Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2012

Où va l'Italie ?

Les Mercredis de la démocratie organisent une conférence-débat sur la situation en Italie, « Où va l'Italie ? », avec Anna-Maria Merlo, journaliste italienne, correspondante en France du quotidien Il Manifesto, le mercredi 28 mars, à 20h.

Jean-Pierre Anselme
journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Les Mercredis de la démocratie organisent une conférence-débat sur la situation en Italie, « Où va l'Italie ? », avec Anna-Maria Merlo, journaliste italienne, correspondante en France du quotidien Il Manifesto, le mercredi 28 mars, à 20h.

© 

Après Berlusconi, face à un gouvernement de technocrates chargé d'appliquer les diktats de la finance, où en sont les gauches politiques et sociales en Italie et quelles sont leurs perspectives ?

CAFÉ ASSOCIATIF LA COMMUNE

http://www.cl-aligre.org/spip/index.php

3, rue d'Aligre, Paris XIIe

(métros : Ledru Rollin, Gare de Lyon)

(Soupe printannière après la conférence-débat)

INTRODUCTION AU DÉBAT. Les politologues considèrent l’Italie comme un « laboratoire politique ». Pour le pire : on a eu le fascisme avant les autres, il y a eu la politique par l’écran télé avec Berlusconi, maintenant on a un « gouvernement technique », c’est à dire le gouvernement des banques, formé par des non-élus. Pour le moins pire, l'Italie a eu le plus grand parti communiste occidental, plus indépendant de l‘Urss que ses confrères et pour le meilleur une société civile alerte par le passé.

Comment comprendre le paradoxe italien du moment ? Le gouvernement de M. Mario Monti, professeur à l’université privée Bocconi de Milan, ancien consultant de Goldman Sachs après avoir été commissaire européen (Marché Intérieur, Concurrence), après trois mois de pouvoir garde le consensus d’une majorité des citoyens. Pourtant il applique à la lettre le diktat de la troïka (Fmi, Ue, Bce), porte des coups francs dans le droit du travail et ne fait rien contre le chômage, qui ravage la société, notamment les jeunes.

© 

Beaucoup s’explique avec les années Berlusconi qui ont meurtri une partie de la population. M. Monti donne une meilleure image internationale du pays. Cela suffit ? La partie, majoritaire en nombre (mais minoritaire dans les résultats des urnes, grâce au mode de scrutin imposé par la droite), qui a refusé Berlusconi est dans l’attente. Le caïman est encore là, avec sa majorité de députés et il peut resurgir à tout moment. Le populisme de la Ligue du Nord est encore présent.

M. Monti a promis de sortir le pays des corporatismes archaïques qui bloquent la société. Le fera-t-il ? Le peuple attend. Sans illusions : il n’a pas promis l’égalité, mais seulement l’équité. Le peuple jugera sur pièces. Avec la peur au ventre que, au lieu de combattre la corruption et les corporatismes qui ont dépouillé la République, il s’en prenne aux corps intermédiaires, à commencer par les syndicats, pour imposer l’absurde religion de l’austérité. Tandis que la gauche, divisée et fatiguée, reste sur le bord de la route, en attendant… quoi ?

Anna-Maria Merlo

© 

IL MANIFESTO (l'Affiche) est le quotidien italien de la gauche critique. Fondé en 1969, le titre est né d’une dissidence du Parti communiste italien, à la suite de l’invasion soviétique en Tchécoslovaquie. Véritable institution de la péninsule, Il Manifesto a la particularité d'être géré par ses journalistes, avec un salaire unique pour tous ses salariés. En 1995, il a été l'un des premiers quotidiens italiens à créer son site Internet (ICI).

Depuis sa naissance le journal transalpin a réussi à surmonter de multiples crises financières grâce, en particulier, au soutien de ses lecteurs. Confronté à une baisse de ses ventes (environ 15 000 contre le double il y a dix ans) liées notamment à la baisse du pouvoir d'achat et à la décision du gouvernement Monti de tailler dans les aides à la presse, Il Manifesto a été placé sous administration judiciaire au début de 2012. Dans cette situation très périlleuse, le quotidien fait une fois encore appel à ses lecteurs pour des dons ou des abonnements.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre