Coronovirus en Guadeloupe : assassins-criminels

Dans les medias, lorsque des cartes montrent les zones françaises de la pandémie, l'« Outre-Mer » est totalement absente. La façon dont la France traite cette pandémie dans ses colonies est la conséquence de l’invisibilité structurelle de ces populations, déjà touchées par le chômage endémique, le désastre du Chlordécone, la pollution des eaux et le total abandon des hôpitaux.

Manifestation du LKP pendant la grève générale en Guadeloupe en 2009. Le LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon1, « Collectif contre l'exploitation outrancière » en français) regroupe une cinquantaine d'organisations syndicales, associatives, politiques et culturelles de la Guadeloupe. Ce collectif est à l'origine de la grève générale de l'île entre le 20 janvier et le 4 mars 2009. © UGTG Manifestation du LKP pendant la grève générale en Guadeloupe en 2009. Le LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon1, « Collectif contre l'exploitation outrancière » en français) regroupe une cinquantaine d'organisations syndicales, associatives, politiques et culturelles de la Guadeloupe. Ce collectif est à l'origine de la grève générale de l'île entre le 20 janvier et le 4 mars 2009. © UGTG

COMMUNIQUÉ DU LKP

Coronovirus en Guadeloupe : assassins-criminels

 

Mi figi a yo !!! Depuis ce mardi midi, l’Etat colonial a mis en œuvre des restrictions des libertés fondamentales et cela afin de combattre le COVID-19, dit-il !

UN GOUVERNEMENT ASSASSIN, UNE CLASSE POLITIQUE GWADLOUP KRIMINÉL !

YO té o kouran !! Les autorités n’ont aucunement pris les dispositions adéquates au moment nécessaire alors qu’elles connaissaient la gravité de la situation tenant compte des expériences de la Chine, de l’Iran ou de l’Italie et des alertes de leur propre ministre de la santé. Ainsi, aucun dépistage systématique à l’entrée du territoire guadeloupéen ni pour les voyageurs ni pour les croisiéristes, ni au port ni à l’aéroport. Pire encore, des élections municipales coloniales provoquant le déplacement de 145 649 électeurs Guadeloupéens dans 32 communes (plus de 30 millions d’électeurs en France dans 35 000 communes) ont été maintenues, alors même que les rassemblements de plus de 100 personnes étaient déjà interdits. Et que dire des scènes de liesse, prévisibles, à l’annonce des résultats. Et dès la fin du scrutin, l’annonce est faite du report du 2eme tour des élections. Puis le lundi, déclaration solennelle de Macron qui restreint les libertés fondamentales mettant en avant l’indiscipline et l’inconscience des citoyens. OH LA BELLE BLAGUE !

UNE MANIPULATION DE MASSE SAVAMMENT ORCHESTREE !!

L’objectif principal du gouvernement, c’est le contrôle des masses et l’asservissement des peuples. Mais aussi asservir les syndicats car les mesures prises concernant les entreprises sont coercitives pour les salariés (dérogation au travail de nuit, remise en cause des salaires, modification du contrat de travail, remise en cause du droit à congé, …), alors que la question de leur sécurité n’est pas sérieusement prise en compte. Aucune concertation n’est prévue avec les centrales syndicales. Et pour mieux se soustraire à leur pleine et entière responsabilité, aussi bien Macron que Gustin et Denux, veulent rendre les citoyens Français ou Guadeloupéens responsables de la propagation du virus faisant appel à notre sens individuel et collectif des responsabilités. Alors qu’ils sont les premiers irresponsables pour n’avoir pas pris les mesures adéquates, préférant leurs élections tout en se cachant derrière un pseudo comité scientifique.AY CHYÉ !!! Quant à la classe politique de Guadeloupe !! AY CHYÉ MENM !!!

ILS AIMENT L’ARGENT MAIS PAS LES GENS !!

C’est un acte criminel perpétré par un pouvoir désireux de contrôler les masses, d’éradiquer toutes contestations et non de protéger les citoyens. Mais aussi, une classe politique qui, en Guadeloupe, est irresponsable, lâche, inconsciente, et qui pendant plusieurs semaines a préféré l’argent, le bling bling, le prestige de la campagne électorale alors que des dizaines de Guadeloupéens étaient contaminés par le COVID-19.

Ils ont accompli un acte inqualifiable ! HONTE A EUX !

ÈS LOPITAL GWADLOUP PARÉ ?

Il y à peine 1 an, les salariés du CHU de Pointe à Pitre-Abymes ont crié leur colère devant l’incurie et la bêtise des responsables de l’ARS, de la direction de l’hôpital. Il a fallu des mois de grève et la mobilisation de milliers de Guadeloupéens pour que le gouvernement français daigne jeter un coup d’œil sur la situation sanitaire de la Guadeloupe préfigurant une catastrophe prévisible. Qu’ont fait les divers responsables pour restaurer cet outil indispensable ?AYEN !!!
Aujourd’hui, le COVID-19 est là ! Sa grav o séryé ! Car une personne contaminée peut lui- même transmettre la maladie, voire la mort, à ses proches, même sans le savoir. La plus grande attention et une stricte discipline doivent être la règle surtout vis-à-vis des personnes les plus fragiles.

AN NOU GADÉ PLI LWEN !!!TRAVAYÈ é PÈP GWADLOUP : TAN A MITAN FINI ! SÉ GOUMÉ POU NOU GOUMÉ !

Les discours des Macron, Philippe, Gustin, … occultent l’essentiel du problème, à savoir, qu’il s’agit d’une catastrophe sanitaire liée à la rapacité capitaliste, au mépris de notre environnement naturel, au mépris des valeurs sociales accumulées depuis des millénaires par tous les peuples de la Terre. Ainsi, le modèle occidental a écarté l’être humain de la mère nature, au nom de la sacrosainte « civilisation occidentale », faisant de nous, des êtres aseptisés,démouné dè nou menm.

TRAVAYÈ é PÉP GWADLOUP! Nous devons profiter de cette crise pour nous questionner sur notre mode de vie, notre mode de consommation, sur notre droit à la vie, si nou menm et particulièrement sur notre souveraineté alimentaire et nos libertés fondamentales.

La santé de notre Peuple est le dernier des soucis du pouvoir colonial. Après avoir contaminé nos sols et nos corps au chlordécone, après avoir repoussé avec dédain, les doléances des travailleurs de la santé, aujourd’hui l’Etat nous impose des dispositions liberticides pou sové nou apré i pwazonné nou ankò onfwa.

SA NOU NI A FÈ !

Travay tè, Planté, fè jaden,
Lévé bonnè, fè spò,
Manjé é bwè sa ki tannou,
Kontinyé itilizé rimèd razyé an nou,
Arété manjé pat é diri toultan,
Arété kwè nou pòk é YO konnèt plis ki NOU,
Arété di NOU pa bon,
Jété zyé si sa ki an féblès,
Piplis lanmou, fraternité é Solidarité onfwa onfwa.
Tousa ké rann nou pli GAYA pou nou pli fò.

GWADLOUPÉYEN… TOUT VIRIS MOVÉ ! KI SÈ KOVID-19 OBEN KOLONYALIS ! ANNOU PRAN NOU AN MEN !!!

LKP, Lapwent, 17 Maws 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.