Quelques réflexions iconoclastes sur l'urgence climatique

Il n'y a pas d'alarmisme climatique et ceux qui le proclament urbi et orbi sont des menteurs, notamment le SG du Grand Machin (ONU). Pour le confirmer, plus de 750 scientifiques et ingénieurs de 35 pays lui ont envoyé un courrier pour le lui dire et dénoncer l'inefficacité des politiques climat-énergie

 On nous bassine très souvent, surtout en cette période de Grand’Messe onusienne à Madrid1 (ole !), avec un alarmisme climatique dont on nous dit qu’il est de plus en plus urgent. Notons que cette urgence date d’environ 20 ans, que notre grandissime Laurent Fabius avait dit, avant la COP21, qu’il ne restait que 500 jours avant de sauver la planète (de quoi, je me le demande...) et que depuis cette date historique, nous n’avons pas observé sa fin ni, du reste, la fin de l’humanité. Malgré nos émissions de gaz satanique, nous n’avons pas observé de changements particuliers, si ce n’est, comme il s’en produit depuis la nuit des temps, des phénomènes météo plus ou moins violents, plus ou moins dramatiques. Voir pages 21 et suivantes ce rappel des événements climatiques dramatique en France : http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf  Bref, nihil novi sub sole est.

 

Donc il n'y a pas d'alarmisme climatique et tous ceux qui le proclament urbi et orbi sont des menteurs, notamment le SG du Grand Machin (ONU). Pour le confirmer, plus de 750 scientifiques et ingénieurs de 35 pays ont envoyé un courrier au SG du Grand Machin (ONU) pour le lui dire, dénoncer l'inefficacité des politiques climat-énergie et leur effet néfaste sur l'économie et le pouvoir d'achat des ménages, et rappeler que le CO2 est gaz de la Vie, car il est nécessaire à la photosynthèse et à la nourriture des plantes. Bien sûr, aucune réaction et omerta politico-médiatique totale. 

 

Il est curieux de constater que ceux qui nous bassinent avec cet alarmisme climatique imaginaire ne donnent jamais les chiffres des observations. Le terrible réchauffement, source de l’hystérie climatique actuelle, n’a été que de +0,7°C en 130 ans. Mais, depuis environ 20 ans, la TMAG (température moyenne annuelle globale) est quasiment stable, malgré une très forte inflation de nos émissions de CO2 (mesures2 UAH et Hadcrut). La tendance est d’environ +0,1°C/décennie. Alors, pour éviter que les citoyens ne soient au courant de ce plateau de température, car alors, adieu, veau, vache, cochon, couvée, et surtout adieu au racket institutionnalisé de notre pognon, la propagande ne parle plus de températures, mais, fort jésuistiquement, de l’augmentation du taux global de CO2 et de la très forte inflation de nos émissions de CO2 qui risque de nous faire tous griller.  Quant aux océans3, voir le site du climatologue Ole Humlum climate4you, onglet « oceans », sea level from tide gauges, pour se rendre compte qu’ils montent de 1-1,5 mm/an, sans accélération, sans corrélation avec nos émissions de CO2 ni avec la croissance quasi-linéaire du taux global de CO2, ni avec les petites variations de température.

 

Voilà pour le passé et le présent. Intéressons-nous à présent au futur et posons-nous une question simple : peut-on modéliser le climat et donc prévoir avec un important degré de confiance ses évolutions multidécennales, pour 2050 et 2100 ?

La réponse est non, pour plusieurs raisons.

 1) Le GIEC avait dit avec raison, dans son premier rapport, que le climat n’est pas modélisable.

2) Comme le climat est chaotique, son évolution dépend fortement des conditions initiales. Or il est impossible de les connaître avec une précision absolue.

3) Malgré nos moyens informatiques puissants, on ne sait pas résoudre un énorme système d’équations différentielles à coefficients inconnus, non linéaires et couplées entre elles.

4) On ne sait pas modéliser le cycle de l’eau, notamment l’ennuagement qui a une action forte sur la température.

5) On constate que les prévisions des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui confirme que les modélisations prévoient un monde imaginaire déconnecté du Réel. En clair, leurs projections multidécennales ont une crédibilité nulle et il est absurde de mettre en place des politiques climat-énergie qui ne serviront à rien, si ce n’est à gaspiller des sommes pharaoniques, à diminuer le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises, ce qui, mécaniquement, va supprimer de l’emploi salarié.

 

Il est plus que temps que nos gouvernants retrouvent bon sens et raison, notamment la Commission européenne, qui veut zéro carbone en 2050, ce qui totalement irréaliste. Aucune étude de coût, aucune étude de faisabilité, aucune étude d’impact social et économique, aucune solution économiquement et techniquement viable pour remplacer les énergies fossiles, aucune volonté de développer le nucléaire génération IV (238U et/ou 232 Th), pourtant solution d’avenir pour plusieurs millénaires, aucun retour d’expérience sur les politiques énergétiques de l’Allemagne et de l’Espagne, centrées sur les EnR fatales et intermittentes, et dont on voit les dégâts sociaux, environnementaux et économiques. Non, il s’agit de délire idéologique, comme, chez nous, pour l’arrêt de Fessenheim. C’est en outre absurde, car l’UE ne pèse que 11% dans les émissions mondiales de CO2, et, en appliquant les règles de calcul du GIEC, la neutralité carbone de l’UE en 2050 n’aurait qu’un impact de quelques centièmes de degré au plus. Usque tandem, delirium carbonum, abutere patientia nostra ?

 

 

 

 

 

 

1 Les participants à la COP25 viennent tous en avion, jamais en bateau à voile ni en char à bœufs, ce qui montre leur hypocrisie et leur mauvaise foi. Char à bœufs, cheval, chariot, bateau à voile ou à rames, tout cela, c’est bon pour nous, les gueux, mais pas pour les sauveurs de la planète. 

 

2  http://www.woodfortrees.org/plot/uah6/from:2002/plot/uah6/from:2002/trend/plot/hadcrut4gl/from:2002/offset:-0.4

 

3 Pour la France, voici les mesures du marégraphe de Brest depuis 1807. La montée est de moins de 1 mm/an, sans accélération.

    https://tidesandcurrents.noaa.gov/sltrends/sltrends_station.shtml?id=190-091

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.