Le 17 novembre, contre la hausse des prix !

Un vaste mouvement de révolte contre la hausse du prix des carburants, largement spontané, s'est développé et doit aboutir à des actions le 17 novembre. Des puristes font la fine bouche...

Une madame Priscilla Ludovski, puis des gens, en particulier des camionneurs ont lancé un mouvement contre le racket sur l'essence, et ce mouvement a un grand écho, parce qu'il rejoint un souci très général de protestation contre la baisse du niveau de vie.

Aujourd'hui 2 novembre à midi, plus de 700 000 signatures. Le million sera certainement dépassé dans les semaines à venir.

Des tas de gens ont besoin de circuler tous les jours en voiture, pour leur travail, s'ils font 150 km par jour 20 jours par mois, avec une auto qui fait 5 litres aux cents, il leur faut environ 150 litres. Si le litre augmente d'un demi euro en un an (c'est le cas entre juillet 2017 et octobre 2018) on leur prend 75€ de plus par mois, près de 1000€ par an : une sacrée hausse de leurs impôts !

C'est beaucoup plus, naturellement, pour un poids lourd. Un bus, un car ou un poids lourd (plus de 3 tonnes 5) consomment entre 30 et 35 litres aux cent kilomètres et peuvent devoir faire 500km par jour. Dans ce cas, le surcoût atteint et dépasse les 15 000 euros par an.

De sympathiques petits bourgeois du 6 ème arrondissement de Paris (mes préférés) ont objecté que le problème n'est pas le prix de l'essence, ou celui du gasoil, mais la lutte contre l'automobile et la pollution qu'elle produit. Un argument vachement intéressant pour quelqu'un qui bosse dans son camion, ou un livreur dans sa camionnette !!!! Qu'est-ce qu'il doit faire ? Acheter un cheval ?

Ce mouvement contre la baisse du niveau de vie, contre la hausse des prix, est totalement justifié. Il vient à un moment où tout le monde constate une hausse des prix des biens de consommation courante, quel que soit le traficotage des soi-disant indices (le prix des fruits et des légumes  augmente, le prix des smartphones et des écrans lasers baisse ...on fait la moyenne !). Selon l'INSEE, la hausse est de l'ordre de 2.5%. Le prix du gaz cette année (depuis juillet) augmente de 7,5% ! Pourcentage à rapprocher de la hausse du salaire horaire minimum, qui avoisine royalement 1% cette année.

Après, il parait que Madame Le Pen s'est prononcée en faveur de ce mouvement, et à partir de là, il faudrait le dénoncer, ce mouvement ! BRAVO ! La droite au pouvoir et les fachos ont trouvé l'arme absolue contre les revendications ! Madame Le Pen n'a qu'à ouvrir la bouche et les protestataires devraient, eux, la fermer !

Jean-Luc Mélenchon et la FI ont pris une position dans le style "second tour de la présidentielle" : il y a du pour, il y a du contre, chacun fera comme il voudra. Tout de même, au travers d'une rhétorique alambiquée on discerne que ce mouvement, cette colère ...sont "justes". Mais ils ne veulent pas de "récupération" et donc, ils n'appellent pas carrément au 17. Bon.

Ça pourrait être pire, le NPA, lui, n'y va pas du tout. C'est pas assez clean, c't'affaire pour de vrais révolutionnaires !!! 

Intéressant tout de même, de constater que ceux qui parlent du "peuple", des "masses", du "mouvement", s'il surgit justement quelque chose de spontané (eh oui, ne vous épuisez pas à tenter de prouver que c'est manipulé par l'extrême-droite, là pour une fois vous serez vraiment dans le complotisme), ils se sentent tout chose, ils évoquent les communistes allemands manifestant avec les nazis contre les sociaux-démocrates ... et quoi encore ? 

Le voilà le raz-de-marée contre Macron ! Sous leur nez, et ils ne veulent pas le voir ! 

Lénine disait : "Nous devons être capables d'écouter l'herbe pousser" ! EUX, la charge d'un troupeau de bisons ils ne l'entendent pas !!!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.