De la censure et de la propagande sur le climat

Copernicus a publié récemment un rapport sur le climat, rapport repris par la grande majorité de nos médias. J'ai fait une analyse critique de ce rapport et publié plusieurs commentaires, mais le site du journal l'Alsace m'a méchamment censuré sans donner une seule raison valable. Je parle ici de cette censure et de la propagande réchauffiste.

Fin avril, le site du journal l’Alsace a publié un article présentant le rapport climat 2020 de Copernicus.

https://c.lalsace.fr/environnement/2021/04/23/2020-annee-exceptionnellement-chaude-en-europe-et-en-siberie-pourquoi-c-est-inquietant

En lisant cet article, j’ai constaté que ce rapport de Copernicus n’avait rien de scientifique, mais présentait toutes les caractéristiques d’un document de propagande réchauffiste. Peut-on faire confiance à Copernicus, qui dépend de l’UE, sachant que l’UE est entièrement dévouée au dogme du réchauffement climatique anthropique, avec des objectifs irrationnels et irréalistes réduction nette de nos émissions de CO2 pour 2030, donc pour demain ? J’ai constaté que, tout comme le rapport scientifique AR5 du GIEC est instrumentalisé par le résumé pour les décideurs politiques (donc diplomates et fonctionnaires et/ou chefs d’Etat ou de Gouvernement), ce rapport Copernicus, qui fleure bon la dialectique jouzélienne, a visiblement été instrumentalisé par les alarmistes climatiques de l’UE et n’a aucune valeur scientifique. J’ai donc déposé plusieurs commentaires critiques argumentés et sourcés (voir ci-dessous) qui ont aussitôt été censurés par la modération de l’Alsace. J’ai fait des commentaires semblables sur les sites du Républicain Lorrain

https://www.republicain-lorrain.fr/environnement/2021/04/23/2020-annee-exceptionnellement-chaude-en-europe-et-en-siberie-pourquoi-c-est-inquietant

et sur celui de La Croix,  https://www.la-croix.com/Climat-2020-annee-chaude-lere-industrielle-2021-01-08-1201133785#

et ils ont été publiés sans problèmes, ce qui est tout à leur honneur. De même, Le Point et Le Figaro publient tous les commentaires GIECquement très incorrects et Breizh Info publie les articles que je lui propose sur sa tribune libre.

 

 J’ai plusieurs fois demandé aux modérateurs de l’Alsace des justifications de leur censure, mais aucune réponse à mes demandes d’explication (sans doute parce qu’ils n’en ont aucune). Voici mes demandes.

1) Cher journal L'Alsace, chers censeurs de ma prose. Vous avez supprimé mes 4 commentaires sans raison valable. A moins que vous ne m'expliquiez en quoi mes propos seraient censurables, car je vous affirme que tout ce que j'ai dit est exact et vérifiable. Bien sûr, cela met en péril le dogme irrationnel du réchauffement climatique anthropique, mais le contester, n'est-ce pas une nécessité citoyenne ? J'attends donc vos explications de censeurs.

2) J'attends toujours les raisons de votre censure. Si ce sont des raisons idéologiques, dites-le moi, que je comprenne si vous êtes ou non d’une parfaite mauvaise foi. Si ce sont des raisons scientifiques, merci de m'en informer par courriel. Je vous signale que d'autres sites de journaux (ex : le Républicain Lorrain) ont, eux, fait preuve d'ouverture d'esprit et ont publié ma prose. Je publierai de toute manière cette affaire sur mon blog et sur les réseaux sociaux.

3) Chère modération, votre silence est assourdissant. Cela serait-il dû au fait que vous n’avez aucun argument scientifique pour contester ma prose et que vous vous contentez de me censurer, sans doute pour de sombres motifs qui ne devraient pas exister dans un média, quel qu’il soit. Nous avons connu deux régimes totalitaires au siècle dernier, qui avaient la même technique de propagande par la répétition incessante de désinformation et de mensonges véhiculés par leurs médias et le conditionnement de leur jeunesse, dès son plus jeune âge. Avec le dogme du réchauffement climatique anthropique on retrouve les mêmes techniques. Ma petite-fille de 11 ans m’a répété les âneries débitées par sa maîtresse, un tissu de mensonges et de contre-vérités. Je ne veux pas que l’on retrouve un totalitarisme d’un nouveau genre, vert et rouge, éco-marxiste-décroissantiste, et le devoir de nos médias, donc celui de l’Alsace, est de veiller à ce que cela ne se produise pas. Or, si vous censurez sans raison les honnêtes citoyens qui tirent la sonnette d’alarme, alors vous n’êtes pas digne de votre mission d’information objective et non-idéologique

 

En conséquence du silence de la modération de l’Alsace , je diffuse cette scandaleuse violation de la liberté d’expression, qui confirme que le dogme du réchauffement climatique anthropique est totalement idéologique (d’autant qu’il n’y a aucune preuve que le CO2, naturel ou d’origine humaine, ait une action mesurable sur la TMAG - température moyenne annuelle globale) et que plusieurs médias, dont l’Alsace (et notamment Le Monde, l’Express, Libé, Ouest France, Rue 89…) n’acceptent aucune controverse et pratiquent allègrement une censure impitoyable. En outre, tous nos médias diffusent avec un ensemble touchant les études qui sont dans la droite ligne du dogme de la Sainte Eglise Réchauffiste, et souvent, ce qui est encourageant, les commentaires sont extrêmement critiques mais aucun média ne se remet en cause.  Au niveau politique, la propagande est totale de la part de l’UE, de notre gouvernement et de l’Education Nationale qui lave consciencieusement le cerveau de nos enfants, dès la petite école, ce qui est un indicateur d’idéologie totalitaire. Au niveau médiatique, la propagande climat-énergie est redoutable, notamment de la part de France 2, France 3, France 5, Arte (sans doute le pire), France Inter, France Culture, BFM TV, Courrier International et bien d’autres. La pire de tous, et de très loin, est sans conteste l’AFP (Agence Française de Propagande) car ce sont toutes ses dépêches de propagande réchauffiste qui sont reprises et diffusées par la grande majorité nos médias, le plus souvent en copier-coller. Un mensonge mille fois répété qui devient une vérité est la technique efficace de propagande via l’AFP, nos médias, nos politiques, l’UE, le Grand Machin (l’ONU rebaptisé par De Gaulle) et ses satellites (GIEC, OMM).

 

Voici donc mes commentaires, objets de l’ire du site l’Alsace.

A) Selon les mesures Hadcrut4 et UAH6.0 (Université de l’Alabama à Huntsville), depuis 20 ans la TMAG (température moyenne annuelle globale), malgré plusieurs périodes réchauffantes El Nino, dont celle de 2020 (ce que l’article ne précise pas !), n’a pas augmenté.

https://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:2002/offset:-0.45/plot/uah6/from:2002

Il y a donc un plateau de température depuis 20 ans, donc toute année de ce plateau est nécessairement plus chaude de quelques centièmes ou dixièmes de degrés que pour les années précédant ce plateau (depuis 1880). Ce que dit cet article est certes exact mais formulé de manière tendancieuse et manipulatoire, pour faire croire qu’il y a réchauffement. Notons que ce plateau de TMAG a lieu malgré une très forte inflation des émissions anthropiques de CO2 et une croissance quasi-linéaire du taux global de CO2, ce qui remet en question les thèses hypothétiques du GIEC/IPCC.

B) « L’Arctique dans son ensemble a vécu sa deuxième année la plus chaude jamais mesurée, à 2,2° au-dessus de la moyenne de 1981-2020 »

Il faut toujours se méfier de la manière dont on utilise une moyenne de températures, car elle ne reflète pas la dynamique météorologique temporelle et peut induire en erreur. En fait, les températures en automne et en hiver sont toujours restées fortement négatives, avec des variations dues aux vents et aux courants océaniques, et donc ce ne sont pas elles qui ont pu avoir une action sur la banquise. http://ocean.dmi.dk/arctic/meant80n.uk.php

Ce que l‘on remarque, et c’est cela qui a favorisé la fonte estivale de la banquise en 2020, c’est un retard pour retrouver des températures négatives en septembre. Mais cela n’a rien à voir avec un réchauffement climatique global, d’autant qu’il n’y en a plus depuis 20 ans.

C) Les évolutions climatiques s’apprécient sur au moins 30 ans, selon la norme de l’OMM. Donc, tout événement météorologique, ponctuel ou non toute mesure locale ou non, n’ont aucune signification sur les tendances climatiques. Tout ce que raconte cet article de propagande réchauffiste ne prouve donc rien, si ce n’est la mauvaise foi de ses auteurs.

D) « Plus le méthane ou le CO2 sont présents dans l'atmosphère, plus la température de notre planète augmente ». Le taux global de méthane CH4 dans l’air est très faible : 1800 ppb, soit 1800 molécules de CH4 par milliard de molécules d’air, et ce taux n’a guère varié depuis plus de 20 ans. Le taux global de CO2 atmosphérique a continué à augmenter et il est de 416 ppm, soit de 416 molécules de CO2 par million de molécules d’air. https://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/from:1980. Si le CO2 avait une action réchauffante, comme le prétend cet article, le réchauffement climatique aurait dû perdurer depuis 20 ans, mais ce n’est pas ce qui est observé. On peut donc considérer que le CO2 n’a aucune action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale).

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.