Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 avr. 2022

Que voulons-nous ? Que pouvons-nous (3) ?

Comment gagner l'élection (1) ?

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La problématique diffère complètement selon que l'on veuille accéder au pouvoir au nom des exploités et opprimés, pour aller vers l'émancipation, ou si l'on veut au contraire exercer le pouvoir pour prendre sa part des privilèges et des bénéfices du parasitisme.

Dans le second cas, il s'agira de jouer des coudes et de faire valoir ses compétences dans le rôle, auprès des maîtres, les milliardaires. Puis, avec leur aide, de berner assez d'électeurs.

Nous nous intéressons naturellement au premier cas. 

Les exploités, les opprimés n'ont pour eux que le nombre. Les ploutocrates ont aussi pour eux, grâce à l'argent, de nombreux obligés : journalistes de télévision, de radio, de périodiques, également des influenceurs actifs sur les réseaux sociaux. Ils s'en servent pour MENTIR, par action et par omission, à tous, chaque jour. et pour divertir, c'est à dire faire diversion. Leur appareil est très puissant. C'est d'abord par eux que pouvoir des ploutocrates tient. Ce n'est que secondairement que viennent la police et l'armée.

Contre eux, il faut que le combat pour accéder au pouvoir implique l'action consciente et intelligente d'un grand nombre de travailleurs, chaque jour.

Par "s'impliquer" je ne veux pas dire suivre docilement un grand tribun. Je veux dire, l'accès, pour chacun, au débat et au jugement de chaque prise de position. 

Par exemple : *quelle devait être la position de la France durant la guerre en Syrie ?

*Quelle appréciation pouvait-on avoir sur l'intervention russe dans ce pays ?

*Quel lien peut-on déceler entre les conséquences de la guerre en Lybie, et l'intervention française au Mali ?

*Peut-on admettre une femme voilée comme secrétaire d'un syndicat ? 

*Comment apprécier les avantages et les inconvénients de l'énergie nucléaire ?

L'implication vient après débat entre camarades, vote, elle est consciente et réfléchie de manière personnelle. On parle alors de militants. 

Ce que je dis là signifie que pour accéder au pouvoir, les exploités doivent bâtir un parti. Un grand parti.

Pour un pays comme la France, je dis que le parti éco-socialiste démocratique doit avoir au moins deux cent mille adhérents militants, plus trois cent mille autres, sympathisants occasionnellement actifs.

Il doit avoir des cartes d'adhérents, des cotisations, des débats sur toutes les questions, il doit élire ses responsables et ces derniers élisent les dirigeants. 

Il doit bâtir ses réseaux, ses journaux, ses moyens de communication en direction de toute la population.

Le temps des grands hommes est passé.

Trop de grands hommes ont trahi, les masses populaires en sont dégoûtées. La tête du parti ne doit pas être un homme, ni une femme, mais une équipe constituée d'hommes et de femmes dont on peut compter le nombre sur les doigts des deux mains.

La question de la vie démocratique du parti est de celles dont les partis que nous connaissons n'ont pas trouvé de solution. Certains partis comme le PS ont eu peu de débats, mais plutôt des manoeuvres de personnes.

D'autres, comme le PCF, avaient des débats dans lesquels il était impératif d'adopter sans aucune réserve la position de la direction, faute de quoi on était mis dehors, sous les insultes ou pire. C'est aussi l'expérience que j'ai eue dans l'OCI (trotskiste).

Il faut encore y travailler. Je crois que dans cette direction le point clef réside dans la notion de désaccord.  Il faut, selon moi, avoir une culture du désaccord. Tous les désaccords ne signifient pas qu'il doive y avoir rupture. Sur les cinq questions que j'ai noté plus haut, les adhérents d'un grand parti eco-socialiste démocratique peuvent avoir entre eux des désaccords, sans rompre. La majorité prend une position, les militants en désaccord conservent leur opinion. Même dans l'équipe dirigeante il peut y avoir des désaccords, des nuances.

Le parti est un intellectuel et un acteur social collectif. Il prend position mais accepte la critique et les réserves.

Le Parti a pour but d'accéder au pouvoir. Il doit être clairement identifié dans le peuple.

Il doit gagner toutes les élections démocratiques. I

l doit être présent en soutien, au premier rang, dans tous les combats sociaux, toutes les luttes syndicales ou spontanées, toutes les grèves, toutes les manifestations.

Dans chaque cas, il ne recherche pas la position du maître, mais à clarifier le sens du combat, à en écarter les scories pour souligner ce qui correspond à l'intérêt du plus grand nombre, et ce qui va le plus loin dans la remise en cause du système.

Par exemple, dans le cas du mouvement des gilets jaunes, il est présent, il tisse des liens avec le mouvement syndical, il écarte les scories xénophobes, etc. De même pour le mouvement contre l'obligation vaccinale.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu