Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2015

Malgré l'état d'urgence, manifestation de soutien aux migrants le 22 novembre

Bravant l'état d'urgence, 46 organisations, syndicats, associations et partis (de la Ligue des droits de l'homme à la CGT Paris en passant par Europe Écologie les Verts Paris...) appellent à manifester sur le pavé parisien, dimanche 22 novembre, de la Bastille à la République, en solidarité avec les migrants. Une manifestation qui, selon ses organisateurs, « réaffirme notre solidarité et participe aussi de la réponse aux attentats qui ont ensanglanté Paris ».

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Bravant l'état d'urgence, 46 organisations, syndicats, associations et partis (de la Ligue des droits de l'homme à la CGT Paris en passant par Europe Écologie les Verts Paris...) appellent à manifester sur le pavé parisien, dimanche 22 novembre, de la Bastille à la République, en solidarité avec les migrants. Une manifestation qui, selon ses organisateurs, « réaffirme notre solidarité et participe aussi de la réponse aux attentats qui ont ensanglanté Paris ».

© 

MALGRÉ L'ÉTAT D'URGENCE

LA MANIFESTATION A TOUT DE MÊME EU LIEU

DIMANCHE 22 NOVEMBRE. 16h20

La manifestation de soutien aux migrants a tout de même eu lieu, comme annoncée, de la Bastille à la place de la République, où environ 300 personnes sont actuellement rassemblées.

Auparavant, quelques centaines de personnes étaient réunies, vers 15h, sur les marches de l’Opéra Bastille ( quelques drapeaux du PCF et du NPA notamment, des slogans : « De l’air, ouvrez les frontières ! »...), encerclées par un considérable dispositif policier.

Vers 16h, après avoir forcés le cordon policier, 200 à 300 manifestants ont emprunté le boulevard Beaumarchais en direction de la place de la République. Bloquée par la police à la hauteur de la rue des Francs Bourgeois, malgré l’envoi sur le cortège de deux ou trois grenades lacrymogène, la manifestation est cependant repartie pour atteindre la place de la République. Un des slogans entendu : « État d’urgence, état policier, vous ne nous empêcherez pas de manifester ! » 

Depuis la signification officielle de l'interdiction de la manifestation par la Préfecture de Police, plusieurs organisations avaient annoncé qu'elles ne maintenaient plus leur appel, certaines le maintenaient, d'autres n'appelaient plus à manifester mais annoncaient une présence place la Bastille.

(Lire dans les commentaires la déclaration de Noël Mamère et Sergio Coronado contre l’interdiction de la manifestation parisienne instaurée par le gouvernement)

la police dénonce au parquet 58 personnes

ayant bravé l'interdiction de manifester

La préfecture de police de Paris a transmis au procureur de la République les identités de 58 personnes ayant bravé dimanche l'interdiction de manifester à Paris, en défilant en soutien aux migrants et contre l'état d'urgence, annonce un communiqué ce lundi matin.

Dans le cadre de l'état d'urgence décrété depuis le 13 novembre à la suite des attentats à Paris et Saint-Denis, le préfet de police de Paris a pris un arrêté d'interdiction de manifester sur la voie publique qui a été prorogé jusqu'au 30 novembre à minuit.

Mais dimanche, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sur la place de la Bastille et ont défilé jusqu'à la place de la République, mobilisant "un important dispositif de sécurisation" de la part des forces de l'ordre, ce qui les a "détournées de leur mission prioritaire de sécurisation générale", explique la préfecture de police.

La police a procédé à "58 identifications de personnes n'ayant pas respecté l'interdiction de manifester", qui ont été transmises au Procureur de la République de Paris "pour application des suites judiciaires prévues par la loi". Les contrevenants "s'exposent à une peine pouvant aller jusqu'à six mois d'emprisonnement et à une amende de 7.500 euros", rappelle la préfecture de police.

L'OBS > ICI

LE TEXTE ORIGINAL DE L'APPEL

Après les terribles attentats qui ont endeuillé Paris, les organisateurs de la manifestation du 22 novembre appellent plus que jamais à manifester en solidarité avec les migrants.

Qu’ils soient nommés réfugiés, migrants ou sans-papiers ils sont, eux aussi, des victimes des guerres, des violences et de la misère qui les ont contraints à quitter leurs pays.

Cette manifestation réaffirme notre solidarité et participe aussi de la réponse aux attentats qui ont ensanglanté Paris.

MIGRANT-E-S : BIENVENUE

Un drame se déroule aux portes de l’Europe. Fuyant les guerres et les crises des millions de personnes quittent leur pays. Des milliers d’entre eux viennent trouver refuge vers l’Europe. La seule réponse qui leur est faite est la fermeture des frontières.

Des drames se déroulent aussi au cœur de l’Europe. Aujourd’hui à Calais près de 7 000 personnes vivent dans des conditions effroyables, tandis qu’à Paris nombre de migrant-e-s se retrouvent à la rue. Nous ne pouvons accepter que des gens soient condamnés à vivre dans de telles conditions.

Nous dénonçons les politiques française et européenne qui créent ces situations à Calais comme aux portes de l’Europe.

Nous demandons immédiatement des conditions d’accueil dignes pour tous et toutes. Qu’ils/elles soient nommé-e-s réfugié-e-s, migrant-e-s ou sans-papiers, nous exigeons des droits égaux pour tou-te-s, des titres de séjour, l’accès aux soins et au logement.

Aujourd’hui l’Europe a fait la preuve de son incurie. Il faut supprimer le règlement de Dublin et démanteler Frontex qui sont les premières causes des drames que vivent aujourd’hui les migrants.

NOUS APPELONS À MANIFESTER
LE DIMANCHE 22 NOVEMBRE 2015 À 15H
AU DÉPART DE LA PLACE DE LA BASTILLE

(ARRIVÉE PLACE DE LA RÉPUBLIQUE)

Premiers signataires : ATMF, Attac, BAAM (Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants), CGA, CGT Educ’action 93, CISPM, CNDF, CSP 75, Collectif Avenir Educs, Collectif Austerlitz, Collectif 3 C, Collectif Sans-Voix Paris 18, Collectif 20e solidaire avec les migrants, Collectif de solidarité aux réfugiés de Genne- villiers, DAL, Droits devant!!, Écologie sociale, EÉLV Paris, Ensemble!, EuroPalestine, Fasti, Fédération anarchiste, Femmes migrantes debout, Femmes égalité, Gisti, IJAN, LDH, 8 Mars Pour TouTEs, Mouvement Utopia, MRAP (fédération de Paris), NPA, PCF, PCOF, PG, RESF, SNPES-PJJ-FSU IDF, STRASS, SUD éducation, UD CGT Paris, UJFP, Union des syndicats CNT de la région parisienne, Union syndicale Solidaires…


*

• Etat d’urgence : Valls admet ne pas respecter la Constitution ICI

 DERNIÈRE MINUTE

Toulouse, samedi 21 novembre :

Plus de 15 000 personnes réunies pour une marche

contre la barbarie et pour la paix

© 

Ce samedi 21 novembre a eu lieu une marche à Toulouse, suite aux attentats de Paris et à la politique d’état d’urgence lancée par le gouvernement. Appelée par plusieurs organisations, notamment les trois principales organisations syndicales : CGT31, FSU31 et Solidaires31.


La jeunesse en tête de cortège. Une banderole au début de cortège était là pour rappeler les mots d’ordres de la marche "contre la barbarie, contre les amalgames, pour les libertés et la paix". Juste derrière, un cortège "jeune" et une grande banderole où était inscrit "Leurs guerres, nos mort-e-s. Contre l’état d’urgence, intensifions nos luttes", des pancartes "L’impérialisme tue", "A bas l’état d’urgence" ou encore "Union nationale, union du capital". 

LIRE la suite ICI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report