Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2018

Le diable est dans les lapsus

« Je vous remercie Madame Le Pen... euh pardon, monsieur le ministre! », a lâché la vice-présidente de l'Assemblée nationale en s’adressant au ministre de l’Intérieur, jeudi 19 avril, pendant les débats sur le projet de loi asile et immigration. Un lapsus qui, s’ajoutant à d’autres du même tonneau, en dit long sur la réalité extrême droitière de Macron et son gouvernement.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DR

Il y en a quelques fameux, de lapsus (du latin labor qui signifie « trébucher, glisser »). Comme ce député, défendant une loi sur la pornographie, en 1975, qui appelle ses confrères à « durcir leur sexe » au lieu de « durcir leur texte » ; un ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, parlant d’« empreintes génitales » au lieu de génétiques ; Rachida Dati avec sa fameuse « fellation » à la place d’inflation et son « code des bonnes pratiques » qui devient un « gode des bonnes pratiques »… (ICI) Bien malgré eux, les politiques peuvent nous faire rire lorsque leur libido les trahit. Beaucoup moins rigolos sont leurs lapsus clairement politiques, quand leurs troubles de la parole nous troublent et nous laissent sans voix.

Ainsi du « Je vous remercie Madame Le Pen... euh pardon, monsieur le ministre! », de la vice-présidente de l'Assemblée nationale, Carole Bureau-Bonnard, en clôture de l’intervention du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, pour laisser Marine Le Pen répondre.

"Je vous remercie Madame Le Pen", le lapsus cocasse de la présidente de séance à Gérard Collomb © iZeplay TV

Et, comme en écho à ce lapsus, les député-e-s du Front national et de la République En Marche ont voté, comme un seul homme, pour l’article 5 de la loi Asile et Immigration qui prévoit de réduire de 120 jours à 90 jours le délai dont dispose un étranger pour déposer une demande d’asile. Comme l’écrit justement Gildas Le Dern, dans Regards, « le gouvernement, sous la présidence d’Émmanuel Macron, ne multiplie pas seulement les exactions et les dispositions répressives à l’égard des réfugiés. Il ne cherche pas même à récupérer les voix du Front National. Celles-ci lui sont désormais acquises et volent au secours de sa politique. Et désormais, les députés d’extrême-droite votent de concert avec la majorité à l’Assemblée Nationale ».

Une surprise ? Souvenons-nous de Collomb,  à la veille de l’élection présidentielle, le 3 mai 2017, quand sa langue fourche à deux reprises avec son « Emmanuel Le Pen » :

Lapsus de Gérard Collomb : Emmanuel Le Pen © Revolution Et Libertés

Collomb encore, qui, en septembre 2017, pour défendre sa loi « antiterroriste » devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, crache le morceau : « Sur la sortie de l'état de droit, vous savez que le Conseil… de l'état d'urgence, pardon… ».

Gérard Collomb : "Sur la sortie de l'état de droit" © Loïc Le Clerc

Et maintenant, avec Macron et sa clique, de l'État de droit, dont ils se gargarisent, à l'État d'extrême droite ?!... (ce n'est pas – encore– un lapsus)

© DR

Retour à l'envoyeur : Quelques unes des milliers de grenades utilisées par les gendarmes à Notre-Dame-Des-Landes rendues par les zadistes à la préfecture de Nantes, mercredi dernier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85