Jean-Pierre Bardinet
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2014

Petit conte climatique pour enfants...

Jean-Pierre Bardinet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petit conte climatique pour enfants….

Il était une fois, dans un pays imaginaire, un Grand Machin, très onéreux et très inutile, l’ONU. Il a inventé une belle théorie, à savoir que le méchant CO2 émis par les méchants humains fait augmenter la température moyenne annuelle globale de notre planète, et qu’il faut donc réduire drastiquement nos émissions de ce gaz infernal (ne respirons plus, les enfants !...), sous peine de cataclysmes futurs épouvantables.

Pour que cette théorie puisse être acceptée par les citoyens, elle repose sur plusieurs éléments certes arbitraires, mais qui lui confèrent un minimum de sérieux scientifique : la durée de vie du gaz satanique dans l’atmosphère est de 100 ans ou plus, sa part anthropique est de 25 à 30 % environ, et il agit comme un « couvercle » qui renvoie vers la surface les rayons infrarouges émis par la surface. Pour que les citoyens ne se posent pas de questions et gobent tout ce qu’on leur dira, il a été décidé de nommer ce processus de rétroaction « effet de serre », ce qui est imagé, simple à visualiser et à comprendre. Voilà quel est le Grand Projet Officiel. Même si la théorie n’a jamais été prouvée, et même si elle est remise en question par divers scientifiques, notamment des physiciens, ainsi que par Dame Nature, le Grand Projet Officiel est considéré comme pertinent et  non critiquable. C’est cela, la Science Officielle. Malheur à qui osera la remettre en question !....

Ce Grand Machin a des satellites qui sont à son service : le GIEC (sa petite équipe dirigeante), l’OMM, et l’UNEP,  pour ce qui concerne le climat. Ce sont eux qui sont chargés d’orchestrer la propagande en faveur des thèses de l’ONU, et que le GIEC a en charge de crédibiliser par tous les moyens, fussent-ils douteux. Car le Véritable Grand Projet (VGP) du Grand Machin est la décroissance, avec pour conséquence la ruine de nos économies, de graves mouvements sociaux,  une augmentation de la misère et des maladies, et, in fine, une réduction de la population mondiale.

La propagande est très bien organisée, d’autant qu’elle est soutenue inconditionnellement par les médias, dont le rôle devrait être d’informer objectivement les citoyens, mais ils l’ont oublié…La belle théorie de l’ONU et du GIEC est, bien sûr, enseignée aux enfants dès leur plus jeune âge, pour éviter qu’ils ne deviennent des incroyants et des empêcheurs d’embrigader en rond  les populations crédules. Car enfin, le Grand Projet Officiel est grand, beau et généreux : il s’agit de sauver la Planète (évidemment, l’humanité ne fait pas partie du projet). C’est pour cela que, partout sur la Planète, ont lieu des marches pour sauver le climat, donc la Planète, ce qui, soit dit en passant, augmente les émissions de CO2…Mais la cohérence ne fait pas partie du Grand Projet Officiel (GPO)… Par exemple, si les observations ne sont pas conformes au GPO, alors elles sont fausses et/ou à rejeter, car le GPO a toujours raison, même si Dame Nature se complait souvent à le contrarier.  Par exemple avec l’absence de chaleur perdue au fond des océans, hypothèse folklorique pour expliquer le plateau de température moyenne annuelle globale depuis 18 ans, ou l’absence de point chaud en zone tropical ou encore l’extension de la banquise antarctique, …. C’est en restant arc-bouté sur ses thèses, et en améliorant la propagande, que le Grand Machin permettra au GPO, donc au VGP, de se développer et de devenir réalité….dramatique….

Mais ce n’est qu’un conte pour enfants….cela ne peut pas être réel, n’est-ce pas ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND