Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2015

Une journée de travail chez McDo

Employée polyvalente depuis trois ans dans un MacDonald's franchisé, Nina Basquet raconte sa vie au travail et détaille l'exploitation des salarié-e-s « jusqu'à la moelle ». Elle envoie aussi un message d'espoir en décrivant comment les employé-e-s de son restaurant sont parvenus à s'organiser pour desserrer l'étau de l'aliénation et retrouver leur dignité : « On ne s'est pas laissés et faire et on a pris les choses en main. »

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Employée polyvalente depuis trois ans dans un MacDonald's franchisé, Nina Basquet raconte sa vie au travail et détaille l'exploitation des salarié-e-s « jusqu'à la moelle ». Elle envoie aussi un message d'espoir en décrivant comment les employé-e-s de son restaurant sont parvenus à s'organiser pour desserrer l'étau de l'aliénation et retrouver leur dignité : « On ne s'est pas laissés et faire et on a pris les choses en main. »

Je travaille du mardi au samedi. La plupart du temps je travaille « de close », c’est-à-dire que je m’occupe de la fermeture qui est à environ 02h15. J’ai un CDI, la plupart de mes collègues à majorité féminine – pour les employés de base – et masculine – pour les formateurs et managers – ont aussi des CDI : c’est un moyen pour l’entreprise de ne pas avoir à payer les indemnités de fin de contrat des CDD, sachant que beaucoup démissionnent assez rapidement car ce sont de manière générale des étudiants.

Nina Basquet

© 

« Tu travailles Mcdo,

tu manges McDo,

tu vis McDo »

À peine arrivée au travail, je regarde sur le planning qui est le « manager » du jour. C’est très important car en fonction de la personne on a une idée de ce que l’on va devoir supporter dans la journée. Certains managers sont effectivement pires que d’autres, même si tous ont à peu près la même logique.

Ensuite, j’attends devant la pointeuse l’heure pour passer ma carte et me rendre à mon poste de travail. Étant une femme, ce sera la caisse, la salle ou les frites. Nous ne sommes presque jamais en cuisine. De plus, on nous impose souvent le port d’un uniforme spécifique en fonction des nouveautés culinaires. Souvent ce sont des tee-shirts très décolletés, alors que les hommes portent toujours la même tenue.

Comme tous les jours, en face de cette fameuse pointeuse est affichée l’employé.e qui a fait le plus de chiffre le soir précédent. Cet affichage est censé nous pousser à nous dépasser pour le bien de l’entreprise. McDonald’s doit être notre famille.

Ce sera la caisse alors. Je me mets donc à compter ma caisse avant son installation, une fois que c’est fait je me rends au comptoir afin de l’installer, je la mets en route et prends mon premier client. Une petite horloge intégrée m’informe du temps que je mets à valider une commande. Nous devons le faire en moins d’une minute sinon cela devient rouge et le manager est tout de suite averti.

Un client me demande un sandwich spécifique et donc je dépasse de quelques secondes le temps requis. Aussitôt, le manager arrive pour faire mon « back up », c’est-à-dire qu’il se met derrière moi et met les produits dans le sac tout en me glissant à l’oreille des mots comme « plus vite », « c’est le rush », « bouge ton cul » etc.

La soirée se passe et mon temps de pause arrive. J’ai 30 minutes seulement pour manger. Je n’ai bien sûr pas le droit de ramener de la nourriture, je suis obligée de manger ce que je sers. C’est un moyen de plus pour que notre vie « tourne autour de l’entreprise » : « Tu travailles Mcdo, tu manges McDo, tu vis McDo. »

Je dîne dans une petite salle dans le fond, humide et seule car nous partons toujours en pause seul-e-s : il ne faudrait pas qu’on discute trop de nos conditions de travail quand même… Je termine mon repas et pointe de nouveau. J’arrive en plein rush et reprends donc mon poste sans tarder sous les cris du manager.

Minuit, ça se calme et je me mets à discuter un peu avec ma collègue de caisse. Et là tout de suite un formateur, l’œil du manager, arrive et nous aboie littéralement dessus : « On ne parle pas, il n’y a pas de client c’est vrai donc vous pouvez vider les poubelles ou remplir les stocks, on n’est pas dans un salon de thé. »

Nous nous retrouvons donc, après avoir servi des clients pendant des heures, à remplir en moins d’une minute des sauces de manière robotique sans pouvoir nous exprimer…

02h, nous commençons à préparer la close en rangeant les produits au fur et à mesure. Le manager quant à lui a pris sa quatrième pause de la soirée. 02H15 : le McDo ferme, il nous reste à tout ranger (les viandes, les sauces etc.) : nous nous y attelons sans dire un mot bien sûr. 02H30 : nous dépointons, fatigués de cette soirée où on nous a traités comme des machines. Nos têtes sont vides, un collègue se met à trembler et me dit : « J’ai cours demain matin, je ne sais pas comment je vais faire… »

« On a monté une section syndicale »

En arrivant deux ans auparavant, on m’avait dit que c’était un emploi qui s’adaptait parfaitement aux étudiants, qu’il y avait une flexibilité avantageuse et plein d’autres choses, mais en fait c’est totalement faux.

Nous sommes exploités jusqu’à la moelle, on n’a pas le droit de choisir nos jours de repos, on n’a aucun aménagement pour nos partiels et on fait tout pour qu’on ne se parle jamais, de rien. Combien de fois m’a-t-on dit : « Tu veux prendre une journée ? Attention tu risques de finir aux frites toute la semaine ». De plus, il y a une pression énorme sur l’efficacité et des roulements incessants dans le but de nous diviser…

Mais on ne s’est pas laissé faire et on a pris les choses en main. À l’aide de trois employés polyvalents, d’un formateur et d’un manager on a monté une section syndicale. Cela n’a pas été facile, beaucoup de pressions ont pesé sur nous : menaces en tout genre, promotions bloquées et j’en passe. Mais on a pu malgré tout organiser des élections et avoir deux représentants du personnel, ce qui nous a permis entre autres d’augmenter notre temps de pause de 15 minutes et d’empêcher des licenciements abusifs des travailleurs et travailleuses les plus précaires.

On était présent toute la journée avec des tracts pour lutter contre les roulements et discuter avec des collègues qu’on ne voyait jamais, on a organisé des journées pour se retrouver tous ensemble et discuter. Grâce à cela on a pu éveiller une certaine solidarité et réaliser qu’on n’était pas seuls face à cette aliénation.

Cela n’a malheureusement pas dépassé le cadre local. Néanmoins, c’est une démonstration de force et une preuve de plus que l’organisation des salarié-e-s est le seul moyen de gagner des combats.

Source : http://www.revolutionpermanente.fr/Une-journee-de-travail-chez-McDo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart