Pourquoi mentent-ils ?

Les habitants de Pompéi n'ont pas mesuré l'importance de la catastrophe qui allait s'abattre sur eux. Le volcan ne les a pas pris "en traître", puisque éruptions, tremblements de terre, fumées, cendres sont tombées sur la ville durant des jours, avant que les fumées ardentes n'anéantissent la population ...

Nous ne mesurons pas l'importance réelle des mouvements tectoniques, et pas non plus les secousses politiques.

Je me suis interrogé : pourquoi mentent-ils ? En quoi cela les avance-t-ils ? Ils ont titré, congestionnés de bonheur, que Sanders avait perdu la partie et que "Sleeping Joey" avait réalisé un fabuleux retour...

En réalité, comme on pouvait le prévoir, en cette matinée du 5 mars 2020, Bernie Sanders est toujours en tête de la primaire, avec 522 délégués, contre 511 à Biden, alors que les bureaux californiens sont dépouillés à 93%. L'avance de Sanders va sans doute croître encore un brin.

Depuis 48h, les médias nous ont imposé comme un fait : "Biden affrontera Trump". Et, que ce soit pour s'en féliciter (wishfull thinking) ou pour le craindre (fearfull thinking), nous l'avons cru ... bon, moi, j'étais sceptique (ça n'est pas pour me vanter ...).

Buttigieg, Klobuchar et Beto O'Rourke se sont désistés pour lui, ça n'a pas suffit. Maintenant, Blomberg, l'homme qui croyait que la primaire s'achète. Il y a mis le prix, un demi milliard ... Bien sûr, l'argent est important...mais Sarkozy, malgré les millions de Kadafi, a été battu lui aussi... Blomberg s'est désisté maintenant. Cela ne fait que clarifier les choses : d'un côté une montagne de pognon. En face, les gens et leurs vies.

Que mon voisin de pastis, au café du commerce se raconte ce qu'il souhaite et le proclame comme un fait, je peux le comprendre (je fais de même). Mais les journalistes sur toute la terre ! En effet, mon épouse écoute la BBC et c'est le même discours que France Inter : Biden a gagné. Le compteur du New York Times au sujet de la Californie est bloqué ce matin... aux résultats qui datent de 30 heures...

Pourquoi ? Sanders est en tête ! Le fait, c'est celui là. Maintenant que les comptes sont clos, vont-ils rectifier ? Le croyez-vous ? Je ne le pense pas... Alors pourquoi ?

Je réfléchis à cette question dans le sens suivant : l'élection aux USA d'un homme comme Bernie Sanders constituerait un tel bouleversement que le citoyen de base (vous, moi) ne peut même pas l'imaginer. N'oubliez pas ce qui se passe au Chili, en Argentine, au Venezuéla, en Algérie, en Irak, au Liban, à Hong Kong... La terre entière est une cocotte minute au bord de l'explosion.

Alors on me dit : Sanders n'est pas un "socialiste" au sens ou Lénine et Trotski étaient des socialistes. C'est vrai, c'est même tout à fait évident. Sanders est un progressiste sincère mais il ne souhaite pas "briser la dictature des actionnaires". Quoique. Lui se DIT "socialiste", en un certain sens. Comme certains se font "leur" Dieu et "leur" religion, d'autres se font "leur" socialisme. Un président, un mouvement politique porté par des millions de citoyennes et de citoyens américains en faveur du TRAVAIL, plutôt qu'en faveur du CAPITAL.. faut-il s'arrêter au mot que l'on donne (ou pas) à ce bouleversement ?

On ajoute : "De toutes les façons les institutions américaines sont telles que Sanders, au pouvoir, n'aura pas les mains libres". CERTES. Mais son arrivée au pouvoir témoignerait d'un changement politique profond qui ne s'arrêterait pas à cette élection, probablement.

Enfin : "Sanders n'a pas encore gagné la primaire, et s'il gagne la primaire, il ne gagnera peut-être pas l'élection". Toutes ces considérations sont frappées au coin du bon sens ... mais... il est en tête et ce n'est pas le fruit du hasard.

Quand la terre tremble aux alentours du gros volcan, cela ne veut pas dire qu'il y aura forcément une éruption et s'il y a une éruption, cela ne signifie pas forcément la fin ... du capitalisme...

Mais c'est quelque chose. ILS sont terrorisés. Voilà pourquoi ils mentent. Le simple fait que Sanders soit encore en tête, aujourd'hui, aux USA, les frappe de stupeur. Ils ne veulent pas le savoir. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.