L'Express= Nouvelle Pravda?

Pour tenter de sauver le navire GIEC qui risque fort de couler, se profilent à l’horizon de nouveaux Grands Inquisiteurs. Le premier à s’être dévoilé est Eric Mettout, l’Express, Directeur Adjoint de la Rédaction nouveaux médias.

Je suis allé faire deux commentaires pertinents ici: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/rapport-du-giec-chaque-annee-les-reactions-politiques-se-suivent-et-se-ressemblent_1617852.html

Voici ces commentaires à l’odeur de soufre, comme chacun peut en juger...


A) « Cela fait plus de 15 ans que le GIEC annonce un RC cataclysmique, et cela fait 18 ans qu’il n’y a plus de réchauffement global. Les rapports du GIEC se suivent et se ressemblent, en allant toujours plus vers le cataclysmique futur, mais Dame Nature se fait un malin plaisir de les réfuter… » Terrifiant, non?


B) « Les conclusions péremptoires de ce rapport du GIEC proviennent du SPM, résumé pour les décideurs. Or le SPM est mis au point par les représentants des gouvernements, donc par les diplomates et de fonctionnaires, et il n’a donc aucune valeur scientifique. C’est lui qui parle de 95% de certitude quant à l’action de nos émissions de CO2 sur le RC depuis le début du 19ème siècle, alors même que la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 18 ans, et que, sur cette période, nous avons émis 40% de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle. Donc, plus les thèses du GIEC sont mises à mal par Mère Nature, plus le SPM « politique » accuse l’homme d’être responsable du RC, alors même qu’il n’y en a plus et que le simple bon sens nous dit que le CO2 n’a aucune action mesurable sur la TMAG. Le SPM est publié à grand renfort de trompettes médiatiques, puis le rapport scientifique AR5, dont une première version avait été sortie antérieurement au SPM, est obligé, dans sa synthèse, de se mettre en conformité avec le SPM. Cela veut dire qu’un rapport sans aucune valeur scientifique, le SPM, impose sa loi à un rapport scientifique. Cette procédure, typique du Grand Machin, dont le GIEC n’est qu’un satellite chargé de convaincre par tous les moyens de la réalité du RC et de la responsabilité de l’homme, est absurde et elle ne fait que confirmer que le GIEC est une structure idéologique asservie à un projet politique radical du Grand Machin Onusien ».


Puis j’ai rapidement reçu un courriel signé du Sieur Mettout, m’apprenant que mes commentaires sulfureux étaient modérés (ce qui veut dire censurés…) et que j’étais dorénavant interdit de publication. Voici ce courriel du Grand Inquisiteur: « Votre message a été modéré. Merci de ne pas vous servir de notre site pour diffuser de fausses informations. Vous n’êtes plus autorisé à publier sur notre site. Bien à vous. Pour plus d’informations sur notre politique de modération, vous pouvez lire notre charte des commentaires » Eric Mettout, Rédacteur en chef LEXPRESS.fr 01 75 55 14 66 emettout@lexpress.fr


J’ai donc fourni au GI (Grand Inquisiteur) les justifications de mes propos, mais aucune réponse…

Puis je me suis énervé et ai envoyé 2 courriels à Christophe Barbier, Directeur de Rédaction.

Voici le second:

« Je vous ai envoyé le 3 novembre un courriel au sujet de la censure de deux commentaires et de l’interdiction de publication sur votre site, et je vous ai joins des documents prouvant que mes assertions étaient correctes et non critiquables. J’ai diffusé cette information sur les réseaux sociaux et sur un site très fréquenté (je vais le faire prochainement sur un autre site….), car je n’accepte pas la décision d’Eric Mettout me concernant. Modérer, oui; mais censurer et punir pour de mauvaises raisons, non. J’ai reçu de l’Express une proposition d’abonnement, et j'ose espérer qu’il s’agit d’un envoi automatique, car un censuré et interdit de publication pour de mauvaises raisons ne peut s’abonner à un journal qui ne respecte pas le droit d’expression. J’attends donc de votre part une réponse favorable à l’annulation de ma double peine inacceptable, et j’espère que votre modération saura retrouver son éthique perdue. Kenavo ».


Depuis, silence radio…. Conclusion : Eric Mettout, soutenu par Christophe Barbier, bafoue allègrement le droit d’expression en m’interdisant de publication et en censurant ma prose qui ne viole en aucune façon la charte des commentaires et qui est, de plus, parfaitement exacte et vérifiable. Ce n’est pas acceptable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.