a pas d'étiquette et on est dans un système où, si on ne peut pas te caser quelque part, on ne parle pas de toi. »

Alors, blues ? Pas seulement. Pub rock ? Trop restrictif, même si les Shaggy Dogs prennent racine dans ce rock « réélectrifié » dans les pubs de Grande-Bretagne, dans les années soixante-dix, avec Dr Feelgood comme fer de lance. Pour Rock and Folk, les Shaggy ont trouvé « la force de renouveler le genre, tout en restant attaché aux racines du pub rock ». Alors, pub rock, rock, soul ?... Ils revendiquent d'être tout cela à la fois, un mélange simple et savant qu'ils appellent Fiesta Blues'n'roll, « du rythm'and blues électrisé et vitaminé ».

© 

Si les grands medias les ignorent, la presse spécialisée, elle, ne s'y est pas trompée. Depuis des années, elle les piste de CD en CD et au gré des festivals. En substance : pour Rock & Folk, les Shaggy Dogs « tiennent l'hexagone depuis les cantons » avec un« pub rock surpuissant, volumineux, fracassant de joie » ; « le meilleur du pub-rock en version originale » selon Blues Magazine ; Rock First vante la « décontraction et le niveau de jeu » du groupe...

Ces dernières années, le quatuor francilien — Toma (basse), Jacker (guitare), Guillermo (batterie), Red (harmonica et chant) — a repoussé son horizon à travers des tournées régulières en Belgique, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Suisse, au Luxembourg et au Japon. En mars dernier, les Shaggy Dogs représentait la France à l'«eurovision du blues», l'European blues Challenge, à Toulouse. Ils seront cet automne à un festival de rock international, Synchonicity, qui accueillera 20 000 personnes à Kampur, en Inde.

© 

« On fait pas ça pour l'argent, on fait du rock par nécessité », revendiquent les quatre membres du groupe qui gagnent leur vie en bossant dans l'éducation et dans le social. Le rock c'est « un style de vie, un angle de vue, c'est rencontrer les gens, partager la musique... on voit la vie comme ça ».

Et aussi comme ça, comme les paroles d'une des chansons de leur dernier CD (écrite, comme les douze autres, en anglais, par un maître du genre, Laurent Bourdier, biographe de Stephen King et organisateur du Buis Blues Festival) : « Les riches deviennent plus riches, tandis que les pauvres deviennent plus pauvres... j'espérais un monde meilleur pour ma fille mais elle va devoir se battre comme vous et moi... »

© 

Pour découvrir les Shaggy Dogs, leur dernier CD et, absolument, aller à un de leurs concerts :

• Leur site : http://www.shaggy-dogs.com/

• Sur facebook : https://www.facebook.com/shaggydogs

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay